Triệu Thị Trinh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Triệu Thị Trinh (Chữ nho: ), connue en vietnamien sous le nom de Triệu Ẩu () ou Bà Triệu (, Dame Triệu) (2 octobre 225 - 248) est une femme vietnamienne ayant dirigé victorieusement un mouvement de résistance contre les Chinois. Elle est souvent décrite comme la « Jeanne d'Arc vietnamienne »[1],[2],[3],[4].

Enfance[modifier | modifier le code]

Triệu Thị Trinh est née le 2 octobre 225 dans le village de Son Trung, dans le district de Trieu Son (province de Thanh Hoa). À l'époque, la région est dominée par le royaume Wu, l'un des Trois Royaumes chinois. Elle perd ses parents alors qu'elle est encore une enfant, et est élevée par son grand frère et sa femme jusqu'à ses vingt ans, où elle fut - dit-on - traitée comme une esclave.

Révolte[modifier | modifier le code]

À vingt ans, Triệu Thị Trinh s'enfuit dans la jungle, réunit des unités militaires dispersées et met en place son propre camp militaire. Son frère essaie de lui faire changer d'avis, elle lui aurait alors répondu :

“Je ne me résignerai jamais à ce que des femmes courbent l'échine pour devenir de simples concubines. Je veux (...) suivre les vents puissants, tuer les baleines de la Mer de l'Est, combattre les Wu et gagner l'indépendance.”

À 23 ans, Thị Trinh a déjà battu trente fois les Wu et a réussi à libérer une région du Nord Viêt Nam, qu'elle révendique comme son propre territoire. On raconte qu'elle combat alors sur le dos d'un éléphant, vêtue d'une armure dorée et portant une épée dans chaque main.

Défaite[modifier | modifier le code]

En 248, les Wu réussissent finalement à battre l'armée de Thị Trinh et a reprendre possession du territoire qu'ils avaient perdu. Pour protéger son honneur et éviter de tomber vivante aux mains des Chinois, elle se suicide en se jetant dans une rivière. Une autre version de son suicide affirme qu'elle se serait laissée piétiner par ses éléphants.

Controverse[modifier | modifier le code]

Une controverse existe quant à l'existence réelle de Triệu Thị Trinh. Elle n'est en effet mentionnée dans aucun registre vietnamien de l'époque et n'apparaît pas non plus dans les registres chinois.

Impact[modifier | modifier le code]

Triệu Thị Trinh est une héroïne vietnamienne dont le souvenir reste vivace dans le pays. De nombreuses rues portent son nom au Viêt Nam. Une fête nationale lui est aussi dédiée, ainsi qu'un grand festival qui a lieu au temple de Bà Triệu au début du mois d'avril.

L’histoire de Triệu Thị Trinh, tout comme celle des sœurs Trưng est la preuve, pour certains historiens, de l’existence d’une société vietnamienne pré-chinoise fondée sur un pouvoir matriarcal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mai Ling Enfance volée Page 178 "Dame Triêu (225-248). Durant l'époque de Dông Ngô1, l'une des époques de la... Bà Triêu Thi Trinh recruta des soldats pour aider son frère Triêu Quôc Dat à se soulever et à lutter contre les Chinois pendant six mois. Mais ses troupes furent "
  2. Khăć Viện Nguyêñ Viêt Nam: une longue histoire - Page 26 1999 "fonctionnaires chinois et leurs descendants installés dans le pays sont « vietnamisés »; avec les fonctionnaires et les... à une autre jeune femme, Dame Trieu, de déclencher en 248 dans la province de Cuu Chan (actuellement Thanh Hoa) un..."
  3. Petit Fute Viet Nam: 2009-2010 - Page 48 Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette - 2009 "En 248, Ba Triệu (Dame Triệu), inspirée peut-être par l'exemple des deux sœurs Trung (voir plus loin la rubrique « Grandes figures historiques du..."
  4. Catherine Noppe, Jean-François Hubert - Arts du Viêt Nam: la fleur du pêcher et l'oiseau d'azur 2002 - Page 28 "En 248, une autre héroïne militaire, la Dame Triêu (Bà Triệu), s'illustra elle aussi en combats contre l'occupant."

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]