Tony Roman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tony Roman (né le 1er août 1942 ; décédé le 8 juin 2007), de son vrai nom Antoine D'Ambrosio, est un chanteur et producteur de films québécois.

Carrière[modifier | modifier le code]

On le voit pour la première fois à la télévision, à l'émission 'Jeunesse d'aujourd'hui' en 1964. Il chante alors Do Wah Diddy Diddy une version électrisante d'un succès de Manfred Mann. Cette chanson devient son passeport pour l'éternité. Mais contrairement à ce que plusieurs pensent, Tony Roman n'a pas été l'homme d'un seul succès. Roman a été à divers moment de sa vie pianiste, propriétaire de studio, patron de maisons de disques et aussi producteur d'une quarantaine de succès du palmarès québécois. Il a produit entre autres C'est fou mais c'est tout du groupe Les Baronets dont faisait partie René Angelil, le gérant et mari de Céline Dion.

Il fut, avec Denis Pantis, l'un des premiers producteurs indépendants du disque québécois. Il fonde en 1965 la maison de disques Canusa, qui fera connaître Patrick Zabé, Johnny Farago et Guy Cloutier. Un fait saillant de sa carrière sera de récupérer des mains des États-Unis Nanette Workman, en 1965. Il lance aussi la carrière populaire de Nicole Martin en 1970, sortant cette dernière de sept années de tournée des piano-bars du Québec (avec le duo "Nicole et Frédéric").

Au début des années 1970 il crée une nouvelle maison de disques Révolution. Celle-ci attire des artistes tels: Angelo Finaldi, Richard Tate, Georges Thurston, Richard Séguin, Gilles Valiquette, Walter Rossi et Frank Marino.

La grosse Mado sera son dernier 45-tours à succès. Il fait un retour sur scène au début des années 1970 à l'Hôtel Nelson à Montréal. Il chante et grave un disque avec Madeleine Chartrand la fille de Michel Chartrand, la chanson Ani Kuni, une version psychédélique d'un mantra amérindien. Aimer d'amour, sera son dernier tube en tant que producteur avec Boule Noire en 1979.

Il anticipe en 1977 la mode Punk sur des nouveaux labels Plastic Poison et Montreco. Il est trop en avant de son temps et de la mode, l'opération Punk est un échec. En 1980, il part pour Los Angeles, compose pour des films, écrit des scénarios et se fait de nombreuses connaissances. En 2004, il est un des producteurs du film québécois Camping sauvage mettant en vedette Guy A. Lepage et Sylvie Moreau.