Thomas Augustine Arne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arne (homonymie).

Thomas Augustine Arne

Description de cette image, également commentée ci-après

Thomas Augustine Arne

Naissance 1710
Londres
Décès 1778
Londres
Lieux de résidence Londres
Activité principale Compositeur, Violoniste, Claveciniste
Lieux d'activité Londres, Dublin
Années d'activité 1733-1778
Formation Eton College
Conjoint Cecilia Young : une cantatrice (1736)

Œuvres principales

  • 4 symphonies
  • 30 opéras

Thomas Augustine Arne, né vers le 12 mars 1710 et mort à Londres le 5 mars 1778 (à 67 ans), est un compositeur britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa date de naissance n'est pas connue avec précision (vers le 12 mars 1710). Le bébé est baptisé 11 semaines plus tard, le 18 mai, à l'église Saint-Paul.

Il est issu d'une famille de tapissiers catholiques dont la fortune a connu des hauts et des bas. Lorsqu'il était jeune, son père était suffisamment aisé pour occuper une grande maison à Covent Garden et envoyer son fils étudier à l’Eton College ; il voulait en faire un avocat.

Mais le garçon était passionné et très doué pour la musique, le futur compositeur assiste un jour à un opéra italien (déguisé en livreur, il est vrai) et y rencontre Michael Festing, qui influença énormément le jeune homme. Étudiant le clavecin, le violon plus ou moins en cachette, il parvint à en faire son métier après que son père fut convaincu par l'un de ses professeurs. Néanmoins, sa religion lui interdit les fonctions officielles que son talent aurait pu lui ouvrir. Il apprit à sa sœur et à son frère à chanter et tous trois entamèrent une carrière musicale. C'est avec eux qu'il créa son premier Opéra, Rosamond en 1733.

Il se maria en 1736 avec une cantatrice, Cecilia Young, fille d'un organiste et élève de Geminiani. Il composa peu de temps après plusieurs masques qui connurent le succès, et il devint un compositeur très apprécié, tant pour les musiques de scène que pour les œuvres instrumentales. Ce fut en tout cas le plus populaire et le plus prisé des musiciens britanniques de son époque. Il fut nommé Docteur en Musique et les Britanniques l'appelaient Dr Arne.

Il semble qu'il était de caractère désagréable, et il se querella aussi bien avec sa sœur qu'avec son épouse, dont il vécut séparé pendant plus de vingt ans après une tournée à Dublin. Il était convenu de verser à cette dernière une rente annuelle mais il eut quelques difficultés à s'en acquitter vers 1770 pendant une période financièrement difficile. Néanmoins, ils se réconcilièrent complètement en octobre 1777, peu de temps avant la mort de Arne, qui légua tous ses biens « à sa chère épouse Cecilia et à son unique fils Michael ».

Son œuvre[modifier | modifier le code]

On considère que la première œuvre importante de Arne est son arrangement de Rosamond, de Joseph Addison. Hélas, une bonne partie de ce morceau est maintenant perdue. La première interprétation de cet arrangement, en 1733, est familiale : la sœur du compositeur exécute la partie principale tandis que son frère occupe l'autre [celle de "page-boy" en anglais].

Rule Britannia, final de l'opéra Alfred, a fait et fait encore la renommée de Arne (en tout cas au Royaume-Uni, où il est fréquemment chanté). Il sut aussi, de son temps, acquérir une sérieuse renommée, qui lui permit de ne pas se faire totalement éclipser par Georg Friedrich Haendel ou d'autres compositeurs plus "importants". Il avait un sens inné de la mélodie qui lui attirait de nombreux amateurs. Son style est assez caractéristique du « style galant » en vogue au milieu du XVIIIe siècle.

Il a composé de nombreuses œuvres, notamment :

  • plus de trente opéras, dont  :
    • Comus, masque en 3 actes, livret de John Dalton, créé à Lon le 3 janvier 1743
    • Artaxerxès, le plus célèbre et couronné de succès
  • des masques ;
  • diverses musiques de scène, par exemple pour des pièces de Shakespeare ;
  • 8 sonates pour clavecin, ainsi que des sonates pour d'autres instruments ;
  • 6 concertos pour orgue (formule inventée par Haendel) ;
  • 8 ouvertures ;
  • 4 symphonies ;
  • 7 sonates en trio ;
  • des oratorios, cantates, etc.

Voir :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]