Église Saint-Germain-d'Auxerre de Navarrenx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Saint-Germain-d'Auxerre de Navarrenx
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Diocèse
Paroisse
Paroisse Saint-François-Xavier-Navarrenx (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dédicataire
Religion
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées-Atlantiques
voir sur la carte des Pyrénées-Atlantiques
Red pog.svg

L'église Saint-Germain-d'Auxerre est une église catholique située à Navarrenx, commune des Pyrénées-Atlantiques en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français des Pyrénées-Atlantiques, sur la commune de Navarrenx.

Map commune FR insee code 64416.png

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Évolution[modifier | modifier le code]

Situation lors de la guerre de religion[modifier | modifier le code]

Visite du roi de France Louis XIII et restauration de culte catholique[modifier | modifier le code]

Blason de Navarrenx.
Roi de France Louis XIII et Notre Dame (Le Vœu de Louis XIII).

À la suite d'arrivée du roi de France Louis XIII, souhaitant la fin définitive de la guerre de religion, à Naverrenx en 1620, le culte catholique y fut effectivement rétabli.

Il s'agissait du dit édit d'union du Béarn. Arrivé à Noverranx, le , en faveur de toute l'intégration du royaume[1], le roi assista le lendemain à la messe dominicale solennelle à l'église Saint-Germain-d'Auxerre, donc le dimanche 18[2],[3]. Deux jours plus tard, soit le mardi 20, l'édit fut finalement approuvé par le conseil royal[1].

Au-dessus du portail, on trouve une couronne de laurier avec l'écu de France, achevée selon la visite de Louis XIII. D'autre part, le blason de commun actuel se caractérise et de cet événement : Azur à la fleur de lys d'or remplaçant l'ancien blason[4].

Classement[modifier | modifier le code]

Église en janvier 1903 ou avant.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1921 et 1989[4], en deux étapes.

D'abord, à l'exception du clocher, l'église obtint ce classement le [4].

Ensuite, c'était le que l'on classa le clocher-porche actuel, rehausse dans les années 1730[4],[5],[6], à nouveau le monument historique[4]. Par conséquent, l'édifice est entièrement protégé par ce label officiel.

Restauration[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vitraux[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

Le portail principal de l'église se distingue notamment de quatre tableaux en grande taille, dont ceux qui furent octroyés par l'empereur Napoléon III († 1870) ainsi que son épouse Eugénie de Montijo († 1920)[5]. En effet, après avoir soigné Eugènie, future impératrice, Docteur Jean-Baptiste-Prosper Darralde devint habitant de Navarrenx, puis maire de cette commune entre et , enfin fut nommé médecin ordinaire de Leurs Majestés Impériales vers 1857[7]. D'où, lors de la visite de ce couple impérial à Navarrenx en 1859, Napoléon III lui remercia en raison de nombreux traitements prodigués, notamment ceux de l'impératrice, en octroyant à l'église quatre tableaux au total[8]. Les cadeaux de l'empereur et l'impératrice y furent donc successivement arrivés tandis qu'il s'agissait des copies des chefs-d'œuvre.

Ainsi, on peut distinguer, en bas de deux encadrements, l'indice de cette donation[9] :
I. Nativité de la Vierge Marie « DONNÉ par L'EMPEREUR 1864 » ;
IV. L'Ascension de Jésus « DONNÉ PAR L'EMPEREUR 1859 ».

Avec leurs sujets bibliques, ces grands tableaux à la porte invitent notamment les pèlerins de Saint-Jacques, lors du redépart, à garder leur prière spirituelle sur le chemin :

  • Nativité de la Vierge Marie ;
  • Saint Germain, patron de l'église et de la paroisse ;
  • Piéta d'Adèle de Kercado
    Cette pièce est effectivement précisée avec une description en rouge et sur le tableau, en bas : « Adèle de Kercado ; d'après L. Carrache ; 1850 ». Cette Piéta est en conséquence exactement attribuée à Mademoiselle de Kercado, qui effectuait de nombreuses copies de chefs-d'œuvre à cette époque-là ; et il s'agit d'une reproduction de la pièce de Lodovico Carracci († 1619)[10],[11] ;
  • L'Ascension de Jésus (1848[11])
    À la différence des trois autres tableaux, cette œuvre n'est autre qu'un original de François Dubois, achevé déjà en 1848[11], et qui arriva à l'église plus tard, en 1859. Il s'agit d'une œuvre de l'Ascension de Christ [voir en ligne].

Statues[modifier | modifier le code]

Accueil des pèlerins[modifier | modifier le code]

La commune de Navarrenx est située depuis le Moyen Âge, sur le chemin de Saint-Jacques. L'existence de plusieurs hébergements dans la commune pour les pèlerins en fait une étape importante. Déjà au Moyen Âge, depuis le XIIe siècle, un hospice Saint-Antoine avec son église leur assurait gîte, soins et couvert. À l'initiative du père Sébastien Ihidoy, curé de 1981 à 2001[12], la paroisse Saint-François-Xavier de Navarrenx les accueille à partir du mois d'avril jusqu'à la fête de la Toussaint. Dans cette optique, le prêtre et une équipe de bénévoles se mobilisent en collaboration. Cette équipe est organisée, sans arrêt, depuis les années 1990 jusqu'ici[13].

Chaque jour à 18 heures, une présentation historique et un temps de prière ont lieu dans l'église Saint-Germain, suivie d'un pot de l'amitié, offert conjointement par la mairie et la paroisse. Le mercredi, il s'agit normalement d'une messe consacrée aux pèlerins. En faveur de l'échange parmi les pèlerins et avec l'équipe d'accueil, l'église paroissiale fonctionne de sorte que les voyageurs de Saint-Jacques puissent passer un véritable temps spirituel au sein de cet édifice historique, devant la statue de saint Jacques le Majeur, qui accueillit les pèlerins depuis si longtemps[13].

Il est facile à trouver l'église Saint-Germain en faveur des pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques.

Annexes[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Cercle historique de l'Arribère, L'église Saint-Germain de Navarrenx & la chapelle de Bérérenx, Navarrenx, 2010 (ISBN 978-2-918404-03-3) 105 p.[14]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « AU FIL DU TEMPS... 1620 », sur Le Figaro.fr (consulté le 23 septembre 2020).
  2. Jacques Le Cointe, Histoire du règne de Louis XIII, p. 243 - 244, 1716 [1]
  3. http://5ko.free.fr/fr/jul.php?y=1618 ; la France avait adopté le calendrier grégorien en 1582.
  4. a b c d et e « Église Saint-Germain d'Auxerre », notice no PA00084460, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. a et b http://www.visites.aquitaine.fr/eglise-saint-germain-d-auxerre-7659
  6. L'identification de la construction du cloche-porche remplaçant l'ancien clocher-mur reste encore floue et difficile ; plusieurs documents donnent en effet des années différentes : 1731, 1734, 1735 ...
  7. http://visites.aquitaine.fr/plaque-sur-la-demeure-du-docteur-prosper-darralde
  8. http://patrimoine.tourisme64.com/routes-de-lhistoire/sur-les-pas-de-limperatrice-eugenie/
  9. Établissement visité et vérifié le 16 octobre 2017.
  10. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_3=AUTR&VALUE_3=KERCADE ADELE DE : « ; comme cette artiste semble avoir reçu à plusieurs reprises des commandes des copies de la même composition, notamment en 1850 pour l'église de Naverranx (Basses-Pyrénées) (A.N., F21 38), ...»
  11. a b et c http://visites.aquitaine.fr/tableaux-de-l-eglise-saint-germain-d-auxerre-offerts-par-l-imperatrice-eugenie
  12. « Retour sur les obsèques de M. l'abbé Sébastien Ihidoy - Diocèse 64 Bayonne, Lescar et Oloron », sur diocese64.org (consulté le 23 septembre 2020).
  13. a et b http://www.paroisse-navarrenx.fr/rencontrer-les-pelerins-89339
  14. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb422589445