Vingt mille ans sous les verrous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vingt mille ans sous les verrous

Titre original 20,000 Years in Sing Sing
Réalisation Michael Curtiz
Scénario Wilson Mizner
Brown Holmes
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1932
Durée 78 min (1 h 18)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vingt mille ans sous les verrous (20,000 Years in Sing Sing) est un film américain réalisé par Michael Curtiz, sorti en 1932.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Appréhendé pour de nombreux méfaits, le gangster Tom Connors est incarcéré à Sing Sing et condamné à y purger une peine de détention à vie. Il est persuadé cependant qu'il en sortira très vite, grâce aux relations politiques qu'entretient Finn, son associé. Celui-ci échoue toutefois dans sa tentative de soudoyer le directeur de la prison, M. Long, homme intègre et réfléchi. Décidé à jouer les "fortes têtes", Tom refuse de porter l'uniforme et ne veut à aucun prix accomplir les besognes réservées aux prisonniers. M. Long accepte ses exigences mais lui fait subir, en contrepartie, les conséquences de son attitude. Ainsi, le célèbre malfrat doit essuyer les moqueries de ses codétenus et affronter le froid. Solitaire et sans occupation, Tom se morfond dans sa geôle et finit par demander qu'on lui permette de briser des pierres dans une carrière. Quelque temps après, une tentative d'évasion est organisée par quelques-uns de ses compagnons. Par superstition - la date de l'évasion est fixée pour un samedi, jour de malchance pour lui -, Tom s'abstient d'y participer. À juste raison, car celle-ci échoue lamentablement et s'achève dans un bain de sang. Tom apprend ensuite que Fay, sa fiancée, a été gravement blessée dans un accident de voiture. Compréhensif, le directeur de prison lui accorde une permission de sortie pour aller la voir. Mais, il lui fait jurer sur l'honneur qu'il réintégrera la prison le jour même. Lorsque Tom arrive chez sa fiancée, il apprend que Finn, son ancien partenaire, l'ayant trahi, est également responsable de cet accident. Finn débarque, à son tour, chez Fay dans la perspective d'acheter son silence. Une violente bagarre entre les deux hommes s'ensuit. Afin de protéger Tom, Fay abat mortellement Finn. Conscient de la situation, Tom rentre quand même à Sing Sing. Condamné pour meurtre à la chaise électrique, il demande à sa fiancée de ne pas dévoiler la vérité, la sauvant ainsi de la prison à vie. Le récit est inspiré des souvenirs authentiques de l'ex-directeur de prison, Warden Lewis E. Lawes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Michael Curtiz « passa sans difficulté apparente du réalisme à la fantaisie et inversement. Parmi les films réalistes, on peut citer Vingt mille ans sous les verrous, bon exemple du genre social caractéristique des années 1930 et affectionné par la Warner », souligne Jean-Loup Bourget[1]. En outre, selon Jacques Lourcelles, « le film sert d'antithèse et de complément d'information au célèbre Je suis un évadé de Mervyn LeRoy, produit quelques mois auparavant par la même firme. »[2]

L'émotion surgit lorsque Bette Davis fait irruption dans l'univers entièrement mâle de la prison, estime encore J.-L. Bourget[1]. « L'histoire d'amour entre celle-ci et Spencer Tracy, qui tient en peu de scènes, est l'une des plus poignantes du cinéma », juge, pour sa part, Jacques Lourcelles[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b in Dictionnaire mondial du cinéma, Éditions Larousse, 1986.
  2. a et b in : Dictionnaire du cinéma - les films, Robert Laffont, Bouquins, 1992.

Lien externe[modifier | modifier le code]