Val de Cogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cogne (homonymie).
Val de Cogne
Le massif du Grand Paradis dans le haut Valnontey.
Le massif du Grand Paradis dans le haut Valnontey.
Massif Massif du Grand Paradis
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région autonome Vallée d'Aoste
Communes Cogne, Aymavilles
Coordonnées géographiques 45° 37′ 30″ N 7° 19′ 30″ E / 45.625, 7.325 ()45° 37′ 30″ Nord 7° 19′ 30″ Est / 45.625, 7.325 ()

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Val de Cogne

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Val de Cogne
Orientation nord-ouest
Longueur
Type Vallée glaciaire
Écoulement Grand Eyvia
Voie d'accès principale Route nationale 47
Un chamois près du chef-lieu de Cogne

Le val de Cogne est une vallée latérale de la vallée d'Aoste, située au sud de la commune d'Aymavilles. Il s'étend sur une partie du parc national du Grand-Paradis, et sur son territoire se trouve le sommet du même nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le val de Cogne appartient au bassin hydrographique droit de la Doire Baltée. Peu loin du hameau Crétaz de Cogne la vallée s'ouvre et se divise en quatre vallées mineures : le Valnontey vers le sud, le vallon de Grauson vers le nord, le vallon de l'Urtier et le Valeille vers l'est.

Tous les torrents du haut val de Cogne confluent dans la Grand Eyvia, qui se jette dans la Doire Baltée près d'Aymavilles.

Le val de Cogne a été soumis récemment à deux inondations : la première a eu lieu en 1993 et la seconde, la plus grave, le 15 octobre 2000, quand les 400 mm de pluie tombés provoquèrent des éboulements dans toute la vallée.

Sommets principaux[modifier | modifier le code]

Les principaux sommets qui entourent le val de Cogne sont :

  • le Grand Paradis - 4 061 mètres, au fond du Valnontey ;
  • le Roc - 4 026 mètres ;
  • le mont Grivola - 3 969 mètres ;
  • le Petit Paradis - 3 923 mètres ;
  • la crête Gastaldi - 3 894 mètres ;
  • le pic de Montandayné - 3 838 mètres ;
  • l'Herbétet - 3 778 mètres ;
  • la Tête de Cérésole - 3 777 mètres ;
  • la Tour du Grand-Saint-Pierre - 3 692 mètres ;
  • la Tour de Saint-André - 3 651 mètres ;
  • le Rocher Vif - 3 650 mètres ;
  • la Tête de la Tribulation - 3 642 mètres ;
  • la pointe Rouge - 3 630 mètres ;
  • le pic de Gay - 3 621 mètres ;
  • la Tour de Saint-Ours - 3 618 mètres ;
  • la Tête de Valnontey - 3 562 mètres ;
  • la Grand Serz (ou Grand Serraz) - 3 552 mètres ;
  • la pointe Tersive - 3 513 mètres ;
  • la pointe Ondésane - 3 492 mètres ;
  • le Grand Crou - 3 487 mètres ;
  • la pointe Garin - 3 448 mètres ;
  • la pointe des Seinges - 3 408 mètres ;
  • le mont Grauson - 3 240 mètres.

Glaciers principaux[modifier | modifier le code]

Le Valleille en amont de Lillaz
  • Glacier de la Tribulation
  • Glacier du Trajoz
  • Glacier du Nomenon
  • Glacier du Tuf
  • Glacier du Loson
  • Glacier du Grand Val
  • Glacier du Tzasset
  • Glacier du Grand Crou
  • Glacier du Money
  • Glacier du Coupé de Money
  • Glacier du Patry
  • Glacier de Vallettaz
  • Glacier de Valeille
  • Glacier des Seinges
  • Glacier de l'Arollaz
  • Glacier du Tessonet

Cols[modifier | modifier le code]

Les alpages de Valmiane, en amont de Valnontey

Les cols reliant ce val aux vallées adjacentes sont :

  • col de Monel - 3 428 mètres - vers le Val de l'Orco (Piémont) ;
  • col de Téléchoz - 3 326 mètres - vers le Val de l'Orco (Piémont) ;
  • col du Lauson - 3 301 mètres - vers le Valsavarenche ;
  • col de l'Herbétet - 3 257 mètres - vers le Valsavarenche ;
  • col de l'Arbole - 3 137 mètres - vers Brissogne ;
  • col de la Nouvaz - 2 933 mètres - vers le Valsoana (Piémont) ;
  • col de Garin - 2 868 mètres - vers Aoste ;
  • Fenêtre de Champorcher - 2 826 mètres - vers la vallée de Champorcher ;
  • col de Bardoney - 2 833 mètres - vers le Valsoana (Piémont).

Communes[modifier | modifier le code]

Rue Grappein à Cogne

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Le paysage du val de Cogne est celui que l'on rencontre partout dans les hautes Alpes : des forêts de pins, de sapins et de mélèzes, jusqu'à 2 200 mètres d'altitude, ensuite des steppes herbeuses et des clapiers, et enfin des glaciers.

Faune[modifier | modifier le code]

La plupart des animaux présents dans cette vallées sont protégés par le règlement du parc national du Grand Paradis. Ils sont notamment : des bouquetins, des chamois, des marmottes, des hermines, des perdrix, des aigles et des gypaètes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La civilisation du haut val de Cogne, correspondant aux villages de l'actuelle commune de Cogne, se développa le long des chemins muletiers qui le reliait aux vallées arpitanes du Piémont et avec le Canavais, par le col du Rancio et le col de l'Ariette.

Cet héritage est représenté aujourd'hui par le patois cognein, qui se différencie des autres parlers valdôtains et ressemble plutôt aux patois des hautes vallées francoprovençales piémontaises, et par la cuisine cogneine, où l'ingrédient principal est souvent le riz, élément traditionnel de la cuisine piémontaise.

Pont de Chevril[modifier | modifier le code]

Le pont de Chevril était un pont sur la Grand Eyvia, situé sur la commune d'Aymavilles le long de la RR 47. Il s'est écroulé le 23 décembre 2011, et constituait l'un des chefs-d'œuvre de l'architecture alpine du val de Cogne. Il avait été projeté par le Corps Royal du Génie civil de Turin en 1865 pour relier Cogne à Aoste. Il représentait une œuvre sans aucun doute remarquable sous le profil de l'ingénierie.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les dentelles de Cogne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les dentelles cogneintses.

Cogne est connue pour l'ancienne tradition de ses dentellières, un secret que les cogneintes ont transmis de mère en fille jusqu'à nos jours. Une exposition permanente a lieu en face de l'église du chef-lieu de Cogne, rue docteur César Grappein, dans la soi-disant Maison di pitz (qui signifie « maison des dentelles », dans le patois cognein).

Refuges et bivouacs[modifier | modifier le code]

Les refuges présents dans cette vallée sont :

  • le refuge Victor Sella - (2 584 mètres) au Valnontey ;
  • le refuge Sogno de Berdzé au Péradza - 2 526 mètres, 78 lits - dans le vallon de l'Urtier ;
  • le bivouac Mario Balzola - (3 477 mètres) 4 lits ;
  • le bivouac Lucien Gratton - (3 198 mètres) 9 lits ;
  • le bivouac Lionel Leonessa - (2 910 mètres) 12 lits - au Valnontey ;
  • le bivouac Charles Pol - (3 183 mètres) 6 lits - au Valnontey ;
  • le bivouac Marcel Gérard-Hector Grappein - (3 183 mètres) 9 lits - au Valnontey ;
  • le bivouac Borghi - (2 686 mètres) 9 lits - dans le Valnontey ;
  • le bivouac Alexandre Martinotti - (2 588 mètres) 6 lits - au Valnontey ;
  • le bivouac du Money - (2 872 mètres) 8 lits - au Valnontey ;
  • le bivouac Laura Malvezzi-Guy Antoldi - (2 920 mètres) 9 lits - au Valeille ;
  • le bivouac Franco Nebbia - (2 850 mètres) 6 lits.

Cette vallée est traversée par la Haute Route n°2.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]