Une fantaisie du docteur Ox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une fantaisie du docteur Ox
Image illustrative de l'article Une fantaisie du docteur Ox
Suzel Van Tricasse et Frantz Niklausse

Auteur Jules Verne
Genre nouvelle humoristique
Pays d'origine France
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Date de parution 1874
Dessinateur Lorenz Frolich
Série Voyages extraordinaires

Une fantaisie du docteur Ox est une nouvelle pleine d’humour de Jules Verne datant de 1874. Elle a été éditée dans le recueil du même nom : Le Docteur Ox ; les autres nouvelles de ce recueil étaient beaucoup plus anciennes, certaines remontaient au tout début de la carrière de Jules Verne.

Résumé[modifier | modifier le code]

L’histoire se passe dans les Flandres occidentales (la Belgique actuelle), dans une paisible hameau (imaginaire) Quiquendone. Depuis plusieurs siècles, les gens sont « sociables, d'humeur égale, hospitaliers, peut-être un peu lourds par le langage et l’esprit ». Le bourgmestre de la ville (van Tricasse) indique que « l’homme qui meurt sans s’être jamais décidé à rien pendant sa vie est bien près d’avoir atteint la perfection ».

Dans ce village paisible, un savant fou, le docteur Ox, et son fidèle assistant Ygène (dont les deux noms accolés donnent le mot oxygène) proposent un éclairage gratuit au gaz oxy-hydrique. Ce gaz a la particularité de rendre les gens temporairement agressifs. Suite à ces manœuvres, une expédition punitive va être menée contre le village de Virgamen pour se venger d’une insulte datant de sept siècles (une vache virgamenoise avait brouté quelques instants sur le pré communal de Quiquendone).

Thèmes[modifier | modifier le code]

  • La folie douce d’un savant qui disperse de l’oxygène pur dans l’atmosphère
  • Vision d’une société embourgeoisée (surtout dans les relations entretenues entre le bourgmestre van Tricasse et le conseiller Niklausse)
  • L’art lyrique (dans la représentation théâtrale des Huguenots de Meyerbeer)

Notes[modifier | modifier le code]

Une fantaisie du docteur Ox fut d'abord lue en janvier 1872 à l'Hôtel-de-Ville d'Amiens[1], puis paraît pour la première fois en mars 1872 dans le Musée des familles[2].

Un an plus tard, l’auteur place sa nouvelle dans le Journal d’Amiens. S’il tient tant à cette rapide parution dans sa ville d’adoption, ce n’est pas par vanité, mais par moquerie, dont heureusement, il fut le seul à rire dans sa barbe. Car, Quiquendone, ville calme et policée, n’est-ce pas Amiens[3] ?

La comparaison de la version originale et méconnue du Musée des familles avec le texte paru deux ans plus tard dans la Collection Hetzel fait découvrir d’importantes et significatives différences. Tout le piquant, l’ironie, la satire et l’érotisme de la nouvelle subira une mesquine censure.

Dans toutes les corrections qui dénaturent l’œuvre, faut-il voir la main d’Hetzel ou une critique auto-censure de l’écrivain[4],[5] ?

Comme, pratiquement, toutes les nouvelles parues du vivant de Jules Verne comportent deux versions, parfois très différentes, ce qui n’est pas le cas ici, les deux textes de ces nouvelles doivent être pris en compte dans le corpus vernien, au contraire des nouvelles et romans posthumes, où, là, Verne n’avait plus voix au chapitre.

  • Le personnage du docteur Ox réapparaîtra, d’une manière encore plus inquiétante, dans l’œuvre de Jules Verne, une dizaine d’années plus tard, puisqu’il est le principal protagoniste (en incarnation du Mal) de la pièce Voyage à travers l'Impossible, écrite en 1882.

Liste des personnages[modifier | modifier le code]

  • Le jardinier van Bistrom
  • Collaert
  • Mme Collaert
  • Simon Collaert
  • Docteur Dominique Custos
  • Lento
  • Josse Liefrinck
  • Lotchè Janshéu
  • Jean Mistrol
  • Niklausse
  • Frantz Niklausse
  • Jean Orbideck
  • Docteur Ox
  • Michel Passauf
  • Sylvestre Pulmacher
  • Jérôme Resh
  • Rupp
  • André Schut
  • Norbert Soutman
  • Honoré Syntax
  • Tatanémance
  • Le bourgmestre van Tricasse
  • Mme Brigitte van Tricasse
  • Pélagie van Tricasse
  • Suzel van Tricasse
  • Gédéon Ygène

Adaptation[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Serres. Le couteau de Jeannot. in L'Herne n° 25. Jules Verne. Paris. 1974.
  • Pierre-André Touttain. Une cruelle fantaisie: Le Docteur Ox. Revue des Lettres Modernes. Jules Verne 2: l'écriture vernienne. Paris. Minard. 1978.
  • Olivier Dumas. Le Docteur Ox, censuré pour Hetzel. Bulletin de la Société Jules Verne 71. 1984.
  • Robert Pourvoyeur. Notes marginales à propos d'Ox. Bulletin de la Société Jules Verne 71. 1984.
  • Volker Dehs. Jules Verne (1828-1905): Eine Idee des Doktor Ox. in Franz Rottensteiner & Michaël Koseler (éditeurs). Meitingen. Septembre 1997.
  • Samuel Sadaune. Le monde vernien, lieu de réunion de tous les genres créatifs. in "Contes et nouvelles de Jules Verne". Éditions Ouest-France. Rennes. 2000.
  • Pierre Schoentjes. Rhétorique de l'argumentation et rhétorique de la fiction dans "Une fantaisie du docteur Ox". in "Récits de la pensée: études sur le roman et l'essai". Philippe Gilles (Ed.). Paris. Sédès. 2000.

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions où se retrouve le texte original de Jules Verne :

  • Bulletin de la Société Jules Verne 71. 3e trimestre 1984.
  • Contes et nouvelles de Jules Verne. Éditions Ouest-France. 2000.
  • Une fantaisie du docteur Ox. Folio, collection 2 euros n°5298, 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comme le précise le 16 janvier 1873, T. Jeunet, le directeur du Journal d’Amiens, dans sa présentation de l’œuvre: « L’an dernier, M. Jules Verne, cédant à de vives instances, voulut bien faire une lecture dans la grande salle de l’Hôtel-de-ville d’Amiens ; cette lecture était extraite d’une charmante fantaisie littéraire qui parut peu de temps après dans le Musée des Familles, et qui doit être publiée dans un an ou deux, avec de belles illustrations, par la librairie Hetzel. Grâce à l’obligeance de M. Jules Verne et à la bienveillante autorisation de l’éditeur, le Journal d’Amiens peut donner aujourd’hui en feuilleton cette œuvre, encore inédite en librairie, de l’auteur si populaire des Voyages extraordinaires. Que MM. Jules Verne et Hetzel veuillent bien recevoir ici l’expression de toute la gratitude de la rédaction du Journal d’Amiens et de ses lecteurs. ».
  2. OX paraît dans le Musée des familles de mars à mai 1872 sous le titre : Une fantaisie du docteur Ox. La nouvelle est rééditée, inchangée dans le Journal d’Amiens du 16 janvier au 6 février 1873.
  3. Lettre de Jules Verne à Charles Wallut : « Sur le désir de ma femme, je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d’une humeur égale… »
  4. Lettre de Verne à Hetzel de 1874 : « Mon cher ami, lundi, ou mardi au plus tard, je vous remettrai moi-même le Docteur Ox, et nous verrons ce qu’il y a à supprimer pour les mioches. Je vous embrasse d’avance. À vous, bien cordialement. Lettre courte, mais bonne. Jules Verne. »
  5. Texte qui reprend en partie l’étude d'Olivier Dumas Le docteur Ox, censuré par Hetzel. Bulletin de la Société Jules Verne 71. 3e trimestre 1984.
  6. Jean-Claude Yon, Jacques Offenbach, Gallimard, 2000, page 554.
  7. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41438574s/PUBLIC

Sur les autres projets Wikimedia :

Références externes[modifier | modifier le code]

Le texte de cette nouvelle est accessible sur ces deux sites :