Temple de Durga (Aihole)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple de Durga
Temple hindouiste
Image illustrative de l'article Temple de Durga (Aihole)
Temple de Durga, vers 700, sur un très haut soubassement. Vue sur la face Est, du côté du porche sculpté
Divinité principale Indéterminée
Époque de construction fin VIIe - début VIIIe siècle
Constructeur dynastie des Chalukyas
Localisation
Pays Inde
Etat ou région Karnataka
Ville Aihole
Coordonnées 16° 01′ 14″ N 75° 52′ 55″ E / 16.020664, 75.88194116° 01′ 14″ Nord 75° 52′ 55″ Est / 16.020664, 75.881941  

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
Temple de Durga

Le temple de Durga est un ancien temple hindouiste situé dans la ville de Aihole dans l'État du Karnataka en Inde.

Il ne doit pas son nom à la déesse Durga, mais à une forteresse, peut-être une enceinte, qui entourait le temple[1],[2]. Aussi on peut parler du « temple Durga », qui le nomme sans pour autant l'attribuer à un culte de la déesse.

On ne sait pas à quel dieu il était dédié car les représentations de Vishnu sont aussi nombreuses que celles de Shiva. La caractéristique la plus originale du temple est un péristyle délimitant un déambulatoire qui fait le tour du temple proprement dit et dont les murs sont couverts de sculptures de différents dieux ou déesses.

Il a été construit entre le VIIe et le VIIIe siècle[3] par la dynastie des Chalukyas[1], à proximité des deux capitales chalukyas Badami et Pattadakal.

Deux escaliers permettent d'accéder au porche qui précède l'entrée du temple proprement dit. Les piliers, sobres et carrés sont décorés de personnages autour du porche et à l'entrée du péristyle. Le parapet est sculpté de niches et de petits animaux[1]. Le porche débouche sur des salles à piliers (mukhamantapa et sabhamantapa) donnant accès au cœur du sanctuaire (garba griha).

Le temple est de plan oblong et absidal. C'est-à-dire que le corridor à piliers, mandapa, qui se trouve entre le porche et le cœur du sanctuaire est englobé par le rituel avec le cœur du sanctuaire, garba griha, et permet d'en faire le tour pour le parikrama, la circumambulation rituelle. Cette abside donne sur l'extérieur par des ouvertures entre les piliers[1]. Ce plan absidial serait inspiré par les constructions bouddhistes de type chaitya.

Le cœur du sanctuaire est surmonté d'une tour qui annonce les futures tours de plus grande hauteur shikhara-s et vimana-s[2].

Architecture et sculpture[modifier | modifier le code]

Une partie de la sculpture originelle a été conservée. L'image de culte a disparu dans le sanctuaire (ou cella). Le programme correspondant à l'ensemble des sculptures restantes permet de percevoir la volonté de créer un jeu de correspondances équilibrées. Ainsi sur les faces Sud et Nord on rencontre symétriquement Shiva et Durga, mais surtout les deux figures (murti) vishnouites de l'homme-lion, Narasimha, principe du feu, dieu terrible et dévorateur, et de l'homme-sanglier, Varaha lié à l'eau et à la création[5]

De nombreux indices permettent de faire le rapprochement avec les temples gupta tant par le programme, le style et l'iconographie, mais aussi par le type architectural[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.temples-dravidiens.net/chalukyas/aihole/durga.html
  2. a et b http://www.art-and-archaeology.com/india/aihole/dur01.html
  3. Entre 655 et 681 : Édith Parlier-Renault, 2006, p. 120
  4. comme celle de la grotte de Ravana Phadi, à Aihole. Mais le modèle s'est imposé dans l'art gupta. La cloche n'apparaît pas à Ravana Phadi mais en Inde du Nord, ainsi qu'à Mahabalipuram. Édith Parlier-Renault 2006, p. 122
  5. a, b et c Édith Parlier-Renault 2006, p. 121

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Frédéric, L'Art de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, Paris, Flammarion, Tout l'art,‎ 1994, 479 p. (ISBN 2-08-012252-5)
  • Anne-Marie Loth, Art de l'Inde : diversité et spiritualité. 1, des origines à la fin du VIIIe siècle, Bruxelles ; Paris, Chapitre Douze,,‎ 2006, 448 p. (ISBN 2-915345-02-3)
  • Édith Parlier-Renault, dir., L'Art indien : Inde, Sri Lanka, Népal, Asie du Sud-Est , Paris, PUPS : Presses de l'Université Paris-Sorbonne,‎ 2010, 419 p. (ISBN 978-2-84050-702-4)
  • Édith Parlier-Renault, Temples de l'Inde méridionale (VIe-VIIIe siècles) : la mise en scène des mythes, Paris, PUPS (Presses de l'Université Paris-Sorbonne),‎ 2006, 413 p. (ISBN 978-2-84050-464-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :