Union de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 9 janvier 1577, un acte conclu à Bruxelles entérine la pacification de Gand du 8 novembre 1576 et précise les données pratiques de son application.

Il s'agit, pour les signataires représentant les états généraux des Dix-sept provinces, de se jurer assistance mutuelle et paix inviolable. Il est prévu de maintenir le catholicisme, sauf en Zélande et en Hollande où est garantie la liberté du culte pour les protestants. En même temps, les mesures de saisie et de spoliation des Espagnols sont annulées et les édits des gouverneurs espagnols sont suspendus. C'est le triomphe de la politique de Guillaume le Taciturne, prince d'Orange-Nassau, chef de la rébellion des dix-sept provinces contre le roi d'Espagne dont la résidence à Bruxelles, saisie sur ordre du roi d'Espagne, doit lui être rendue. Le traité est communiqué à Don Juan d'Autriche, le gouverneur nommé par Philippe II, qui s'est installé à Marche-en-Famenne, où il est arrivé pour remplacer le gouverneur Luis de Requesens mort soudainement. Pour traverser la France hostile, il s'est déguisé en valet, mais il ne peut aller plus loin du fait des troupes des Etats Généraux qui se dressent entre lui et Bruxelles. A la lecture du traité de Bruxelles, le nouveau gouverneur répond qu'il exige le maintien intégral du culte catholique, mais en promettant, en échange, l'évacuation des troupes espagnoles par un édit perpétuel daté du 12 février 1577. En réponse, les Etats généraux refusent de revenir sur les clauses de l'Union de Bruxelles et de la Pacification de Gand et déclarent Don Juan déchu de tous ses droits. En conséquence, la guerre reprend.