Zinaida Greceanîi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zinaida Greceanîi
Zinaida Greceanîi, le 14 novembre 2008
Zinaida Greceanîi, le 14 novembre 2008
Fonctions
7e Premier ministre moldave
31 mars 200814 septembre 2009
(1 an, 5 mois et 14 jours)
Prédécesseur Vasile Tarlev
Successeur Vitalie Pîrlog
Biographie
Nom de naissance Zinaïda Petrovna Gretchanaïa
Date de naissance 7 février 1956 (58 ans)
Lieu de naissance Tomsk (URSS)
Nationalité moldave
Parti politique PCRM
Diplômé de Université d'État de Moldavie

Zinaida Greceanîi
Premiers ministres moldaves

Zinaida Greceanîi[1] (en russe : Зинаи́да Греча́ная) est une femme politique moldave, née le 7 février 1956 dans la région de Tomsk, en URSS. Elle fut Première ministre en exercice du 31 mars 2008 au 14 septembre 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Zinaida Greceanîi naît dans la région de Tomsk, après que sa famille ait été déportée de la RSS de Moldavie par le gouvernement soviétique[2].

Elle suit des études d'économie à l'université d'État de Kichinev (désormais Chișinău) en RSS de Moldavie.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Membre du Parti des communistes de la République de Moldavie, Zinaida Greceanîi remporte l'élection municipale de Chișinău, en juillet 2005 avec 50,15 % des voix au premier tour et 87,78 % au second tour. Néanmoins, l'élection n'est pas validée par la commission électorale car moins d'un-tiers des électeurs s'est prononcé[3].

Première ministre de Moldavie

Le 19 mars 2008, le Premier ministre Vasile Tarlev présente sa démission, poste qu'il occupait depuis avril 2001. Le président Vladimir Voronin nomme alors Zinaida Greceanîi Première ministre. Le 31 mars 2008, le Parlement moldave accorde l'investiture au gouvernement de Zinaida Greceanîi par 56 votes sur 101 (les 56 députés du PCRM).

Zinaida Greceanîi est alors la première femme à devenir Première ministre dans son pays. À la suite des élections législatives, elle a remis sa démission et celle de son gouvernement le 4 mai 2009 tout en continuant d'expédier les affaires courantes.

Une ambition présidentielle

En 2009, Zinaida Greceanîi se présente à l'élection présidentielle devant le Parlement, mais au premier tour de scrutin, le 20 mai, ne recueille que 60 voix, une de moins que la majorité nécessaire[4]. Le deuxième tour du 3 juin suivant se solde par le même résultat. De nouvelles élections législatives le 29 juillet 2009 voient la perte par le PCRM de la majorité absolue au Parlement, mettant une épée de Damoclès sur la tête de Zinaida Greceanîi, l'opposition ayant manifesté le souhait de se réunir dans une grande coalition. Elle remet sa démission et celle de son gouvernement le 26 août et est remplacée à son poste par Vitalie Pîrlog, à titre intérimaire, le 14 septembre.

Le 4 novembre 2011 elle quitte le PCRM, avec Igor Dodon et Veronica Abramciuc[5].

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Greceanîi est née en URSS et à la naissance son nom était Zinaïda Petrovna Gretchanaïa (en cyrillique russe Зинаида Петровна Гречаная.
  2. (en) LPDM demand public condemnation of stalinist deportations, AZI, 3 juillet 2009.
  3. (en) New elections for the position of the general mayor of Chisinau municipality held in July 2005
  4. Présidentielle moldave: deuxième vote programmé pour le 28 mai, Agence russe d'information internationale RIA Novosti
  5. (ro) Dodon, Greceanîi şi Abramciuc se retrag din PCRM!, Infoprut, 4 novembre 2011.