Église Saint-Sylvestre-des-Brousses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Saint-Sylvestre-des-Brousses
Saint-Sylvestre-de-Montcalmès
Image dans Infobox.
Chapelle romane du XIIe siècle de Saint-Sylvestre-des-Brousses
Présentation
Destination initiale
Église
Destination actuelle
Monument désanctuarisé
Conférences
Concerts
Style
Roman
Matériau
Pierre calcaire et petit appareil
Construction
Propriétaire
Commune de Puéchabon
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Accès et transport
Stationnement
oui
Coordonnées
Localisation sur la carte de Hérault (département)
voir sur la carte de Hérault (département)
Red pog.svg

L'église romane Saint-Sylvestre-des-Brousses est située près du village de Puéchabon dans le département de l'Hérault (France). C'est une église datant du XIIe siècle.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

La chapelle ou église de Saint-Sylvestre-des-Brousses est située à l'écart des grandes routes modernes. Elle est située à quelques centaines de mètres d'un chemin de pèlerinage allant vers Saint-Guilhem-le-Désert et son Abbaye de Gellone. Elle se situe sur le chemin d'Arles (Appelé aussi Via Tolosona ou Via Domitia), l'un des chemins de Compostelle.

Cette construction du XIIe siècle se trouve dans les garrigues de la vallée de l'Hérault, au sein d'une oliveraie dégagée, remise en état par l'association des « Vieux Oliviers de Puéchabon ». Des vignobles sont également présents.

Le défrichement de la végétation a permis de dégager la vue qui s'étend vers le sud, jusqu'à Aniane et Saint-Jean-de-Fos.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fut occupée pendant près de 600 ans par les bénédictins qui finirent par la quitter en 1658 pour rejoindre l'église Saint-Pierre de Puéchabon.

Son histoire est liée au hameau de Montcalmès, bien que très éloigné. En fait, à l’époque, la vie locale essentiellement agricole avait favorisé un habitat diffus et le lieu de prière devait être implanté de façon équitable pour les populations des environs.

La paroisse de Saint-Sylvestre est mentionnée pour la première fois en 1100, dans l'acte de donation d'une terre à l'abbaye d'Aniane[2] :

  • Au XVIe siècle les bénédictins délaissent Saint-Sylvestre au profit de saint Pierre de Puéchabon ;
  • en 1658 la visite de monseigneur de Bosquet suscita des réparations ;
  • les restaurations se succédèrent depuis ;
  • confisquée comme bien national pendant la révolution, elle est propriété depuis 1812 de la commune de Puéchabon

Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Construite au XIIe siècle, le plan est simple, avec une nef à trois travées terminée par une abside en cul-de-four. On note l’architecture imposante de son mur sud, qui présente un étonnant clocher rectangulaire assez rare, vraisemblablement rajouté. Les ouvertures vers l'extérieur sont petites, en forme de meurtrières à usage vraisemblablement défensif. Du reste, l'ensemble a un aspect massif de forteresse.

Cet édifice se caractérise ainsi à l'heure actuelle par sa nef unique, son portail à voussures, son chevet en abside et enfin son décor architectural à base de cannelures anguleuses et de bandes lombardes (i.e. alternance de pilastres et d'arcatures en plein cintre).

Divers : 4 informations disponibles[3] :

  • colonnes
  • décor peint ornant le mur du chevet (rouge et ocre jaune)
  • chapiteaux stylisés
  • décor géométrique sur archivoltes et voussures propriété publique

Il pourrait y avoir un ancien cimetière sous le remblai d'accès à l'église.

Chemins de randonnée et accès[modifier | modifier le code]


De nombreux chemins de randonnée ont la chapelle comme point de départ, notamment celui qui mène au Hameau de Montcalmès.

Lieu de départ conseillé : Puéchabon. Depuis Puéchabon, prendre la D32 en direction du sud-ouest, puis tourner à droite au niveau de la D27E1. Le chemin qui vous conduira à l'église se trouve sur la droite de cette route et sera indiqué par un panneau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Conférence donnée le dans l'église par M. Jean-Claude Richard, directeur de recherches au CNRS, à l'occasion d'une petite fête des oliviers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Dufour, À la découverte du patrimoine bâti communal de la Communauté de communes Vallée de l’Hérault (Vallée de l'Hérault, Communauté de Communes), 40 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]