Élections présidentielle et législatives mexicaines de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections présidentielle et législatives mexicaines de 2012
le président de la République, 128 sénateurs et 500 députés fédéraux
Type d’élection Présidentielle et législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 79 454 802
Votants 50 323 153
63,14 %
Votes exprimés 50 323 153
Votes nuls 1 241 154
Durée de campagne 30 mars - 27 juin 2012
Débat(s) 6 mai, 10 et 19 juin 2012
EPN-Detalle.jpg Enrique Peña Nieto –
Voix 19 226 784
38,21 %
Andres manuel lopez obrador oct05.jpg Andrés Manuel López Obrador –
Voix 15 896 999
31,59 %
JVM en03-Detalle.jpg Josefina Vázquez Mota – Parti action nationale
Voix 12 786 647
25,41 %
Gabriel Quadri de la Torre - World Economic Forum on Latin America crop.jpg Gabriel Quadri (es) – Parti nouvelle alliance
Voix 1 150 662
2,29 %
Carte
  • EPN
  • AMLO
  • JVM
Président du Mexique
Sortant Élu
Felipe Calderón
Parti action nationale
Enrique Peña Nieto
Parti révolutionnaire institutionnel
ife.org.mx
Urnes de vote à Mexico.
Bulletins de vote à Mexico.

Les élections fédérales des États-Unis mexicains de 2012 se sont tenues le dimanche et comprennaient :

Constitution[modifier | modifier le code]

Le président est selon la Constitution mexicaine de 1917 non éligible à une réélection.

Projet de réforme avorté[modifier | modifier le code]

Le président Calderón annonça en décembre 2009 une série de propositions visant à réduire le nombre de législateurs au Congrès, ainsi qu'à instituer un autre mécanisme pour l'élection présidentielle, propositions qui n'ont pas encore été approuvées par le Congrès du Mexique. Si elles sont approuvées, les réformes suivantes seront appliquées :
  • 400 députés fédéraux (240 par 160 par représentation proportionnelle et le reste par scrutin majoritaire uninominal), élus pour une période de trois ans, renouvelable jusqu'à 12 ans.
  • 96 sénateurs de la République, (3 pour chaque État), élus au scrutin plurinominal pour une période de six ans, renouvelable une fois.
  • un président élu à la majorité absolue; au cas où aucun candidat ne l'obtient au premier tour, un second tour aurait lieu.

Modes de scrutin[modifier | modifier le code]

Le président du Mexique est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour pour un mandat de six ans non renouvelable.

Le Congrès du Mexique est un parlement bicaméral. Sa chambre basse, la Chambre des députés, est dotée de 500 députés élus pour trois ans selon un mode de scrutin parallèle. 300 sièges sont à pourvoir au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions électorales tandis que les 200 restants le sont au scrutin proportionnel plurinominal à liste bloquées. Après décompte des suffrages dans les cinq circonscriptions régionales les sièges répartis à la proportionnelle le sont sans seuil électoral, mais en prenant en compte les résultats du scrutin majoritaire pour en ajuster la répartition de manière qu'aucun parti ne remporte au total plus de 300 sièges, ce seuil étant néanmoins porté à 315 si le parti a recueilli plus de 60 % des suffrages[1].

La chambre haute, le Sénat de la République, est quant à elle dotée de 128 sénateurs élus pour six ans selon un mode de scrutin parallèle similaire en principe à celui de la chambre basse, mais selon des modalités différentes. 96 sont à pourvoir au scrutin majoritaire binominal dans trente deux circonscriptions de trois sièges chacune correspondants aux États du Mexique plus le district fédéral de la capitale Mexico. Les partis présentent un binôme de candidats dans chacune d'elles, et est élu sénateurs le binôme ayant recueillit le plus de voix dans sa circonscription ainsi que l'un des membres du binôme arrivés en deuxième position, dit sénateur minoritaire. Enfin, les 32 sièges restants sont élus au scrutin proportionnel plurinominal à liste bloquées[2].

Le vote est de jure obligatoire, mais aucune sanction n'est appliquée aux abstentionnistes[2].

Déroulement des élections[modifier | modifier le code]

L'ensemble du processus électoral, qui commence le , est supervisé par l'Institut fédéral électoral.

L'élection du président est surveillée par 696 observateurs étrangers venant de 69 pays différents dont l'Algérie, la Libye, la Slovénie, Taïwan et le Cameroun. Les urnes sont surveillées par 2 millions de citoyens assermentés, appartenant à tous les partis politiques[réf. nécessaire].

Campagne[modifier | modifier le code]

L'équipe de campagne de Peña Nieto aurait bénéficié des services du consultant politique controversé Juan José Rendón (qui avait auparavant contribué aux campagnes d'Álvaro Uribe, de Porfirio Lobo ou encore d'Henrique Capriles) et de son pirate informatique Andrés Sepúlveda. Ce dernier, selon ses propres aveux, disposait avec son équipe de 600 000 dollars de budget pour manipuler les réseaux sociaux et créer un enthousiasme factice pour la campagne de Peña Nieto, injecter des logiciels espions dans les programmes informatiques des candidats adverses, et voler des plans de campagnes. Andrés Sepúlveda est actuellement emprisonné en Colombie pour avoir, en relation avec la campagne présidentielle d'Óscar Zuluaga, espionné des responsables politiques et militaires ; tandis que Juan José Rendón est suspecté d'avoir reçu de fortes rétributions financières des narcos-paramilitaires pour faire valoir leurs intérêts auprès des autorités colombiennes[3].

Andrés Manuel López Obrador, le candidat du mouvement progressiste, est l'objet d'une campagne médiatique le présentant comme un antidémocrate. Certains documents lui font dire qu'il est prêt à prendre le pouvoir par les armes[4].

Durant les mois qui précédent l'élection, certains États dirigés par le PRI détournent une partie de l'argent public destinés aux programmes sociaux, pour fournir aux plus démunis des paquets alimentaires et améliorer son image auprès de cette frange de la population. Cette opération clientéliste sera plus tard conne sous le nom de « Sorianagate », pour un cout estimé à 440 millions de dollars[5]. Des milliers de porte-monnaie électroniques sont par ailleurs troqués contre des engagements de soutien à la candidature d'Enrique Peña Nieto, avec la promesse de voir leur solde (entre 20 et 40 dollars) activé le jour suivant l'élection si ce dernier l'emporte[6].

Dans le cadre du scandale Odebrecht , multinationale brésilienne qui proposait des pots-de-vin à des politiciens latino-américains en échange de contrats avantageux, plusieurs cadres de la multinationale indiquent que celle-ci a versé plusieurs millions de dollars pour la campagne présidentielle du candidat du PRI Peña Nieto[7]. Le groupe financier Monex serait également impliqué, ainsi que des sociétés directement liées au narcotrafic[8].

Candidats à la présidentielle[modifier | modifier le code]

Sept partis différents présentaient quatre candidats pour la présidence.

Parti/Coalition Candidat Notes
Logo du Parti action nationale Parti action nationale Josefina Vázquez Mota Première femme candidate d'un parti majeur
Secrétaire au Développement social du Mexique (2000-2006)
Secrétaire à l'Éducation publique du Mexique (2006-2009)
PRD logo (Mexico).svgLogo PT.JPGMovimiento Ciudadano.svg Mouvement Progressiste (PRD, PT, MC) Andres manuel lopez obrador oct05.jpg Andrés Manuel López Obrador | Déjà candidat du parti en 2006 où il perdit de très peu face à Calderón (0,56 %)
Ancien chef de gouvernement du District fédéral (2000-2005)
PRI logo (Mexico).svgLogo Partido Verde (México).svg Engagement pour le Mexique (PRI, PVEM) Peña Nieto.jpg Enrique Peña Nieto | Gouverneur de l'État de Mexico de 2005 à 2011
Nueva alianza.png Nouvelle Alliance Gabriel Quadri de la Torre - World Economic Forum on Latin America.jpg | Gabriel Quadri de la Torre (en)

Sondages[modifier | modifier le code]

Le candidat du PRI, Peña Nieto était donné favori par toutes les enquêtes d'opinion officielles, mais les sondages sur Internet, sans méthodologie, les prenaient à contre-pied en plaçaient généralement le candidat de la gauche, López Obrador, en tête.

Résultats[modifier | modifier le code]

Présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des élections présidentielles mexicaines de 2012
Coalition Candidat Votes %
Engagement pour le Mexique Enrique Peña Nieto 19 226 784 39,19
Mouvement progressiste Andrés Manuel López Obrador 15 896 999 32,40
Parti action nationale (PAN) Josefina Vázquez Mota 12 786 647 26,06
Parti nouvelle alliance (PNA) Gabriel Quadri de la Torre (en) 1 150 662 2,35
Votes valides 49 061 092 97,49
Votes blancs et nuls 1 262 061 2,51
Total 50 323 153 100
Abstention 29 169 133 36,69
Nombre d'inscrits / participation 79 492 286 63,31
Source : Institut fédéral électoral du Mexique

Législatives[modifier | modifier le code]

Résultats des élections législatives mexicaines de 2012[9]
Partis Circonscriptions Listes fédérales Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % +/- Sièges
Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) 15 892 978 33,62 163 en augmentation 98 15 960 086 33,60 en augmentation 5,4 49 212 en augmentation 106
Parti action nationale (PAN) 12 885 414 27,26 52 en diminution 85 12 620 827 26,57 en diminution 6,8 62 114 en diminution 28
Parti de la révolution démocratique (PRD) 9 135 149 19,33 60 en diminution 31 9 194 637 19,35 en diminution 9,6 44 104 en diminution 23
Parti vert écologiste du Mexique (PVEM) 3 045 385 6,44 14 en augmentation 14 3 054 718 6,43 -[10] 14 29 en augmentation 17
Parti du travail (PT) 2 286 892 4,84 5 en augmentation 3 2 294 459 4,83 -[11] 10 15 en augmentation 3
Parti nouvelle alliance (PNA) 2 031 486 4,30 0 en stagnation 2 041 608 4,30 en diminution 0,3 10 10 en augmentation 1
Mouvement citoyen (es) (MC) 1 992 102 4,21 6 en augmentation 1 2 000 524 4,21 -[12] 10 16 en diminution 1
Autres 340 048 0,72
Votes valides 47 269 406 94,96 47 506 907 94,93
Votes blancs et nuls 2 506 527 5,04 2 535 956 5,07
Total 49 775 933 100 300 en stagnation 50 042 863 100 - 200 500 en stagnation
Abstention 29 716 353 37,38 29 449 423 37,05
Nombre d'inscrits / participation 79 492 286 62,62 79 492 286 62,95

Sénatoriales[modifier | modifier le code]

Résultats des élections sénatoriales mexicaines de 2012
Partis Circonscriptions Listes fédérales Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % +/- Sièges
Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) 17 119 854 37,33 46 en augmentation 36 15 679 729 33,09 en augmentation 5,1 11 57 en augmentation 22
Parti action nationale (PAN) 12 783 068 27,88 29 en diminution 3 13 245 088 28,88 en diminution 4,7 9 38 en diminution 14
Parti de la révolution démocratique (PRD) 13 288 983 28,98 17 en diminution 5 9 353 879 19,74 en diminution 10,0 6 23 en diminution 8
Parti vert écologiste du Mexique (PVEM) 867 056 1,89 2 en augmentation 2 2 881 923 6,08 -[10] 2 4 en stagnation
Parti du travail (PT) 2[13] en augmentation 2 2 339 923 4,94 -[11] 2 4 en augmentation 1
Mouvement citoyen (es) (MC) 2 025 045 4,27 -[12] 1 1 en diminution 1
Parti nouvelle alliance (PNA) 1 796 816 3,92 0 en stagnation 1 855 403 3,92 en diminution 0,1 1 1 en stagnation
Votes valides 45 855 777 94,34 47 380 990 94,18
Votes blancs et nuls 2 753 115 5,66 2 930 235 5,82
Total 48 608 892 100 96 en stagnation 50 311 225 100 en stagnation 32 128 en stagnation
Abstention 30 883 394 38,85 29 181 958 36,71
Nombre d'inscrits / participation 79 492 286 61,15 79 492 286 63,29

Après le scrutin[modifier | modifier le code]

Contestation[modifier | modifier le code]

Selon l'opinion de Mathilde Gérard du Monde, « pour de nombreux jeunes Mexicains, M. Peña Nieto symbolise les dérives autoritaires et clientélistes du PRI - le parti historique qui a gouverné le pays sans interruption de 1928 à 2000 »[14]. C'est ainsi qu'ils ont perturbé son discours à l'Université ibéro-américaine de Mexico, le 11 mai, au point qu'il ne put terminer son discours.

Le mouvement étudiant anti néo-libéral Yo soy 132, présent sur les médias sociaux, tente alors de mobiliser les jeunes électeurs contre de possibles arrangements. Par exemple, celui qui relierait le réseau de télévision Televisa, recevant 80 % des audiences, et le PRI[15]. En effet, s'il existe un système d'équilibre du temps de parole dont l'Institut électoral, garant, fournit les statistiques[15], cela n'implique pas qu'il y ait équité dans la bienveillance des médias[16].

Les dernières élections en 2006 gagnées par le candidat du PAN ayant donné lieu a des contestations, López Obrador ne reconnaissant pas sa défaite et accusant le parti vainqueur de fraudes électorales. Le parti vainqueur, cette fois le PRI, est accusé par lui d'achat de votes[16]: pour recevoir le pot-de-vin, il faudrait envoyer une photo dans l'isoloir du bulletin coché[16].Le procédé ne serait pas nécessairement illégal au Mexique[réf. nécessaire]et López Obrador reconnait lui-même que le nombre de voix achetées serait d'un peu plus de 3500, ce qui est infime sur un pays de plus de 113 millions d'habitants[17].

Le PAN, parti du président sortant, n'a lui pas contesté les résultats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MEXIQUE Cámara de Diputados (Chambre des Députés) Union Interparlementaire
  2. a et b MEXIQUE Cámara de Senadores (Sénat) Union Interparlementaire
  3. « Cómo Hackear una Elección », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017).
  4. « Au Mexique, les uns votent, les autres trichent », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017).
  5. « Estados compraron $ miles de millones a Soriana en despensas », sur Aristegui Noticias, .
  6. (es) DEMOS, Desarrollo de Medios, S.A. de C.V., « Repudian en 16 estados la compra masiva de votos a favor del PRI », La Jornada,‎ (lire en ligne).
  7. « Caso de corrupción de Odebrecht salpica a presidente de México », TeleSUR,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017).
  8. « Cártel de Juárez, proveedor del PRI y financiador en la campaña de Peña Nieto », sur Aristegui Noticias.com, .
  9. Les résultats sont comparés aux élections de 2006.
  10. a et b Le PVEM briguait les suffrages avec le PRI au sein de l'Alliance pour le Mexique aux élections législatives de 2006.
  11. a et b Le PT briguait les suffrages avec le PRD et Convergence au sein de la Coalition pour le Bien de Tous aux élections législatives de 2006.
  12. a et b L'entité prédécesseure du MC, Convergence, briguait les suffrages avec le PRD et le PT au sein de la Coalition pour le Bien de Tous aux élections législatives de 2006.
  13. Ces deux sénateurs étaient sur les mêmes listes que celles du PRD.
  14. « Les étudiants sortent la présidentielle mexicaine de sa torpeur »
  15. a et b Monitoreo 2012, Instituto Federal Electoral
  16. a b et c Le Figaro, « Soupçons de fraudes sur l'élection mexicaine », Patrick Bèle, 1er juillet
  17. [1]