Union départementale des associations familiales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis UDAF)
Aller à : navigation, rechercher

Une union départementale des associations familiales (UDAF) est une association loi de 1901 parmi une centaine réparties sur le territoire français, reconnue d'utilité publique[1], réunissant exclusivement des personnes morales, et relevant de la politique familiale française.

Les UDAF sont fédérées au sein de l'Union nationale des associations familiales (UNAF).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'union nationale des associations familiales a d'abord été instituée par la loi du 29 décembre 1942, dite « Loi Gounot », annulée par l'ordonnance du 3 mars 1945 qui en a repris les dispositions[2] pour créer l'institution actuelle.

Une loi de 1951 lui a accordé un financement, initialement de 0,03 % de la masse des prestations familiales puis progressivement augmenté représentant aujourd'hui 1 % de cette masse.

Une loi de 1975 a amélioré la représentation des mouvements familiaux nationaux au sein de l'UNAF.

La loi no 2013-404 du 2013-05-1717 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe[3] (à la suite d’un amendement déposé par le groupe GDR[4]), par son article 15, la définition des familles reconnues, l’étendant aux couples pacsés. Quoique non explicite dans le texte de loi mais clairement indiqué dans l'exposé des motifs de l'amendement à l'origine de cet article[5], l'adhésion des associations homoparentales a été facilité par la même occasion.

Mission[modifier | modifier le code]

Les UDAF, via l'UNAF, se voient confier le monopole de la représentation des familles.

Elles sont chargées de promouvoir, de défendre et de représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique.

Financement[modifier | modifier le code]

En 2009, l'UNAF et les UDAF bénéficiaient d'un financement public annuel de vingt-cinq millions d'euros.

Composition[modifier | modifier le code]

L'article L. 211-4 du Code de l'action sociale et des familles dispose que :

« L'union nationale est composée des unions départementales des associations familiales (UDAF) qui y adhérent et des fédérations, confédérations, associations familiales nationales regroupant les associations et sections adhérentes aux unions départementales.»

— Article L211-4 du Code de l'action sociale et des familles[6]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les unions départementales des associations familiales (UDAF) sont appuyées par l'UNAF dans leurs missions institutionnelles et de services aux familles.

Controverses et critiques[modifier | modifier le code]

Le rôle des UDAF rencontre des controverses d'une part relatives à son monopole ou quasi-monopole via l'UNAF, et d'autre part par des personnes subissant directement ou indirectement une tutelle ou curatelle.

Excès dans certaines situations ?[modifier | modifier le code]

L'UDAF fait régulièrement face à des critiques de personnes soumises à une tutelle, ou de la part de ces personnes, notamment pour sortir de ces situations[7].

Les deux principales raisons sont :

  • d'une part l'intérêt financier pour les UDAF à continuer à gérer des tutelles, qui perçoivent 1% des sommes gérées[réf. nécessaire],
  • d'autre part l'aspect administratif en donnant à des travailleurs sociaux, extérieurs aux familles, une gestion que ceux-ci ne maîtrisent pas forcément bien.

Des affaires pénales[modifier | modifier le code]

En 1989 naissent des scandales à Tarbes et à Pau[7], concernant des personnes placées sous curatelle de l'UDAF, dont les biens sont vendus sans que les personnes ne bénéficient de la vente de leurs propres biens. Dans d'autres cas, le montant des avoirs bancaires des personnes sous tutelle sont divisés par 6,56 au prétexte d'une erreur de conversion entre les francs et les euros.

Certaines plaintes sont classées sans suite, d'autres ne font l'objet d'aucune poursuite, le procureur ayant laissé s'écouler plus de trois ans sans ouverture d'enquête.

Pourtant dès 2006 des premières plaintes aboutissent[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]