Unity (logiciel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Unity.
Unity
Image illustrative de l'article Unity (logiciel)
Logo

Unity sur Ubuntu 13.04
Unity sur Ubuntu 13.04

Développeurs Canonical, Ubuntu community, Ayatana community
Première version [1]
Environnement Ubuntu
Langue Multi-langues
Type shell
Licence GNU GPL v3, GNU LGPL v3
Site web (en) unity.ubuntu.com

Unity est un shell (logiciel fournissant une interface pour l'utilisateur) pour l'environnement de bureau GNOME développé par Canonical Ltd pour son système d'exploitation Ubuntu. Unity fut inclus tout d'abord dans la Netbook Edition d'Ubuntu 10.10. Il est prévu à l'origine pour utiliser de manière plus efficace le peu d'espace écran disponible sur les netbooks en incluant, par exemple, un lanceur d'application vertical[2]. Il contient un adware qui affiche de la publicité directement sur le bureau de l'utilisateur en se servant de ses données de recherches qui sont transmises à Canonical.

Développement[modifier | modifier le code]

Même si Ubuntu a jusque-là utilisé le gestionnaire de bureau GNOME, le fondateur du système d'exploitation, Mark Shuttleworth, a évoqué des différences d'opinions philosophiques à propos de l'expérience utilisateur envers l'équipe de GNOME pour expliquer pourquoi Ubuntu utiliserait désormais Unity comme bureau par défaut à la place de GNOME Shell, à partir d'avril 2011, avec Ubuntu Natty Narwhal (11.04)[3] :

« Nous participions au fil de discussion de GNOME Shell, et nous avons mis en avant nos points de vue et ils n'ont pas été adoptés par les concepteurs. Nous avons divergé des gens de GNOME Shell sur des points clés de la conception, par exemple combien de menus d'applications devraient apparaître dans le système, comment on devrait chercher pour trouver des applications, comment les applications préférées de chacun devraient être présentées. »

— Mark Shuttleworth[3]

En novembre 2010, le Community manager d'Ubuntu Jono Bacon expliqua les relations entre GNOME et Unity au sein de la distribution : « Je veux rendre une chose claire comme de l'eau de roche : Ubuntu est une distribution GNOME. Nous livrons la structure GNOME, nous continuerons d'inclure des applications GNOME, et nous optimisons Ubuntu pour GNOME. La seule différence est qu'Unity est un Shell différent pour GNOME, mais nous continuerons à supporter les derniers développements de GNOME Shell dans les archives d'Ubuntu. »[4]

L'interface Shell Unity est maintenant un plugin du gestionnaire de fenêtres Compiz[5], que Canonical prétend plus rapide que Mutter, le gestionnaire de fenêtres pour qui GNOME Shell est un plugin[6]. Canonical annonça qu'ils avaient conçu Unity pour les ordinateurs de bureau également et qu'ils feront d'Unity le Shell par défaut pour Ubuntu dans sa version 11.04[7].

GNOME Shell ne sera pas inclus dans Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, parce que son développement n'est pas terminé, mais sera disponible via un PPA (Personal Package Archives)[8], et est attendu pour Ubuntu 11.10[9].

En novembre 2010, Mark Shuttleworth annonça son intention de faire tourner Unity sur Wayland au final, à la place de X utilisé sur quasiment tous les systèmes GNU/Linux[10].

En décembre 2010 quelques utilisateurs ont demandé à ce que le lanceur (en) (ou dock) soit déplaçable de la gauche vers d'autre bords de l'écran, mais Mark Shuttleworth a répondu : « Je crains que ça ne colle pas avec notre objectif de conception, donc nous n'allons pas l'implémenter. Nous voulons le lanceur toujours près du bouton Ubuntu. »[11]

Le 14 janvier 2011, Canonical a également sorti un aperçu de la version 2D d'Unity basée sur Qt et écrite en QML[12],[13].

Licence[modifier | modifier le code]

Unity est soumis au « Canonical's contributor agreement », demandant aux contributeurs d'attribuer le copyright à Canonical, et permettant potentiellement à l'entreprise de le sortir sous une autre licence[14].

Publiciel[modifier | modifier le code]

Unity contient un publiciel : lorsque l'utilisateur fait une recherche dans le tableau de bord, cette recherche est envoyée à Canonical puis à Amazon. Des résultats publicitaires sont ensuite affichés dans le tableau de bord[15]. Cette fonctionnalité peut toutefois être désactivée via les paramètres système et un site web a été créé pour le désactiver définitivement [16]

Versions[modifier | modifier le code]

Consommation mémoire de Unity 2D en fonctionnement.

Canonical développe deux versions de Unity visuellement identiques, mais techniquement très différentes.

Unity 3D est un plugin pour Compiz[17] écrit en C++ et en Vala ce qui permet d'avoir une accélération matérielle sur les systèmes compatibles. Il utilise un framework OpenGL peu connu appelé Nux.

Unity 2D est un ensemble de programmes écrit en QML le langage de Qt. Par défaut, Unity 2D utilise Metacity mais il peut aussi utiliser un gestionnaire de fenêtres accéléré comme Compiz ou KWin[18].

Unity 2D est utilisé à la place du bureau classique de GNOME sur les ordinateurs qui ne peuvent pas exécuter Unity 3D depuis Ubuntu 11.10[19].

Unity 2D n'est plus disponible depuis la version 12.10 (The Quantal Quetzal), Ubuntu émule maintenant unity 3D, mais une baisse de performance en résulte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Canonical Ltd, « Publishing history of “unity” package in Ubuntu »,‎ décembre 2010 (consulté le 9 December 2010)
  2. Brian Proffitt, « Ubuntu Unity Interface Tailored for Netbook Screens », ITWorld,‎ 2010-05-10 (consulté le 28 October 2010)
  3. a et b Joab Jackson, « Software / Services Oct 25, 2010 1:20 pm Canonical Ubuntu Splits From GNOME Over Design Issues », PC World Business Center,‎ 25 octobre 2010 (consulté le 28 octobre 2010)
  4. Jono Bacon, « UBUNTU 11.04 TO SHIP UNITY »,‎ 2010-10-25
  5. fluteflute, « Is unity just a plugin of compiz »,‎ 2010-11-13 : « The version of Unity that will be released in 11.04 is definitely implemented as plugin(s) in Compiz. »
  6. Owen Taylor, « Metacity, Mutter, GNOME Shell, GNOME-2.28 »,‎ 2009-03-23 : « gnome-shell is set up as a Mutter plugin that is largely written in Javascript »
  7. Katherine Noyes, « Is Unity the Right Interface for Desktop Ubuntu? », PC World,‎ 2010-10-26 (consulté le 28 octobre 2010)
  8. « “gnome-shell” package in Ubuntu » (consulté en 2011-01-12)
  9. « I am an Ubuntu Unity Developer, AMA » (consulté en 2011-01-12) : « GNOME Shell requires certain changes to the underlying GNOME system that are slated to land too late in our cycle to integrate into 11.04. GNOME Shell will therefor be installable only from a PPA until 11.10 when the underlying libraries have stabilized. »
  10. (en) Mark Shuttleworth, « Unity on Wayland »,‎ 2010-11-04 : « The next major transition for Unity will be to deliver it on Wayland.... »
  11. Mark Shuttleworth, « Movement of Unity launcher »,‎ 2010-10-30
  12. http://www.webupd8.org/2011/01/2d-unity-to-be-available-as-option-in.html
  13. http://www.webupd8.org/2011/01/unity-2d-qt-now-available-in-ppa-for.html
  14. « Canonical's contributor agreement » (consulté en 2010-12-31)
  15. Anna Leach, « Fans revolt over Amazon 'adware' in Ubuntu desktop search results »,‎ 24-10-2012
  16. micahflee, « Fix Ubuntu »,‎ 2013
  17. (en) fluteflute, « Is unity just a plugin of compiz »,‎ 2010-11-13 : « La version d'Unity implémenté dans la version 11.04 est un plugin pour Compiz. »
  18. Fichier:Unity-2D Natty.png
  19. (en) Joey Sneddon, « Unity 2D lands in Oneiric daily build », OMG Ubuntu!,‎ mai 2011 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]