Tuilaepa Sailele Malielegaoi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tuilaepa Sailele Malielegaoi
Tuilaepa Sailele Malielegaoi en août 2014.
Tuilaepa Sailele Malielegaoi en août 2014.
Fonctions
12e Premier ministre des Samoa
En fonction depuis le 23 novembre 1998
(16 ans, 0 mois et 28 jours)
Chef de l'État Tupua Tamasese Mea'ole
Malietoa Tanumafili II
Tupua Tamasese Tupuola Tufuga Efi
Prédécesseur Tofilau Eti Alesana
Biographie
Nom de naissance Tuilaepa Lupesoliai Sailele Malielegaoi
Date de naissance 14 avril 1945 (69 ans)
Lieu de naissance Lepa (Samoa britanniques)
Parti politique Parti de la protection des droits de l'Homme
Conjoint Gillian Muriel Malielegaoi

Tuilaepa Sailele Malielegaoi
Premiers ministres des Samoa

Tuilaepa Lupesoliai Sailele Malielegaoi[1] (né le 14 avril 1945 à Lepa[2]), est un économiste et homme politique samoan. Il est le Premier ministre et le Ministre des Affaires étrangères depuis le 23 novembre 1998.

Il fut le premier Samoan à obtenir un diplôme de maîtrise en économie, à l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande en 1969[3],[2], et eut une carrière d'économiste avant d'entrer en politique. Il s'installa un temps à Bruxelles, en 1978, et y travailla pour la Communauté économique européenne. En 1980, il fut élu député au Fono (Parlement samoan), tout en travaillant comme associé dans une entreprise de comptabilité. Il accéda au poste de premier ministre en 1998 lorsque son prédécesseur, Tofilau Eti Alesana, également du Parti pour la Protection des Droits de l'Homme (en), démissionna pour raisons de santé. Il a été continuellement réélu, et a entamé son quatrième mandat en mars 2011, son parti conservant une majorité absolue de sièges aux élections législatives[4].

Fin 2011, il initia l'émergence du Groupe des Dirigeants polynésiens, regroupant les gouvernements de huit États ou territoires polynésiens en vue d'une coopération dans des domaines tels que l'éducation, l'adaptation au changement climatique ou encore l'investissement et le commerce[5],[6],[7].

Sa mesure la plus controversée en tant que premier ministre fut de décider en 2008 que les voitures devraient dorénavant rouler à gauche, et non plus à droite. La décision provoqua la plus large manifestation de protestation dans l'histoire du pays[8].

En 2011, il annonça que les Samoa allaient déplacer la ligne de changement de date, afin que le pays se trouve à l'ouest de la ligne et partage la même journée que ses principaux partenaires économiques - l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays asiatiques. Keni Lesa, rédacteur en chef du Samoa Observer, rapporta que bien des Samoans voyaient en cette mesure « encore une idée folle de notre premier ministre un peu fou ». Des personnalité politiques d'opposition critiquèrent la mesure, affirmant qu'elle n'apporterait pas de bienfaits économiques, et qu'au contraire elle ferait perdre au pays son atout touristique en tant que « dernier endroit au monde à voir le soleil », juste à l'est de la ligne (les Samoa passeraient de UTC-11 à UTC+13). Tuilaepa rétorqua en déclarant que le député d'opposition Lealailepule Rimoni Aiafi était « tout à fait idiot », ajoutant que « seul un imbécile » ne comprendrait pas les bienfaits de ce changement[9]. Conséquemment, le 30 décembre 2011 fut retiré du calendrier, le pays passant directement du 29 au 31. Les Tokelau, qui dépendent des Samoa en tant que seul point de relais avec le monde extérieur, firent de même, passant également à l'ouest de la ligne de changement de date[10],[11],[12].

En janvier 2012, il déclara que ceux de ses concitoyens urbains qui se considéraient pauvres étaient des « paresseux ». Il nia que quiconque fût pauvre aux Samoa, arguant que tous avaient accès au logement, aux soins de santé, à l'eau, et avaient de quoi se nourrir ; ne pas avoir une voiture ou une télévision n'était pas un signe de pauvreté. Rappelant que tout Samoan dispose de droit d'un accès à la terre, il accusa tous ceux qui « viennent en ville et traînassent. Ils sont paresseux et ne veulent pas retourner à leur village travailler la terre. Ils devraient rester dans leur village où sont leurs terres, et les faire fructifier »[13].

Tuilaepa est également connu pour ses critiques très vives envers son homologue fidjien Voreqe Bainimarama, arrivé au pouvoir par un coup d'État en décembre 2006. L'accusant de mentir lorsqu'il affirme préparer des élections démocratiques pour 2014, Tuilaepa a également qualifié Bainimarama d'« imbécile de dictateur bas de gamme » et de « marionnettiste maléfique », déclarant qu'il préférerait le voir dans une tenue de prisonnier plutôt qu'en uniforme militaire[14].

Sailele Malielegaoi Archery pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport tir à l'arc
Biographie
Nationalité sportive Drapeau des Samoa Samoane
Naissance 14 avril 1945
Lieu de naissance Lepa (Samoa)
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux du Pacifique Sud 0 1 0
* Dernière mise à jour : 31 janvier 2014

En juillet 2012, il démontra à nouveau cet aspect de sa personnalité en intervenant à la radio publique pour traiter plusieurs fois d'« idiot » un arbitre assistant qui avait officié un match de rugby entre l'équipe samoane et celle d'Écosse (remportée par l'Écosse 17-16). Qualifiant cet arbitre de « raciste » incompétent qui refusait d'admettre que les Samoa puissent battre une équipe européenne, le premier ministre ajouta que lorsqu'un arbitre n'arrêtait pas le match à la fin du temps règlementaire, « il serait justifié de lui jeter une pierre à la tête »[15].

En mars 2013, lors d'un entretien avec le journal Samoa Observer, il exprima sa satisfaction que des membres de la communauté samoane en Nouvelle-Zélande se soient mobilisés contre la légalisation du mariage homosexuel dans ce pays. Tout en reconnaissant que le Parlement néo-zélandais était souverain, il affirma que Samoa, pour sa part, était « fondé sur des principes chrétiens ». La sodomie avait entraîné la destruction de Sodome et Gomorrhe, affirma-t-il, et « il n'y a qu'une seule vérité : ce type de comportement est un péché »[16].

Il est par ailleurs le seul dirigeant élu en exercice d'un État souverain à avoir participé à une compétition sportive internationale de haut niveau, ayant pris part aux épreuves de tir à l'arc aux Jeux du Pacifique Sud de 2007[17]. Après plusieurs mois d'entraînement quotidien sous la tutelle de l'entraîneur chinois Zhou Xiao Jun, il est classé deuxième dans la discipline aux Samoa, et indique en blaguant aux journalistes qu'il s'imagine tirer sur les membres de l'opposition parlementaire lorsqu'il s'entraîne[17]. En individuel, il termine sixième aux Jeux, mais remporte une médaille d'argent dans l'épreuve masculine par équipe ; les Samoans sont battus en finale par la Nouvelle-Calédonie[18],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tuilaepa Lupesoliai » sont des titres de matai, tandis que « Sailele » et « Malielegaoi » sont un prénom et un nom de famille respectivement. Il est plus courant de dire « le premier ministre Tuilaepa » que « le premier ministre Malielegaoi ». (cf. (en)2011 election results, Talamua, où les titres matai précèdent les noms, y compris pour les élus non-autochtones).
  2. a, b et c Fiche biographique officielle, site web du gouvernement samoan, 11 juin 2009
  3. (en) The Hon. Tuilaepa Malielegaoi, Université d'Auckland.
  4. (en) Samoa profile: Leaders, British Broadcasting Corporation.
  5. (en) NZ may be invited to join proposed ‘Polynesian Triangle’ ginger group, Pacific Scoop, 19 septembre 2011.
  6. (en) New Polynesian Leaders Group formed in Samoa, Radio New Zealand International, 18 novembre 2011.
  7. (en) American Samoa joins Polynesian Leaders Group, MOU signed, Savali, 19 novembre 2011.
  8. (en) Samoa provokes fury by switching sides of the road, The Telegraph, 3 juillet 2009.
  9. (en) Samoan PM attacks dateline switch critics, AAP, 3 juin 2011.
  10. (en) A December day disappears in Samoa and Tokelau, Stuff.co.nz, 21 décembre 2011
  11. (en) A dateline in the sand on Stevenson's treasured island, The Independent, 28 décembre 2011.
  12. (en) Our last Friday of 2011, Samoa Observer, 24 décembre 2011.
  13. (en) "Samoa's poor are 'lazy': PM", Fairfax Media NZ, 24 janvier 2012
  14. (en) Samoa's PM takes jab at Fiji's Bainimarama, Savali, avril 2009.
  15. (en) "Samoa PM attacks racist rugby referees", Stuff.co.nz, 2 juillet 2012
  16. (en) "PM firm on rejection of same sex marriage", Samoa Observer, 31 mars 2013
  17. a et b (en) "Samoa PM draws bow for his country", New Zealand Herald, 18 août 2007
  18. (en) "Samoan Prime Minister gets SPG silver medal", People's Daily, 2 septembre 2007

Article connexe[modifier | modifier le code]