Torre Agbar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour Agbar
Torre Agbar
Torre Agbar
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Ville Barcelone (Catalogne)
Quartier El Parc i la Llacuna del Poblenou (Sant Martí)
Coordonnées 41° 24′ 13″ N 2° 11′ 21″ E / 41.403741, 2.18920341° 24′ 13″ Nord 2° 11′ 21″ Est / 41.403741, 2.189203  
Histoire
Architecte(s) Jean Nouvel
b720 Fermin Vazquez Arquitectos
Construction 1999-2005
Coût 132 000 000 €
Statut Achevé
Usage(s) Bureaux
Architecture
Hauteur du dernier étage 144 m
Nombre d'étages 38
Superficie 51 483 m2
Nombre d'ascenseurs 8
Administration
Propriétaire(s) Grupo Agbar
Site officiel http://www.torreagbar.cat/
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Tour Agbar

Géolocalisation sur la carte : Barcelone

(Voir situation sur carte : Barcelone)
Tour Agbar

La tour Agbar, est un gratte-ciel de Barcelone en Catalogne, datant du début du XXIe siècle. Elle a été dessinée par l'architecte français Jean Nouvel en collaboration avec la société b720 Fermin Vazquez Arquitectos. La tour a ouvert ses portes en juin 2005, et a été inaugurée officiellement par la famille royale d'Espagne le 16 septembre 2005.

Le 16 novembre 2013, il est annoncé que le gratte-ciel a été racheté par la chaîne hôtelière Hyatt et qu'il sera transformé en hotel de luxe. La transaction s'élève à 150 millions d'euros[1],[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Unbalanced scales.svg Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. Considérez son contenu avec précaution. Discutez-en en page de discussion.
Pour lancer la procédure de résolution du problème, remplacez ce bandeau par {{Désaccord de neutralité}}.

Il offre 30 000 m2 de bureaux, 3 210 m2 pour les services techniques et 8 351 m2 destinés à des fonctions diverses, avec notamment un auditorium et des parkings, pour une superficie totale de 50 693 m2. La tour Agbar mesure 145 mètres de haut et comporte 38 étages, dont quatre en sous-sol.

Son design mêle différentes conceptions en matière d'architecture : une structure en béton armé, entièrement recouverte d'une façade de verre, créant plus de 4 400 fenêtres.

Cette tour est devenue l'un des bâtiments les plus remarquables de Barcelone, occupant désormais la troisième place en termes de hauteur, derrière l'Hôtel Arts et la Tour Mapfre, qui culminent tous deux à 154 mètres. Elle est située sur l'avenue Diagonale, près de la Place des Glòries Catalanes. Le bâtiment possède, intégrés à sa façade, plus de 4 000 dispositifs de types DEL qui permettent la création d'images sur les parois extérieures. De plus, des capteurs de température, placés à l'extérieur du gratte-ciel, permettent d'agir sur l'ouverture ou la fermeture des fenêtres, et par là même, de réduire la consommation d'énergie du dispositif d'air conditionné. Ce bâtiment abritera le siège du groupe Aigües de Barcelona, la Société des Eaux de Barcelone.

La tour s'éclaire différemment lors des équinoxes, d'ailleurs, son inauguration a eu lieu quelques jours avant l'équinoxe d'automne (21 septembre).

La Torre Agbar est appelée par les Barcelonais par le joli surnom de « suppositoire » (supositori). Un surnom en verdict populaire qui reste assez réducteur pour qualifier ce projet.

L'ambition délibérée fut de créer une icône pour la ville de Barcelone s'inscrit dans un contexte de profusion architecturale en Asie et dans les pays du Golfe a conduit à choisir l'architecte super-star Jean Nouvel. La Torre Agbar répond doublement à l'architecte super-star anglais Norman Foster, qui a fait sa marque de fabrique la production de "bâtiments symboliques" ("New Symbol...), comme l’exceptionnelle tour de communication de Barcelone justement, ou encore la tour londonienne en forme d'ogive conçue en 2004 appelée le Gherkin, le "cornichon" par les Londoniens. Mais ici pour insérer la Torre Agbar dans la ville de Barcelone, les architectes font appel à l’héritage architectural de Barcelone, et plus précisément à l’œuvre de l'architecte GAUDI selon deux références claires, la forme et la couleur.

1-Le profil de la tour est une parabole (x2) appelée chaine, catène ou caténa par les architectes : La simple suspension d'une chaine permet d'obtenir la courbe d'égale tension, en inversant nous déduisons la courbe d'égale compression, tel fut l’extraordinaire apport de Gaudi, à la pensée constructive et à l'esthétique de la ville ainsi qu'à l'architecture en général. Ici, seule l'enveloppe offre cette expression de catène, on peut regretter que la structure ne l'ai pas suivie (si ici le dogme fonctionnaliste s'applique à cette tour « form follows functions », disait Louis Sullivan, on peut regretter que la forme ne suive pas la structure comme le prônait Gaudi et bien d'autres architectes, on peut se demander quelle fut la part d'innovation structurelle ici? Il semble que ce ne fut pas l'ambition du projet.

2-Les couleurs miroitantes modulables sont aussi une belle interprétation contemporaine des revêtements en céramiques multicolore des façades et cheminées de l’œuvre de Gaudi.

Mais au delà des références symboliques relatives à la ville ou à la concurrence entre architectes ou entre les métropoles, on retrouve dans ce projet une constance de l’œuvre de Jean Nouvel : vouloir rendre les bâtiments vivants, cette ambition poétique est atteinte dans le projet de double peau et elle trouve son apogée quand la ville est plongée dans la nuit ; les jalousies de verre oscillent pour faire passer l'air et les couleurs chatoient.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]