Écurie Espadon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écurie Espadon
Logo
Discipline Formule 1
Formule 2
Localisation Drapeau : Suisse Suisse
Dirigeants et pilotes
Directeur Drapeau : Suisse Rudi Fischer
Pilotes Drapeau : Suisse Rudi Fischer
Drapeau : Suisse Peter Staechelin
Drapeau : Suisse Peter Hirt
Drapeau : Suisse Rudolf Schoeller
Drapeau : Allemagne Hans Stuck
Drapeau : Allemagne Kurt Adolff
Drapeau : Suisse Max de Terra
Caractéristiques techniques
Châssis SVA 1500
Veritas Meteor
Ferrari 166
Ferrari 212
Ferrari 500
Moteurs Fiat
Veritas
Ferrari
Pneumatiques Pirelli
Résultats
Début GP de Suisse 1951
Dernière course GP de Suisse 1953
Courses disputées 9
Points marqués 10
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires 0
Podiums 2
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

L'Écurie Espadon, qui deviendra ensuite la Scuderia Espadon, est une écurie de course automobile suisse fondée en 1948 par le pilote Rudi Fischer. L'écurie a notamment pris part à huit Grands Prix de championnat du monde de Formule 1 entre 1951 et 1953.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Écurie Espadon, fondée par le pilote automobile suisse Rudi Fischer est composée d'un groupe de six coureurs amateurs suisses. La dénomination « écurie » est utilisé à la fondation de l'équipe car la plupart des voitures utilisées sont françaises, principalement des Gordini. Plus tard lorsque l'équipe utilise des voitures italiennes, principalement des Ferrari, le nom de l'équipe est transformé en « Scuderia »[1].

Ils courent d'abord, dès 1948, sur des Simca Gordini puis sur diverses automobiles au cours des deux années suivantes : Simca Gordini, Cisitalia D 46, BMW, Hersham and Walton Motors-Alta, Veritas RS et Meteor, Ferrari 166 et O.S.C.A. MT4[2].

En 1951, l'écurie acquiert deux Ferrari : une Ferrari 212 (châssis 110) et une Ferrari 125. La 212 court jusqu'en 1953, année où se termine l'aventure sportive de la Scuderia Espadon. En 1952, une Ferrari 500 (châssis 184) est achetée et permet à Rudi Fischer d'inscrire des points en championnat du monde grâce à deux podiums obtenus en 1952 aux Grand Prix de Suisse et Grand Prix d'Allemagne[1].

Rudi Fischer pilote la Ferrari 212 au cours de la saison 1951, prenant part à quinze épreuves, dont plusieurs Grands Prix de Formule 1 du championnat du monde et hors-championnat[3].

Ses meilleurs résultats sont deux victoires au Circuit des Remparts d'Angoulême et au Circuit du Lac-Aix les Bains en Formule 2 et cinq podiums en Formule 1 : deux deuxièmes places (deuxième des Grands Prix de Bordeaux[4] et d'Ostschweiz Erlen et troisième à l'Avus, au Grand Prix de Syracuse[5] et au Grand Prix de San Remo[6]).

En 1952, le règlement du championnat du monde de Formule 1 change au profit des Formule 2, et la Scuderia Espadon profite de cette suprématie pour briller en championnat grâce aux Ferrari 500, Peter Hirt prenant le volant de la Ferrari 212. Il n'obtient à son volant aucun résultat, la voiture étant dépassée par la concurrence. Hans Stuck pilote la 212 lors de trois épreuves au mois de septembre[1].

Rudi Fischer commence la saison avec une deuxième place pour son Grand Prix national[7], puis termine troisième au Nürburgring[8]. En Formule 2, Rudi Fischer permet à la Scuderia Espadon de remporter deux épreuves, l'Eifelrennen[9] et l'AVUSrennen[10].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Espadon en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits
par les pilotes
1950 Drapeau : Suisse Écurie Espadon SVA 1500 Fiat L4 compressé Pirelli Drapeau de la Suisse Rudi Fischer 0 0
1951 Drapeau : Suisse Écurie Espadon Veritas Meteor
Ferrari 166
Veritas L6 compressé
Ferrari V12
Pirelli Drapeau de la Suisse Rudi Fischer
Drapeau de la Suisse Peter Staechelin
2 0
1952 Drapeau : Suisse Écurie Espadon Ferrari 212
Ferrari 500
Ferrari V12
Ferrari L4
Pirelli Drapeau de la Suisse Rudi Fischer
Drapeau de la Suisse Peter Hirt
Drapeau de la Suisse Rudolf Schoeller
Drapeau de l'Allemagne Hans Stuck
5 10
1953 Drapeau : Suisse Écurie Espadon Ferrari 166
Ferrari 500
Ferrari V12
Ferrari L4
Pirelli Drapeau de l'Allemagne Kurt Adolff
Drapeau de la Suisse Peter Hirt
Drapeau de la Suisse Max de Terra
2 0


Tableau synthétique des résultats de l'écurie Espadon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points inscrits
par les pilotes
1 2 3 4 5 6 7 8 9
1950 Écurie Espadon SVA 1500 Fiat L4 compressé Pirelli GBR MON 500 SUI BEL FRA ITA 0
Rudi Fischer Forf
1951 Écurie Espadon Veritas Meteor
Ferrari 166
Veritas L6 compressé
Ferrari V12
Pirelli SUI 500 BEL FRA GBR ALL ITA ESP 0
Rudi Fischer 11e 6e
Peter Staechelin Abd
1952 Écurie Espadon Ferrari 212
Ferrari 500
Ferrari V12
Ferrari L4
Pirelli SUI 500 BEL FRA GBR ALL P-B ITA 10
Rudi Fischer 2e 11e 13e 3e Abd
Peter Hirt 7e 11e Abd
Rudolf Schoeller Abd
Hans Stuck Nq
1953 Écurie Espadon Ferrari 166
Ferrari 500
Ferrari V12
Ferrari L4
Pirelli ARG 500 P-B BEL FRA GBR ALL SUI ITA 0
Kurt Adolff Abd
Peter Hirt Abd
Max de Terra 8e

Légende : ici

  • † Monoplace partagée avec un autre pilote de l'écurie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gilles Bonnafous, « FERRARI 212 F2 », sur motorlegend.com, (consulté le 20 décembre 2011)
  2. Gilles Bonnafous, « Avignon Motor Festival 2008 », sur motorlegend.com, (consulté le 20 décembre 2011)
  3. « Rudi FISCHER Engagement Hors Championnat », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  4. « 1951 Grand Prix de Bordeaux », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  5. « 1951 Gran Premio di Siracusa », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  6. « 1951 V Gran Premio di San Remo », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  7. « Suisse 1952 Classement », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  8. « Allemagne 1952 Classement », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  9. « 1952 XVI Internationales ADAC Eifelrennen », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)
  10. « 1952 VIII Internationales Avusrennen », sur statsf1.com (consulté le 20 décembre 2011)