Royaume de Wu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wu.

Royaume de Wu
吳 () (zh)

229280

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Territoires des Trois Royaumes de Chine en 262.
Le royaume de Wu est représenté en vert.

Informations générales
Statut Monarchie
Capitales Wuchang (222-229, 265-266)
Jianye (229-265, 266-280)
Langue Chinois
Religion Bouddhisme, Taoïsme, Confucianisme, Religion traditionnelle chinoise
Démographie
Population 2 300 000 (Estimation)
Histoire et événements
229 Création
229 Sun Quan s'auto-proclame empereur
280 Conquête de Wu par la dynsatie Jin
Empereurs
229 - 252 Sun Quan
252 - 258 Sun Liang
258 - 264 Sun Xiu
264 - 280 Sun Hao

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume de Wu (chinois simplifié : 东吴 ; chinois traditionnel : 東吳 ; pinyin : Dōng Wú), connu également sous le nom Sun Wu (chinois simplifié : 孙吴 ; chinois traditionnel : 孫吳 ; pinyin : Sūn Wú), est l’un des royaumes de la période des Trois royaumes en lutte pour le contrôle de la Chine après la chute de la dynastie Han.

Il était situé au Sud du Yangzi Jiang dans la région des actuelles Nankin, Shanghai et Suzhou, à l’emplacement de l’État de Wu de l’époque des Printemps et des automnes. La capitale principale du royaume était Jianye(建業), près de l'actuelle ville de Nankin, mais parfois la capitale fut déplacée à Wuchang (武昌), actuelle Ezhou, Hubei.


Histoire[modifier | modifier le code]

Durant le déclin de la dynastie Han, la région de Wu (située au sud du fleuve Yangtze, dans les environs de Nankin) était sous le contrôle du seigneur de guerre Sun Quan, successeur de son frère Sun Ce et qui payait allégeance à l'empereur Han Xiandi. Mais l'empereur était à cette époque soumis à l'influence de Cao Cao. Contrairement à ses concurrents, Sun Quan n'a jamais eu l'ambition de devenir empereur de Chine. Cependant, afin de contrer Cao Pi du royaume de Wei et Liu Bei du Royaume de Shu, Sun Quan se déclara empereur en 229 et fonda la Dynastie Wu.

Le long règne de Sun Quan résulte de la stabilité dans le sud de la Chine. Les royaumes de Shu et Wu avait en effet lié une alliance militaire afin de défaire le royaume de Wei dans le nord. Ainsi,le Wu réussit à conquérir des territoires au nord du Yangtze mais le Wei aucun au sud du fleuve.

Plus faible que le royaume du Shu est du Wei,l'empire du Wu fut celui qui perdura le plus longtemps,plus tard le royaume du Wu fut conquit par le premier empereur de la dynastie Jin, Sima Yan en 280.

Le royaume de Wu fut celui qui vécut le plus longtemps des Trois Royaumes de Chine 51 ans au total.

Empereurs du royaume de Wu[modifier | modifier le code]

Le royaume de Wu compta 4 empereurs :

  1. Sun Quan (229-252) : Héritier de la région de Jiandong, héros de la Bataille de la Falaise rouge il fonda le royaume de Wu en 222 et s'auto-proclame empereur en 229 pour affirmer son indépendance vis-à-vis du Royaume de Wei. La longévité de son règne s'explique par l'alliance militaire avec le royaume de Shu qui empêcha le royaume du Wei de conquérir le sud de la Chine.
  2. Sun Liang (252-258) : Troisième fils de Sun Quan, il devient empereur à l'âge de neuf ans. envoyé en exil en 258, son frère Sun Xiu lui succède. Sun Liang meurt mystérieusement (suicide ou empoisonnement) en 260.
  3. Sun Xiu (258-264) : Sous l'influence de son conseiller général Sun Chen, il n'a pas réellement régné jusqu'à l'assassinat de celui-ci. Victime de maladies, il quitte régulièrement ses fonctions. Il meurt finalement en 264, alors que Sima Yan vient juste de créer la dynastie Jin dans le royaume de Wei.
  4. Sun Hao (264-280) : Petit-fils de Sun Quan, Sun Hao se révèle être un tyran sans foi ni loi. Perdant le soutien de son peuple puis d'une partie de son armée, le despote est renversé en 280 par Sima Yan qui achève ainsi la réunification de la Chine et met fin à la période des Trois Royaumes.

L'arbre généalogique suivant représente la famille des dirigeants du royaume de Wu. Les dates situées au-dessus d'un nom sont les dates de naissance et décès; les dates en dessous, les dates de début et fin de règne.

 
 
 
 
182-252
Sun Quan 孫權
229-252
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
223-253
Sun He 孫和
 
235-264
Sun Xiu 孫休
258-264
 
243-260
Sun Liang 孫亮
252-258
 
 
 
 
242-284
Sun Hao 孫皓
264-280

Héritage[modifier | modifier le code]

Poterie du royaume de Wu (Musée de Shanghai)

Sous le royaume de Wu, le sud de la Chine, considéré au début de l'histoire comme une jungle barbare, devint un centre commercial, culturel et politique important en Chine. Pendant cinq siècles, au cours de la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, le développement du sud de la Chine a dépassé celui du nord. Les réalisations de Wu ont marqué le début de la division culturelle et politique entre le nord et le sud de la Chine, qui réapparaîtra à maintes reprises dans l'histoire de la Chine jusqu'à l'époque moderne.

Les Wu entrèrent même en contact avec le royaume de Koguryŏ en envoyant des messagers par mer en 235 et 236, mais ceux-ci refusèrent toute alliance[1].

L'île de Taïwan aurait été découverte pendant la période des Trois Royaumes. Des contacts avec une population locale et l'envoi de fonctionnaires sur une île appelée Yizhou (夷州), à l'est du royaume de Wu, pourrait être le premier contact officiel entre les Chinois et les aborigènes de Taiwan. Cependant la localisation de l'île de Yizhou est sujette à discussion. Certains historiens pensent qu'il s'agissait bien de Taïwan, mais d'autres pensent qu'il s'agissait des îles Ryūkyū.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnalités du royaume de Wu.

D'importantes personnalités ont vécu et participé à l'histoire de la Chine durant la période des Trois Royaumes dans le Royaume de Wu. On retrouve l'histoire d'un grand nombre de ceux-ci dans le roman Histoire des Trois Royaumes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masumi Shibata, Le Kojiki : chronique des choses anciennes, Maisonneuve & Larose 1997 (ISBN 9782706812750)

Voir aussi[modifier | modifier le code]