Yin Xu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yin Xu *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Le site archéologique de Yin Xu
Le site archéologique de Yin Xu
Coordonnées 36° 07′ 36″ N 114° 18′ 50″ E / 36.12667, 114.3139 ()36° 07′ 36″ Nord 114° 18′ 50″ Est / 36.12667, 114.3139 ()  
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Type Culturel
Critères (ii) (iii) (iv) (vi)
Superficie 414 ha
Zone tampon 750 ha
Numéro
d’identification
1114
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2006 (30e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Yin Xu (殷墟 ; pinyin : Yīnxū, littéralement "ruines de Yin"), est le site archéologique de l'ancienne cité de Yin, centre spirituel et culturel et dernière capitale de la dynastie Shang (1300 - 1046 av. J.-C.). Le site inclut de nombreuses tombes et palais royaux.

Il s'agit en fait d'un ensemble de sites archéologiques situés sur les bords de la rivière Huan(洹河), ou rivière d'Anyang (安阳河), au nord de la province chinoise du Henan, à proximité de la ville moderne d'Anyang. Cet ensemble archéologique est d'ailleurs couramment désigné sous le terme d'Anyang.

Histoire[modifier | modifier le code]

Redécouvert en 1899, ce site est l'un des plus vieux et grand de Chine. Le site était déjà actif au Ve millénaire av. J.-C.. C'est au début du XIVe siècle av. J.-C. que le roi Pan Geng de la dynastie Shang déplaça la capitale de Yān (actuellement Qufu dans la province chinoise du Shandong).

Le roi Wu Ding continua à utiliser cette capitale et lança de nombreuses campagnes militaires depuis ce site (beaucoup furent menées par sa propre femme Fu Hao), contre les tribus alentours portant le rayonnement de la dynastie à son apogée.

Découvertes archéologiques[modifier | modifier le code]

La tombe la plus remarquable est celle de Fu Hao, l'une des épouses de Wu Ding, 21ème empereur de la dynastie Shang, qui nous est parvenue parfaitement intacte. Elle renferme un grand nombre d'objets funéraires d'une qualité exceptionnelle, qui constituent l'un des trésors nationaux chinois.

Yin Xu fournit également, grâce aux ossements gravés d'inscriptions divinatoires que l'on y a découverts (jiaguwen), un témoignage sur l'arrivée à maturité des caractères chinois dès 1300 av. J.-C.

Le site a été inscrit en 2006 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Liens externes[modifier | modifier le code]