Éthique déontologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'éthique déontologique ou déontologisme (dérivé d'un mot grec signifiant « obligation » ou « devoir ») est la théorie éthique qui affirme que chaque acte moral doit être jugé selon sa conformité (ou sa non-conformité) à certains devoirs. Le terme « déontologie » a été créé par le philosophe anglais Jeremy Bentham[1] dans son livre Chrestomathia (1816)[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le déontologisme s'oppose ainsi au conséquentialisme, qui affirme que les actes moraux sont à juger uniquement en fonction de leurs conséquences.

Le déontologisme moniste fait dériver toutes nos obligations d'un unique principe, comme l'impératif catégorique dans la doctrine de Kant.

Le déontologisme pluraliste refuse ce qu'il considère être un réductionnisme et affirme que les actions humaines sont à juger en fonction de plusieurs principes distincts, comme le devoir de ne pas faire de mal à autrui inutilement (principe de non-malfaisance), le devoir de se conformer aux engagements librement donnés (principe de fidélité), le devoir de remercier ceux et celles qui nous ont aidés (principe de gratitude), le devoir de compenser les personnes à qui nous avons fait un tort (principe de justice restaurative), etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "La déontologie politique" ou la pensée constitutionnelle de Jeremy Bentham, Emmanuelle Champs, Droz, 2008
  2. (en) Jeremy Bentham, Chrestomathia: a collection of papers, explanatory of the chrestomathic day school, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]