Église Notre-Dame-des-Sablons d'Aigues-Mortes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Notre Dame des Sablons
Facade de Notre Dame des Sablons
Facade de Notre Dame des Sablons
Présentation
Culte Catholique
Type Église
Début de la construction XIIIe siècle
Style dominant Architecture gothique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1949, église)
Logo monument historique Classé MH (1990, autel)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Ville Aigues-Mortes
Coordonnées 43° 34′ 01″ nord, 4° 11′ 26″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Notre Dame des Sablons
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Église Notre Dame des Sablons
Géolocalisation sur la carte : Gard
(Voir situation sur carte : Gard)
Église Notre Dame des Sablons

L'église Notre Dame des Sablons est une église gothique située à Aigues-Mortes, dans le département français du Gard.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église Notre Dame des Sablons est le dernier témoignage de l'embarquement de Saint Louis pour les croisades. La date exacte de sa construction n'est pas connue. Elle a vraisemblablement été construite avant les remparts, vers le milieu du XIIIe siècle, à l'époque de saint Louis et est de style gothique. Collégiale en 1537, elle fut saccagée par les protestants en 1575. La chute de son clocher en 1634 provoque de nombreux dégâts, qui la rendent inutilisable durant près d'un siècle. La paroisse est transférée, un temps, dans la Chapelle des Pénitents blancs[1]. Les travaux principaux se déroulent de 1738 à 1744, tant sur l'orientation de l'édifice que sur la tour de l'horloge. Pendant la révolution française, le bâtiment servit d'église décadaire, puis de caserne, et dépôt de sel. Elle ne redevient église catholique qu'en 1804[2] et fut restaurée dans un style "néo classique-baroque" assez chargé.

L'église est inscrite au titre des monuments historiques, depuis le 6 décembre 1949, puis classée depuis le 31 août 1990 pour son autel gallo-romain[3]

De 1964 à 1967 tout le décor XIXe disparaît, notamment les plafonds à caissons, pour laisser place à l'église beaucoup plus sobre et dans l'esprit médiéval que nous voyons aujourd'hui. Le reste du mobilier XVIIIe et XIXe siècles a disparu à cette occasion à l'exception de quelques statues.

Depuis 1991, des vitraux créés par Claude Viallat, artiste contemporain appartenant au mouvement artistique Supports/Surfaces, donnent à l'édifice une lumière et une couleur extraordinaires.

Le , jour de la Saint-Louis, le prince Louis de Bourbon y prononce son premier discours en tant qu'héritier du trône de France. Il est alors fait citoyen d'honneur de la ville d'Aigues-Mortes par le maire, René Jeannot[4].

Le , la ville d'Aigues-Mortes organise les cérémonies commémoratives à l'occasion du 800e anniversaire de la naissance de Saint Louis. Une messe est alors célébrée par Mgr Robert Wattebled. Le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, ainsi que son épouse, Marie-Marguerite, participent aux commémorations[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Architecture extérieure[modifier | modifier le code]

l'architecture extérieure de cette église est de style gothique, XIIIe siècle

Architecture intérieure[modifier | modifier le code]

Intérieur

La nef[modifier | modifier le code]

Le chœur[modifier | modifier le code]

Ornementation[modifier | modifier le code]

Lors de la restauration de l'édifice, trente-et-un nouveaux vitraux ont été conçus par Claude Viallat, et réalisés par le maître verrier Bernard Dhonneur.

Mobiliers[modifier | modifier le code]

Inventaire Palissy[modifier | modifier le code]

Inventaire patrimonial[modifier | modifier le code]

Le très sobre clocher à peigne abrite 3 cloches. La plus importante, 1,07m de diamètre, date de 1740, classée MH elle fut réalisée par le maître fondeur Jean Poutingon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Guitteny: La Camargue. Ed. Boumian, Monaco 1990, page 73
  2. travaux de l'église
  3. « Eglise paroissiale Notre-Dame-des-Sablons », notice no PA00102940, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Aigues-Mortes : le prince Louis de Bourbon célèbre Saint Louis », Midi Libre,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2014)
  5. Stéphane Bern, Entretien intégral du prince Louis de Bourbon, Le Figaro, 24 avril 2014, Lire en ligne
  6. « Crucifix en bois », notice no PM30000774, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Table du maître autel. », notice no IM30000072, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « Table d'autel n°3. », notice no IM30000073, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Statue de Saint Louis. », notice no IM30000081, base Palissy, ministère français de la Culture