Hôtel Élysée Palace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élysée Palace
Image dans Infobox.
Vue du bâtiment: la sculpture au fronton est cachée et les cheminées ont été supprimées.
Présentation
Type
Style
Architecte
Georges Chedanne
Construction
1899
Surface
22 000 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Occupant
HSBC France (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Propriété privée
Usage
BureauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Inscrit MH (façade et toit en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

L'Élysée Palace est un ancien hôtel de voyageurs. Construit en 1898 pour la Compagnie des wagons-lits par l'architecte Georges Chedanne (1861-1940), c'est le premier des grands hôtels de voyageurs édifiés sur les Champs-Élysées. Il est situé du no 103 au 111 et occupe un îlot encadré par la rue Bassano et la rue Galilée, à l'arrière se trouve la rue Vernet, soit une surface d'environ 70 mètres en façade sur 40 mètres en profondeur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment en 1909

L'hôtel est conçu au début de l'année 1897 et sa demande de permis de construire publiée le [1]. Il représente l'une des premières manifestations de l'Art nouveau dans l'architecture parisienne. Sa construction est programmée en vue de l'afflux de visiteurs pour l'Exposition universelle de 1900.

Terminus parisien de la Compagnie des wagons-lits, l'Élysée Palace est inauguré le , en présence de l'élite mondaine. Il est meublé par sir John Blundell Maple et renouvelle la conception du grand hôtel par une architecture intérieure nouvelle organisée autour d'un immense hall qui recentre la vie mondaine vers l'intérieur de l'hôtel où de nombreux services sont à disposition de la clientèle : studio photographique, agence théâtrale, boutiques de luxe et même une galerie de tableaux[2].

En , le compositeur et chef d'orchestre autrichien Gustav Mahler a logé dans cet hôtel en rentrant de New York, très malade, avant de consulter à la clinique du docteur Défaut à Neuilly-sur-Seine et de partir mourant pour Vienne.

En 1917, c'est dans la chambre no 113 de cet hôtel qu'est arrêtée l'espionne allemande Mata-Hari après une perquisition.

Réaffectations[modifier | modifier le code]

L'acitvité de l'hôtel n'a qu'une courte vie.

Mis en faillite par les conséquences de la Première Guerre mondiale, l'hôtel ferme en 1919.[réf. nécessaire]

L'édifice est acheté en 1922 pour devenir le siège social du Crédit commercial de France (CCF). Il est devenu le siège de la banque HSBC France qui a racheté le CCF en 2000[3]. En 2010, HSBC vend les murs et devient locataire[4].

Le bail parvenant à son terme en , HSBC se replie sur l'avenue Kléber en 2020, au no 38[4].

En 2020, il est question que l'enseigne Dior investisse les locaux[4].

Décor[modifier | modifier le code]

Un des décors de fenêtre sculpté de la façade, ici par Louis Baralis.

Le bâtiment possède un décor sculpté typique de l'Art nouveau, d'inspiration naturaliste et bucolique qui renouvelle les formes artistiques. La longue façade est rythmée par huit ressauts (bow-windows) surmontés d'une loggia encadrée de colonnes. Les espaces sont décorés de guirlandes végétales. On remarquera notamment les neuf oculi au-dessus des fenêtres du rez-de-chaussée décorés de figures d'enfants ou de faunes sculptés par Hippolyte Lefèbvre, Paul Gasq, Louis Baralis et François Sicard. Les décors intérieurs ont été détruits à la suite du rachat du bâtiment par le Crédit commercial de France en 1919[5]. Les toitures et la façade sont classées au titre des monuments historique en 1991[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice sur le site Paris 1900.blogspot.fr
  2. Les Pereire et Nagelmackers, promoteurs du transport ferroviaire et du réseau hôtelier parisien, 1855-1900, article de Johanne Vajda pour la Revue d'histoire des chemins de fer (paragraphe 35 et suivants).
  3. Dior s'installe sur les Champs à la place de HSBC.
  4. a b et c Les Échos.
  5. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994. (une autre source donne 1922)
  6. « Élysée-Palace hôtel », notice no PA00088892, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :