Twerk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Twerking)
Aller à : navigation, rechercher

Le twerk, de l'anglais twerking, est une danse[note 1] qui incite à l'acte sexuel[1],[2]. Le danseur — généralement une femme[3] — secoue ses fesses d'une manière sexuellement provocante, alors qu'elle est dans une position accroupie[4].

Cette danse est une variation du mapouka et du soukous, danses de Côte d’Ivoire[5], du Congo[5] et d'Haiti[réf. souhaitée]. Depuis la fin des années 1990, elle a été associée à la Bounce music du Dirty South et a été diffusé par l'intermédiaire de vidéos de hip-hop grand-publics et des sites populaires de partage de vidéo-clips depuis le milieu des années 2000.

Description[modifier | modifier le code]

Le twerk est une danse, au sens où la personne qui l'exerce bouge son corps, ou plus précisément secoue les hanches et les fesses dans un mouvement de va-et-vient, faisant penser à l'acte sexuel[5]. Tout y passe, mime et postures rappelant la sodomie, la levrette.

Fannie Sosa, une professeur de danse à Paris[5], explique que « le Twerking a été introduit dans la culture hip-hop grâce à la scène bounce de La Nouvelle-Orléans. C’est une danse issue des diasporas africaines dont les populations ont été le plus souvent redistribuées et assignées aux périphéries urbaines, aux ghettos des grandes villes »[5],[6].

Cette danse connait un certain succès, grâce notamment a des clips vidéos, comme « Express Yourself » de Nicky Da B, sorti en 2012[5], ou dans le clip de la chanteuse Miley Cyrus, « We Can't Stop ». Cette chanson sortie en 2013 fit couler beaucoup d'encre, à propos de la prestation scénique de Miley Cirus avec Robin Thicke lors du medley « We Can't Stop »/« Blurred Lines »/« Give It 2 U » présenté aux MTV Video Music Awards de 2013[7], à cause de l'attitude de Cyrus et de son twerk lors de cet événement. Ce medley fut d'ailleurs parodié par Tanja Dexters (miss Belgique 1998 et « Miley Cyrus flamande ») et par le présentateur Bart Verbeeck (alias Showbizz Bart (nl)), pendant la cérémonie des Story Awards 2013, à Hasselt en Flandre[8].

Controverse[modifier | modifier le code]

Pratiquée notamment à Cancún, pendant les fêtes du Spring break par des étudiants américains, le twerk a fait l'objet de procès, suite à des plaintes pour viols, mais les mis en cause ont été acquittés (le commentaire des jurés, étant bien souvent comme celui-ci : « l'excitation, étant le but ultime de ce genre de figures exécutées dans un état d'agitation ou de désinhibition totale, le non-respect des mœurs à privilégier en société ne peut constituer le recevabilité d'une plainte »)[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Fréquemment pratiquée dans des lieux particuliers, tels que les bars et discothèques
Références
  1. http://www.urbandictionary.com/define.php?term=twerk
  2. « Le "Twerking" entre dans le dictionnaire », sur europe1.fr,‎ 28 août 2013
  3. (en) Matt Miller, Bounce: Rap Music and Local Identity in New Orleans, Boston, Univ of Massachusetts Press,‎ 2012
  4. « Twerk: Definition of Twerk in Oxford Dictionary - American English (US) », Oxford English Dictionary, Oxford University Press (consulté le 11 décembre 2013)
  5. a, b, c, d, e et f « Twerking : le bootyshake version hard  » ; Caroline Lazard pour Le Nouvel Observateur, sur le site obsession.nouvelobs.com/ - 25 juin 2013.
  6. Megan Levy, « Do you know how to twerk? (Or even what it is?) », The Age,‎ 14 décembre 2012 (lire en ligne)
  7. Lauren Moraski, « Miley Cyrus' booty-shaking VMA performance gets quite the reaction », CBS News. CBS,‎ 21 septembre 2013 (consulté le 11 décembre 2013)
  8. Fabrice Staal, « Tanja Dexters, la Miley Cyrus flamande », Ciné Télé Revue,‎ 02 décembre 2013 (consulté le 26 mai 2014)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]