Béni Saf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béni Saf
Béni Saf
Béni Saf
Noms
Nom algérien بني صاف
Nom amazigh ⴱⵏⵉ ⵙⴰⴼ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Aïn Témouchent
Daïra Beni Saf
Code postal 46300
Code ONS 4623
Démographie
Population 42 284 hab. (2008[1])
Densité 690 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 18′ 08″ N 1° 23′ 01″ O / 35.302089, -1.38367135° 18′ 08″ Nord 1° 23′ 01″ Ouest / 35.302089, -1.383671
Superficie 61,3 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Aïn Témouchent.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Aïn Témouchent.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Béni Saf

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Béni Saf

Béni Saf est le nom d'une commune algérienne et de la ville côtière qui en est le chef-lieu, dans la wilaya d'Aïn Témouchent. C'est aussi le nom d'une daïra (équivalent d'un canton). La ville doit principalement son existence au minerai de fer que l'on trouve depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Mais c'est la pêche qui est la principale ressource de la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Béni Saf se situe à l'ouest de la wilaya d'Aïn Témouchent, à environ 30 km à l'ouest d'Aïn Témouchent et 120 km au sud-ouest d'Oran.

Communes limitrophes de Béni Saf
Mer Méditerranée
Oulhaça El Gheraba Béni Saf Sidi Safi
El Emir Abdelkader

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Oued Tafna a son embouchure dans la Mer Méditerranée à l'ouest de la plage de Rachgoun.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Béni Saf est composée de cinq localités[2] :

  • Béni-Saf (chef-lieu)
  • El Brage
  • Ghar El Baroud
  • Ouled Boudjemaâ
  • Rechghoun

Communes de la daïra de Béni Saf[modifier | modifier le code]

  • Béni Saf
  • El Emir Abdelkader
  • Sidi Safi
Article détaillé : Daïra de Beni Saf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situées à l'ouest de la commune, l'île et la plage de Rachgoun ont abrité un comptoir punique. Avant la colonisation française, Beni Saf n’existait pratiquement pas; En effet il n’y avait ni surface plane, ni plateau accueillant pour des constructions, ni aucune voie naturelle vers l’intérieur du pays. Ce n’était que des collines enchevêtrées de 90 à 150 m d’altitude tombant en ravins profonds aux pentes très raides. Sur la mer, pas de baie favorable à l’établissement d’un comptoir ou d’un port; De hautes falaises de sable dur et de grés tombant à pic n’étaient coupées que par deux ou trois petites criques.

Même les romains, devant l’inhospitalité du site, n’ont pas essayé de s’implanter dans la région beni-safienne ; Ils lui ont préféré Siga (à l’embouchure du fleuve de la Tafna) et Camerata (actuellement Sidi Djelloul) qui disposaient d’une nature bien plus accueillante que les abruptes falaises de Beni Saf.

C’était donc un endroit désert, rempli de broussailles et hanté par les hyènes et les panthères (on tua la dernière de celles–ci en 1880). Une population très clairsemée vivait sous la tente . D’après les témoignages de soldats français au début de l’occupation française, il n'y avait en 1850 aucune habitation en dur, pas même un gourbi.

Si la ville est redevable en quelque chose à la pêche, c'est pourtant à la mine qu'elle doit son existence, car dans un rayon de 20 km vont être trouvés d'excellents filons de fer hématite (oxyde de fer hydraté à 60% environ) . Pour les exploiter (matériaux et machines), comme pour exporter le minerai il fallait des bateaux et donc un port, pour loger les ouvriers, des maisons. Un centre va alors naître au prix d'énormes efforts . En ce coin géographiquement si tourmenté , des ravins entiers furent comblés grâce aux déchets miniers appelés " stériles": le marché en plein air, le marché couvert et la poste reposent aujourd'hui sur des mètres et des mètres de stériles. l'emplacement de la Daira était autrefois un grand trou ; Les grandes artères de la ville ne furent établies qu'en creusant ou nivelant, et, malgré leurs importants soubassement , elles serpentent en pentes raides. Les multiples escaliers témoignent toujours des dénivellations naturelles et pour bâtir chaque maison, il fallut ou niveler ou couper dans les flancs des collines.

Les premiers à avoir découvert des gisements de minerai en 1850 furent des pêcheurs européens venu profiter des eaux poissonneuses de la région ; Ils arrachaient le minerai au pic de la falaise, le transportaient par des ânes robustes vers « la plage des mouches » plus à l’est, le chargeait dans des barcasses (petits bateaux) qui allaient retrouver les voiliers transporteurs en pleine eau.

Ils se firent des habitations en creusant dans la falaise des cavernes, puis, lorsque le nombre d’ouvriers augmenta, ceux ci se groupèrent à Sidi Boucif où le bas du ravin avait été aplani, ce qui permit d’édifier de petites baraques en planches.

Vers 1855, une compagnie anglaise s’intéressa au minerai, obtint une concession, racheta les mines déjà existantes, établit une voie ferrée et pour l’embarquement utilisa la baie de Camerata (Sidi Djelloul).

En 1867 une société dénommée « soumah et tafna » , qui avait entrepris des recherches de façon scientifique, commença ses abattages miniers à ciel ouvert à Ghar El Baroud et à Dar Er Riah, installant ses bureaux et attirant des ouvriers sur le terrain qui allait devenir Beni Saf, si bien qu'en 1874 le général chanzy, alors gouverneur de l'Algérie, vint sur place poser la première pierre du village dès lors officiellement reconnu .

Mais la société qui avait pourtant obtenu concession pour créer un port , recula devant l'entreprise et céda ses droits à la compagnie de mokta el hadid , une grosse entreprise minière, bancaire et même maritime .

À partir de ce 1er janvier 1879, Beni Saf allait prendre son essor.

Deux rues, Emir Khaled et Sidi Yekhlef Ahmed (alors Pelissier et Chanzy), simples trouées parallèles débroussaillées sur l'escarpement de la rive gauche de l'oued hamed, se bordèrent peu à peu de maisons basses. D’autres rues naissent au fur et à mesure de l’intensification de l’activité minière.

En 1881, l'église et le port sont terminés, et la compagnie minière emploie 1050 ouvriers dont un certain nombre de marocains. En 1882, la mine expédie 369 804 tonnes de minerai sur 205 vapeurs et 210 voiliers et dispose de deux voies ferrées de 3 km, l'une de Ghar El Baroud, l'autre de Dar Er Riah. Cette voie ferrée deviendra plus tard la rue Emir AEK ; le long escalier qui la termine aujourd'hui était une descenderie, qui vers les années 1890, retenait par câbles les wagons pleins et remontait les vides.

Le 20 mars 1883, la localité qui ne cesse de grandir a une population européenne de 1950 personnes; elle est promue au rang de commune, le directeur de la mine en étant le maire

La découverte d'autres filons en 1910 donne un nouvel essor, d’autres rues se bâtissent, les constructions continuent, en 1920, le boulevard Jean Jaurès et d'autres rues prennent forme , les particuliers édifient des immeubles à étage et des maisons à la plage du puits. À partir de 1945, naît le nouveau quartier de Sidi Brik sur la falaise. En 1947 disparaît la voie ferrée qui depuis 1923 reliait Beni Saf à la voie Oran-Oujda car le trafic par camions prend le dessus .

La mine employait 2000 ouvriers en 1919 , le maximum de 5000 est atteint en 1912 . En 1928, elle extrait 750 000 tonnes que viennent enlever 812 navires .

En 1938 elle a produit depuis son origine un total de 19 970 737 tonnes et pourtant elle n'a plus en 1950 que 2500 ouvriers .

Le port n'a cessé de s'améliorer : en 1960 c'est un bassin de 20 ha avec une jetée Ouest-Nord coudée à angle droit, de 740 m de long disposant de hangars , d’appontements de pêcherie et d’une cale sèche.

En 1956, 950 pêcheurs montent 42 chalutiers et 45 lamparos : ils fournissent cinq conserveries et font vivre prés de 2000 familles (charpentiers , mécaniciens, fabriquants ou réparateurs de filets....) soit prés de 10.000 personnes. Désormais la pêche est presque devenue la principale activité de la ville ; avec ses 59 000 quintaux de poissons , elle procure à toute l'Algérie le quart de ses produits de la mer.

Dans les ressources de la commune, l'agriculture a également une part importante. La vigne, dés 1929, recouvre 650 ha répartis en 14 propriétaires. En 1932 , 7800 ha sont labourés par les algériens et 4544 dans les fermes européennes. Le cheptel , à cette même date monte à 2000 moutons, 1500 chèvres, 500 bovins et 1400 porcs.

Quant à la population les 9.486 habitants de la commune en 1910 (dont 5562 algériens) deviennent 11.511 en 1921; en 1954, ce sont 21 098 habitants dont 11 591 dans le centre proprement dit qui abrite ainsi 2.698 foyers soit 985 familles européennes et 1768 algériens.

À l'indépendance du pays en 1962, Beni Saf est rattachée à la Wilaya de Tlemcen.

Dans les années 1970, les filons de minerai s'épuisent et les mines sont obligées de fermer. On peut encore voir les vestiges de l'ancienne mine sur les hauteurs de Beni Saf, dominant la ville.

Cependant, une cimenterie est construite dans les années 1980 ; C'est l'une des plus importantes du pays, elle est implantée à 4 km à l'est de Beni Saf, à une altitude de 185 m. Les 02 gisements calcaire et argile sont situés au sud-est de la ville, sa capacité de production est de 3 000 tonnes par jour et elle est entièrement automatisée.

Le pêche reste la principale ressource de la région. Beni Saf est devenu le premier port de pêche d'Algérie avec une flottille de 166 embarcations; ce port, conçu initialement pour le transport de minerais et de marchandises, a dû être reconverti en port réservé exclusivement à la pêche et ce à cause de l'ensablement chronique de son bassin.

Enfin, la localité accueille chaque été des centaines d'estivants venus profiter du soleil et de la mer.

Beni Saf a été rattachée à la Wilaya de Ain Temouchent en 1984; c'est actuellement un chef-lieu de Daira. La ville compte plusieurs hôtels, un hôpital, une école de pêche, un aquarium et un musée.

Économie[modifier | modifier le code]

Gazoducs transméditerranéens
en bleu, le gazoduc Medgaz
de Hassi R'Mel à Almeria.

Industrie[modifier | modifier le code]

La cimenterie de Béni Saf, située au nord ouest de la commune, modernisée en 2011[3], est une des cimenteries les plus importantes d'Algérie[4].

Le gazoduc sous-marin Medgaz, d'une longueur de 210 km et passant sous la Méditerranée à une profondeur de 2 000 m, a pour origine Béni Saf et pour terminaison Almérie en Espagne[5],[6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La ville est connue pour ses activités halieutiques et de construction navale. Par sa plage, à l'ouest du port de pêche, c'est également une petite station balnéaire nommé Madrid[7].

Béni Saf dispose d'un aquarium qui fait l'objet d'un projet de rénovation en 2011[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'École de formation des techniques de la pêche et d'aquaculture (EFTPA)[9] est installée à Béni Saf[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aperçu historique et ethnographique de Béni-Saf, par Berkane Mohamed, instituteur, paru dans L’Avenir de Beni-Saf (journal colonial, 1959)
  • L‘escalier de Béni-Saf, Henriette Georges, éd. Robert Laffont, 1988
  • Béni-Saf entre mer et fer, Safi Moussa Boudjemaa, éditions Dar El Gharb, Oran, 2008
  • Béni-Saf, le legs du large et des entrailles de la terre, Kali Mohammed, éd. Dar el Kitab el Arabi, 2007
  • Demain tu pars en France (Du ravin béni-safien au gros caillou lyonnais), Diaz Claude, éd. L'Harmattan, 2011
  • De miel et de bigarade, Diaz Claude, éd.L'Harmattan, 2015
  • Le littoral de l'Oranie occidentale, P.J Letellieux, 1974

Lien externe[modifier | modifier le code]