Élections législatives nord-irlandaises de 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élections législatives nord-irlandaises de 2022
90 sièges de l'Assemblée
(Majorité absolue : 46 sièges)
Type d’élection Élection législative
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 373 731
Votants 873 787
63,61 % en diminution 1,2

Votes blancs et nuls 11 078
Michelle O'Neill (cropped from Martin McGuinness, Michelle O'Neill, Mary Lou McDonald and Gerry Adams).jpg Sinn Féin – Michelle O'Neill
Voix 250 388
29,02 %
en augmentation 1,1
Sièges obtenus 27 en stagnation
Official portrait of Sir Jeffrey M. Donaldson crop 2.jpg DUP – Jeffrey Donaldson
Voix 184 002
21,33 %
en diminution 6,7
Sièges obtenus 25 en diminution 3
Naomi Long MLA.jpg Alliance – Naomi Long
Voix 116 681
13,53 %
en augmentation 4,5
Sièges obtenus 17 en augmentation 9
Doug Beattie.png UUP – Doug Beattie
Voix 96 390
11,17 %
en diminution 1,7
Sièges obtenus 9 en diminution 1
Colum Eastwood MLA.JPG SDLP – Colum Eastwood
Voix 78 237
9,07 %
en diminution 2,9
Sièges obtenus 8 en diminution 4
JimAllister (cropped).jpg TUV – Jim Allister
Voix 65 788
7,63 %
en augmentation 5,1
Sièges obtenus 1 en stagnation
Sièges par circonscription
Carte
Premier ministre et vice-Premier ministre
Sortant
Paul Givan (DUP)
Michelle O'Neill (SF)

Les élections législatives nord-irlandaises de 2022 ont lieu le afin de renouveler l'Assemblée d'Irlande du Nord qui siège au Palais de Stormont à Belfast et contrôle l'Exécutif d'Irlande du Nord bi-communautaire.

À la faveur du recul du DUP, les républicains du Sinn Féin arrivent en tête, une première pour un parti nationaliste irlandais en Irlande du Nord, ce qui, en vertu des accords passés, lui donne le droit de nommer Michelle O'Neill, jusqu'ici vice-Premier ministre, au poste de Premier ministre.

Paysage politique[modifier | modifier le code]

L'Irlande du Nord est une nation constitutive du Royaume-Uni bénéficiant de la dévolution de certains pouvoirs. Cette organisation politique est héritée de l'accord du Vendredi saint adopté en 1998 qui met fin à trente ans de conflit nord-irlandais et de violences terroristes en mettant en place un partage du pouvoir.

Les tendances unionistes et nationalistes qui divisent profondément l'Irlande du Nord ont abouti à la création d'un système parfois nommé consociationalisme. Le Premier ministre et vice-Premier ministre d'Irlande du Nord, aux pouvoirs similaires, sont issus des deux partis dominant, après les élections, les deux camps.

Pour cette raison, la vie politique nord-irlandaise n'est pas structurée en une majorité et une opposition parlementaires.

Le pays est doté de manière permanente d'un gouvernement d'union nationale. L'exécutif nord-irlandais est choisi par l'Assemblée, chaque parti politique disposant d'un nombre de ministres proportionnel à son nombre de sièges à l'Assemblée. Le pays demeure membre par choix du Royaume-Uni, et conserve le droit de le quitter si une majorité de ses citoyens le souhaite.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Northern Ireland (Miscellaneous Provisions) Act de 2014 prévoit que les élections ont lieu tous les cinq ans, le premier jeudi de mai. Les dernières élections ayant eu lieu en 2017 de manière anticipée, le scrutin suivant est organisé cinq ans après.

L'Assemblée d'Irlande du Nord est composée de 90 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin à vote unique transférable dans dix-huit circonscriptions de cinq sièges chacune. Ce système électoral proportionnel vise ainsi à assurer une représentation équitable des divers courants politiques[1].

Le Premier ministre et le vice-Premier ministre dirigent ensemble l'Exécutif d'Irlande du Nord et disposent du même pouvoir.

Sondages[modifier | modifier le code]

Moyenne lissée des sondages

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des élections législatives nord-irlandaises de 2022[2],[3]
Irlande du Nord Assemblée 2022.svg
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Sinn Féin 250 388 29,02 en augmentation 1,11 27 en stagnation
Parti unioniste démocrate 184 002 21,33 en diminution 6,73 25 en diminution 3
Parti de l'Alliance d'Irlande du Nord 116 681 13,53 en augmentation 4,48 17 en augmentation 9
Parti unioniste d'Ulster 96 390 11,17 en diminution 1,69 9 en diminution 1
Parti social-démocrate et travailliste 78 237 9,07 en diminution 2,87 8 en diminution 4
Voix unioniste traditionnelle 65 788 7,63 en augmentation 5,08 1 en stagnation
Parti vert 16 433 1,90 en diminution 0,41 0 en diminution 2
Aontú 12 777 1,48 Nv 0 en stagnation
Le Peuple avant le profit 9 798 1,14 en diminution 0,62 1 en stagnation
Parti unioniste progressiste 2 665 0,31 en diminution 0,38 0 en stagnation
Parti socialiste républicain irlandais 1 869 0,22 Nv 0 en stagnation
Parti des travailleurs d'Irlande 839 0,10 en diminution 0,06 0 en stagnation
Alternative travailliste 602 0,07 en diminution 0,18 0 en stagnation
Parti socialiste 524 0,06 Nv 0 en stagnation
Parti conservateur 254 0,03 en diminution 0,27 0 en stagnation
Autres partis[a] 141 0,02 - 0 en stagnation
Indépendants 25 315 2,93 en augmentation 1,14 2 en augmentation 1
Votes valides 862 703 98,73
Votes blancs et nuls 11 078 1,27
Total 873 787 100 90 en stagnation
Abstentions 499 944 36,39
Inscrits / participation 1 373 731 63,61

Analyse[modifier | modifier le code]

Résultats par circonscriptions

Le Parti unioniste démocrate (DUP), qui dominait depuis 2003, se présentait affaibli. Bien que co-dirigeant l'Exécutif, il n'est pas parvenu à empêcher les concessions de Londres dans l'application du Brexit en Irlande à tel point que, pour marquer son désaccord, le Premier ministre Paul Givan a présenté sa démission juste avant les élections. Celui-ci avait remplaçé Arlene Foster, elle aussi démissionnaire, et contestée en interne. Enfin, le parti est désormais concurrencé par la Voix unioniste traditionnelle (TUV) qui a bondi après 15 ans d'existence à 7,6% des premières préférences, une augmentation de 5,1 points à comparer avec la baisse du 6,7 points du DUP. Le DUP perd finalement 3 sièges et la première place donnant droit au poste de Premier ministre[4],[5].

Ainsi, bien qu'ils n'accroissent pas leur nombre de sièges, les nationalistes du Sinn Féin arrivent en tête. C'est une première en Irlande du Nord.

Par ailleurs, le scrutin est surtout marqué par la percée des libéraux de l'Alliance, qui remettent en cause le système de consociationalisme (17 sièges, +9). Ce parti, qui était le 5e depuis 40 ans, se retrouve 3e car il dépasse les deux partis modérés des deux communautés, qui perdent tous deux des sièges : les sociaux-démocrates nationalistes du SDLP (8 sièges, -4) et l'UUP (9 sièges, -1).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux partis avec moins de 150 voix chacun

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « How do we elect MLAs? » Accès libre, sur niassembly.gov.uk. (consulté le )
  2. (en) « NI Assembly Election 5 May 2022 », sur www.eoni.org.uk (consulté le ).
  3. (en-GB) « Northern Ireland Assembly Election Results 2022 », sur BBC News (consulté le )
  4. « En Irlande du Nord, le Sinn Fein salue « une nouvelle ère », les unionistes actent leur défaite », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  5. « Irlande du Nord : les unionistes reconnaissent la victoire du Sinn Fein, qui salue "une nouvelle ère" », sur Franceinfo, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]