Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ANESRIF)

ANESRIF
logo de Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires
illustration de Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires

Création 20 juillet 2005
Forme juridique EPIC
Slogan "Nous Bâtissons pour un avenir meilleur"
Siège social Rouiba
Algérie
Directeurs azzedine fridi
Activité ferroviaire
Site web http://www.anesrif.dz/

L'Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPI) sous la tutelle du Ministère des Transports et des Travaux Publics, créé par l'État algérien en 2005, avec pour objectif la modernisation et le développement du secteur des transports ferroviaires en Algérie.

établissement public à caractère industriel et commercial,

Elle est régie par les règles applicables à l’administration dans ses relations avec l’Etat et est réputée commerçante dans ses relations avec les tiers.

L’Agence est le maitre d’ouvrage délégué chargé de mettre en œuvre les programmes arrêtés par les pouvoirs publics en matière d’études et d’assurer le suivi de la réalisation des investissements ferroviaires qui lui sont confiés.

Les ouvrages et infrastructures ferroviaires réalisés sont transférés à l’exploitant, après leur réception, conformément à l’arrêté ministériel.

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L’ANESRIF est un EPIC, créé par le décret exécutif no 05-256 du [1].

Missions de l’Agence[modifier | modifier le code]

1.La mise en œuvre, la conduite et le suivi de la réalisation des programmes d’investissements ferroviaires ;

2.la réalisation et le suivi des études de conception, de faisabilité, d’avant-projets et d’exécution de tous travaux rattachés à la mission ;

3.le développement de l’ingénierie du rail pour maîtriser les techniques rattachées a son objet ;

4.la constitution de dossiers de consultation d’entreprises d’études, de réalisation et d’équipements des infrastructures relevant de sa mission ;

5.la contribution à la formation et au perfectionnement du personnel œuvrant dans le domaine des infrastructures relevant de ses attributions ;

6.le recours à l’assistance technique nationale ou étrangère pour l’accomplissement de ses missions ;

7.la réception des projets, selon les normes et règles de l’art et leur transfert à  la SNTF, selon les conditions et modalités définies par arrêté du Ministre chargé des transports.

Axes de Développement[modifier | modifier le code]

Rocade Ferroviaire Nord et ses Dessertes[modifier | modifier le code]

Elle irrigue les principales villes du nord de l’Alger et va des frontières Est vers les frontières  Ouest. Sur 1250 Km, des travaux de modernisation et de dédoublement sont en cours sur 920 Km. Il est aussi prévu son électrification totale.

400Km ont déjà été réceptionnés : il s’agit de la région algéroise entièrement électrifiées (PAFRA),  ainsi que Thénéa - Tizi-Ouzou - Oued-Aissi sur 64 Km, d’Arzew-Arzew ville 4,7 Km, Birtouta-Zéralda 23 Km et enfin le raccordement de la ville Béni Saf 4 Km.

Rocade Ferroviaire des Hauts Plateaux[modifier | modifier le code]

Pour désenclaver les villes des hauts plateaux et l’exploitation économique de cette région, cette rocade sera parallèle à celle du Nord et sera reliée par des dessertes. Longue de 1160 Km, elle s’étend  elle aussi de l’Est du pays (Tébessa) vers l’Ouest (Moulay Salissen). Cette rocade  est reliée à celle du nord par des dessertes. La ligne Saida /Moulay Slissen sur  une distance de 120Km a été mise en exploitation en 2017 et s’ajoute aux 532 Km qui sont en exploitation. Les chantiers relatifs à 628 Km de cette rocade sont en cours, entre M’sila et Saida, en passant par Boughzoul.

Ligne Minière Est[modifier | modifier le code]

Appelée ainsi pour être le lien vital avec les mines du Sud-Est algérien. Cette ligne va d’Annaba (port commercial, métallurgie) vers les mines de Djebel Onk, sur un linéaire de 388 km.

Sa modernisation et son dédoublement sont en cours de réalisation la phase des travaux de la ligne Tebessa  à Oued El Onk a démarré, puis viendrons  en deuxième phase les travaux de la ligne Annaba / Oued El Kebrit.

Cette ligne sera étendue vers le Sud du pays, notamment vers El Oued, Touggourt et Hassi - Messaoud sur une linaire de 200 km.

Pénétrante Ouest[modifier | modifier le code]

La ligne Oran-Tabia-Béchar, d’un linéaire de 580 km, longe la frontière Ouest de l’Algérie. Elle est opérationnelle depuis 2011 et permet des vitesses de parcours allant jusqu’à 160 km/h. Cette ligne est équipé de signalisations et de communications (GSMR).

Une jonction avec Tindouf et la région minière Gar Djebilet  (950 km plus au Sud) est prévue dans le programme des études.

Pénétrante Est[modifier | modifier le code]

Cette liaison de 457 km permettra de désenclaver les villes des Oasis et desservira le pôle pétrolier et la ville nouvelle de Hassi-Messaoud à une vitesse de 220 km/h. le tronçon Touggourt/Hassi-Messaoud est actuellement en cours de travaux.

Pénétrante Centre[modifier | modifier le code]

Un premier tronçon reliera la wilaya de Blida (au Nord) à la ville de Ksar El Boukhari sur un linéaire d’environ 100 Km. Le deuxième tronçon qui reliera les villes de Ksar El Boukhari, Djelfa (aux portes du Sahara) et Laghouat (plein sud) sur environ 290 km, est en cours de réalisation.

Boucle Sud Est[modifier | modifier le code]

Cela concerne une boucle de 425 km, allant de Laghouat à Touggourt en passant par Ouargla, Hassi-Messaoud (Villes du Sud). Les études de cette ligne sont en cours.

Boucle Sud-Ouest[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une boucle de 1500 km de voies ferrées à réaliser.

Elle reliera toutes les villes-oasis du sud-ouest, en allant de Ghardaïa jusqu’à la jonction avec la ville de Béchar.

Elle traversera les villes de Ménéa, Timimoune, Adrar et Béni-Abbès. Une jonction de Tamanrasset à In Salah (1090 km plus au Sud) est prévue dans nos projets.

Projets Réceptionnés[modifier | modifier le code]

Projet linéaire Date de réception
Tizi-Ouzou / Oued-Aissi 14 km 2014
Raccordement de Béni-Saf 3 km 2015
Pont rail Mohammadia 2,4 km 2015
Bouchegouf / Souk Ahras 91 km 2016
Birtouta / Zéralda 23 km 2016
Arzew / Arzew (ville) 7 km 2017
Thenia / Tizi Ouzou 48 km 2017
Saida /Moulay Slissen 120 km 2017
Mècheria/ Bechar 360 km 2011
Redjem-Demouche / Mecheria 148 km 2011
Tabia / Redjem-Demouche 225 km 2017
Bab Ezzouar-Aéroport 3,8 Km 2019
Total 1 067  km

Projets en Cours de Réalisation[modifier | modifier le code]

Projet M’sila / Boughezoul[modifier | modifier le code]

Le projet s’étend sur un linéaire de 151 km avec une vitesse de 160 km/h pour les trains voyageurs et 100 km/h pour les trains marchandises, reliant les villes de M’Sila, Ain El Hdjel, BoutiSayeh, Birine et Boughezoul.

Projet Boughezoul / Tissemsilt[modifier | modifier le code]

Il constitue la continuité du projet M’Sila/Boughezoul, et s’étend sur un linéaire de 139 km avec une vitesse de ligne de 160 km/h pour les trains voyageurs et 100 km/h pour les trains marchandises, reliant les villes de Boughezoul, Chahbounia, Sidi-Laadjel, HassiLefdoul, Bougara et Tissemsilt.

Projet Setif / El-Gourzi[modifier | modifier le code]

La livraison de la phase (I) de ce projet, soit une voie nouvelle en dédoublement de la voie existante, située sur la rocade nord, d’un linéaire de 108 km, permettra d’augmenter la vitesse d’exploitation à 160 km/h et de réduire le temps de parcours sur la ligne Alger/Annaba.

Projet de dédoublement de la Voie Existante du Tronçon Jijel - Milia et raccordement de la zone de Bellara au Port de Djen-Djen[modifier | modifier le code]

Le projet s’étend sur un linéaire de 52 km avec une vitesse de 80 km/h pour les trains marchandises.

Projet Telecom Ain-Toute / M’sila (GSM-R)  [modifier | modifier le code]

La mise en service du système de télécommunications (GSM-R) sur un linéaire de

155 km, permettra la communication sol/train pour une meilleure gestion des circulations ferroviaires.

Projet Telecom Bordj-Bou-Arreridj / M’sila[modifier | modifier le code]

La mise en service du système de télécommunications (GSM-R) sur un linéaire de

60 km, permettra la communication sol/train pour une meilleure gestion des circulations ferroviaires.

Projet Saida / Tiaret[modifier | modifier le code]

La livraison en cours pour la nouvelle ligne ferroviaire à voie unique Saida / Tiaret

153 km avec une vitesse de pointe de 160 km/h.

Projet Boughezoul / Djelfa[modifier | modifier le code]

La livraison en cours du tronçon 1 Boughezoul / Djelfa sur un linéaire de 140 km avec une vitesse de pointe de 160 km/h sur la ligne ferroviaire Boumedfaa / Djelfa.

Projet Djelfa / Laghouat[modifier | modifier le code]

La livraison en cours de la ligne ferroviaire Djelfa – Laghouat sur 111,495 km avec une vitesse de 220 km/h.

Vision de l’Agence[modifier | modifier le code]

  • Participer au développement de l’ingénierie ferroviaire
  • Intégrer le développement durable dans la conception et la réalisation des infrastructures ferroviaires
  • Élaborer les études d’identification

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site Caci.dz, Décret exécutif n° 05-256 du 13 Joumada Ethania 1426 correspondant au 20 juillet 2005 portant création de l'agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires, p.12. intégral (consulté le 21 novembre 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]