Élisabeth-Alexandrine de Bourbon-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élisabeth Thérèse Alexandrine de Bourbon-Condé, née à Paris le , décédée à Paris le , était une princesse du sang et la fille du prince Louis III de Bourbon-Condé. Son père était le petit-fils du Grand Condé et sa mère, Louise-Françoise de Bourbon, mademoiselle de Nantes, était une des filles légitimées que Louis XIV eût de sa favorite, Madame de Montespan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élisabeth Alexandrine est née à Paris en 1705, l'une des neuf enfants et la plus jeune fille de ses parents, le duc et la duchesse de Bourbon. Baptisée à l'église Saint-Sulpice le , ses prénoms lui ont été donnés en l'honneur de sa sœur aînée, sa marraine, Louise-Élisabeth, Mlle de Charolais, puis à partir de 1707, Mlle de Bourbon, et de son oncle et parrain Louis Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse. Elle était plus connue sous son dernier prénom, Alexandrine.

À sa naissance, on lui donna le titre de Mademoiselle de Gex, mais elle prit rapidement le titre de Mademoiselle de Sens, et c'est ainsi qu'elle fut connue pendant sa vie. [1]. En tant que princesse du sang, elle était dotée du prédicat d' Altesse Sérénissime.

Comme la plupart de ses sœurs, elle ne s'est pas mariée. Elle a été considérée comme une épouse possible pour son cousin Louis d'Orléans, mais sa tante, la fière duchesse d'Orléans, voulait une épouse de naissance plus prestigieuse pour son fils.

Elle a vécu maritalement avec son amant, le marquis de Langeron, pendant près de vingt ans. Elle n'a pas eu de descendance.

Élisabeth-Alexandrine n'a jamais joué un rôle politique très important. Elle était, cependant, une grande amie de la maîtresse du roi, Madame de Pompadour, qui avait été introduite à la cour par sa sœur aînée, Louise-Élisabeth.

Comme sa sœur aînée et Louise-Anne de Bourbon-Condé, Mlle de Sens, puis, à partir de 1707, Mlle de Charolais, elle possédait un grand nombre de terres et de nombreuses résidences privées en dehors de la capitale.

Le , elle a acheté l'Hôtel de Noirmoutier, rue de Grenelle, à Paris à la marquise de Matignon. Elle a considérablement agrandi ce domaine par achats de terres entourant l'hôtel.

En 1743, elle hérite des biens de sa cousine, Mademoiselle du Maine.

En 1744, elle a acheté les terres et seigneuries de Villegénis, sur le territoire de Massy et Igny puis rénova pour la somme de 430 000 livres le Château de Villegénis. Elle a vendu la propriété et seigneurie de Vallery, le lieu de sépulture traditionnelle de la famille de Condé, à Jacques Cordier de Launay, seigneur de La Verrière, pour 280 000 livres. À la mort de son frère, Charles de Bourbon, son fils Louis-Thomas n'ayant pas été reconnu par le roi et le prince de Condé, elle a hérité du comté de Charolais qu'elle a vendu et échangé au roi Louis XV, en 1760, contre des terres situées à Palaiseau.

Au moment de sa mort, elle avait accumulé une grande fortune, avec des pensions initialement données à sa cousine, Louise-Françoise de Bourbon, Mlle du Maine (1707-1743), la fille de Louis Auguste, duc du Maine et sa femme, la célèbre hôtesse d'un salon, Louise Bénédicte de Bourbon.

Élisabeth-Alexandrine est morte à Paris. Son neveu, Louis V Joseph de Bourbon-Condé, prince de Condé, fut son héritier. Elle a été enterrée au couvent des Carmélites du faubourg Saint-Jacques à Paris.

Titulature[modifier | modifier le code]

  •  : Son Altesse Sérénissime mademoiselle de Gex, princesse du sang de France
  •  : Son Altesse Sérénissime mademoiselle de Sens, princesse du sang de France

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Adaptation de l'article de Wikipédia en anglais.