Tendon d'Achille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la partie anatomique. Pour l'expression courante, voir Talon d'Achille.
Vue postérieure de la jambe et du pied montrant le tendon calcanéen (tendo calcaneus).

Le tendon d'Achille ou tendon calcanéen est un tendon placé en distal du mollet (formé par le relief du muscle triceps sural) et au-dessus du talon (formé par le relief du calcanéus). Le tendon d'Achille permet d'emmagasiner de l'énergie lors du posé du pied, pour la restituer ensuite lors de la propulsion, ce qui permet d'économiser 50 % du coût métabolique de la course à pied[1], l'économie étant bien plus faible pour la marche[2].

C'est en réalité une lame tendineuse qui nait de la réunion des lames fibreuses des différents faisceaux des deux chefs du muscle gastrocnémien, du muscle soléaire et du muscle plantaire au niveau du 1/3 inférieur de la jambe. C'est un tendon plat et très épais qui se termine à la partie inférieure de la face postérieure du calcaneus, sur la tubérosité du calcaneus.

Pathologie[modifier | modifier le code]

Tendinite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tendinite achilléenne.

La tendinite achilléenne est une inflammation du tendon d'Achille qui se traduit par une tuméfaction du tissu lésé rendant la marche douloureuse.

Rupture du tendon d'Achille[modifier | modifier le code]

Rupture du tendon d'Achille gauche
Article détaillé : Rupture du tendon d'Achille.

Le tendon est relativement fragile et les accidents (ruptures) sont fréquents, principalement au cours d'activités sportives (tennis, volley-ball, badminton…), ou lors de traitements par antibiotique de type fluoroquinolone. La rupture se reconnaît assez facilement lorsqu'elle survient : bruit de déchirement de tissus (audible à quelques mètres parfois), vive douleur au-dessous du mollet. Le diagnostic est relativement simple : dépression au toucher, test de Thompson positif (allonger sur le ventre, absence d'extension du pied à la pression manuelle du mollet). Le traitement est soit chirurgical, soit orthopédique (plâtre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Révélations sur l'homme : comment la course de fond a fait de nous une espèce à part », Lise Barnéoud et Caroline Tourbe, Sciences et Vie, nº 1052, mai 2005, page 56.
  2. (en) Dennis M. Bramble & Daniel E. Lieberman, « Endurance running and the evolution of Homo », Nature, no 432,‎ 2004, p. 345-352