Système éducatif italien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système scolaire italien est organisé centralement par le ministère de l'Instruction publique pour les cycles primaire et secondaire et par le ministère de l'Université de la Recherche pour l'enseignement supérieur. Les établissements scolaires jouissent d'une certaine autonomie organisationnelle, les enseignants sont recrutés par concours et dépendent directement du ministère.

Généralités[modifier | modifier le code]

L'école publique est obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans. Les vacances scolaires d'été s'étendent approximativement du 12 juin au 10 septembre et leur étalement est relativement peu régionalisé. L'école primaire prévoit 200 jours scolaires par année au minimum, et souvent, on arrive à 204 ou 205 jours de scolarité. Les vacances de Noël durent deux semaines, du 23 décembre au 7 janvier, celles de Pâques une semaine. Les écoles primaires — surtout dans les zones urbaines — offrent parfois une scolarité à "temps plein" de 8h à 16h du lundi au vendredi, et éventuellement le samedi; la règle générale reste, toutefois, de 30 heures de cours par semaine, reparties sur 6 jours. Les collèges et les lycées, en revanche, assurent les cours tous les matins jusqu'à 13h du lundi au samedi. Grâce aux politiques d'autonomie scolaire certains établissements ont réorganisé les emplois du temps afin de libérer les samedis ou une semaine en février-mars en assurant plus de cours l'après-midi.

La dénomination officielle des cycles, adoptée en 2004, vise d'une part à anticiper des reformes programmées et d'autre part à éliminer des références considérées sexistes voire non conformes aux directives européennes. Néanmoins, son adoption dans le langage courant résulte particulièrement difficile en raison de la lourdeur de certaines formulations.

Schéma d'ensemble[modifier | modifier le code]

2½~4 4~5 5~6 6~7 7~8 8~9 9~10 10~11 11~12 12~13 13~14 14~15 15~16 16~17 17~18 18~19 19~20 20~21 21~22 22~23 23~24
Enseignement préscolaire Enseignement primaire Enseignement secondaire Enseignement supérieur
(I) (II) (III) I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII XIII I II III IV V
École de l'enfance École primaire École secondaire de premier degré Lycée - Université
- Instituts techniques supérieurs
- Formations supérieures artistiques, musicales et chorégraphiques[1]
Instituts techniques
Instituts professionnels

Crèches et écoles de l'enfance[modifier | modifier le code]

Les crèches (asili nido) prennent en charge les enfants jusqu'à l'âge de 3-4 ans et sont généralement gérés par les communes. Leur fréquentation est facultative, payante, en fonction des revenus, et très chère. Les écoles de l'enfance (scuole dell'infanzia) – terme qui a remplacé l'école maternelle, dont le nom était considéré contraire au principe de parité entre les sexes – accueillent les enfants de 3 à 6 ans ( parfois, s'il y a des places disponibles, à partir de 2 ans et demi).Il existe des " scuole dell' infanzia" privées et payantes, mais la plupart sont publiques et gratuites, et fréquentées par la quasi- totalité des enfants.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

D'une durée de 5 ans, la scuola primaria (anciennement scuola elementare) vise à donner aux enfants les connaissances de bases dans plusieurs matières: Italien, Mathématiques, Histoire, Géographie, Sciences, Musique, Arts plastiques, Informatique, EPS. L'apprentissage d'une seconde langue, généralement l'anglais, débute à partir de la première année. L'organisation prévoit généralement trois instituteurs par classe, ( voire plus) enseignant chacun de une à plusieurs matières (souvent par domaine : littéraire ou scientifique). L'enseignement de la religion catholique est facultatif en vertu du Concordat. La durée hebdomadaire est d'environ trente heures, sur six jours, à moins que l'établissement ne prévoie l'augmentation des cours l'après-midi, auquel cas le samedi est libre.

Un examen (licenza elementare) se passait, jusqu'en 2003, à la fin de la cinquième année : il a été actuellement supprimé, n'ayant plus une réelle utilité aujourd'hui, comme la Reforme des Cycles a reporté à la "terza Media" la fin du 1er Cycle des apprentissages et, par conséquent, l'examen de l'État visant à évaluer les acquis.

Enseignement secondaire du premier cycle : « scuola media »[modifier | modifier le code]

La scuola secondaria di primo grado, héritière de la scuola media inferiore, ne comporte que trois ans. Introduit en 1963Le système scolaire fonctionne ainsi : il y a la la prima media, la seconda media, la terza media Ce qui correspond au niveaux sixième jusqu'au niveau quatrième, ce type d'école répondait à la volonté de garantir l'égalité des chances entre écoliers issus de couches sociales différentes. En effet, la scolarité est conçue de façon à donner une base de connaissances universelle pour accéder directement au marché du travail aussi bien qu'à des formations générales, techniques et professionnelles. Bien que l'examen final, la licenza media (le brevet), reste indispensable pour l'admission aux lycées et à toute activité économique, la hausse de l'obligation scolaire à 18 ans impose une reconsidération des objectifs du collège. Désormais, la plupart des établissements ont élargi l'offre pédagogique bien au-delà des matières obligatoires. Cependant, très souvent les lycées ne sont pas en mesure de proposer une suite cohérente aux compétences acquises, notamment dans le cas du latin et de la seconde langue vivante qui comporte généralement un redémarrage complet, en raison aussi du caractère OPTIONNEL du choix entre certaines matières, et de la conséquante différence de niveau entre les compétences des élèves d'une même classe. On compte près de 10 030 collèges d'enseignement secondaire accueillant 2,5 millions d'élèves.

La licenza media[modifier | modifier le code]

L'examen de licenza media consiste en trois épreuves écrites et une épreuve orale. Les compétences sont évaluées par une commission composée par des professeurs internes et présidée par un commissaire externe.

Épreuves écrites[modifier | modifier le code]

  • Épreuve d'italien : rédaction d'une composition portant sur l'actualité, la littérature ou des expériences personnelles (4h).
  • Épreuve de mathématiques : série de questions de géométrie, algèbre et arithmétique.
  • Épreuve de langue vivante : questions de grammaire et de compréhension textuelle, résumé ou rédaction.
  • Épreuve national INVALSI : questions de grammaire et de compréhension textuelle; questions de mathématiques. Cette épreuve est la même dans tout le pays.

Épreuve orale[modifier | modifier le code]

  • Entretien pluridisciplinaire : L'étudiant est interrogé par un jury sur l'ensemble des disciplines étudiées et plus précisément sur des travaux de recherche préparés personnellement. La forme de l'entretien doit permettre de vérifier les capacités de raisonnement interdisciplinaire ainsi que dans les matières non abordées dans les examens écrits.

Évaluation[modifier | modifier le code]

En se fondant sur les résultats dans l'ensemble des épreuves, en cas de succès le jury sanctionne le niveau de l'étudiant par l'une des mentions suivantes ottimo (très bien), distinto (bien), buono (assez bien) ou sufficiente (passable). En cas d'échec, l'étudiant doit redoubler la troisième année de la scuola media.

Pour ce qui concerne l'école supérieure chaque étudiant reçoit une évaluation qui va de zero à dix. Pour ne pas être recalés les lycéens doivent avoir au moins six en toutes les matières, dépendant de son chemin d'études. Lorsqu'un élève ne réussit pas, il doit récupérer le travail qu'on a jugé insuffisant l'année suivante la mauvaise note. Pour cela il est soutenu pendant l'après-midi à l'école par son propre enseignant ou bien un autre de la même matière où il se sent en difficulté afin qu'il comble sa "dette" (en Italie on appelle ça "debito formativo"). Il vaut mieux expliquer que ces cours ne sont pas individualisés et n'ont que l'objectif d'aider ceux qui en ont vraiment besoin.

Maintenant, depuis la rentrée scolaire du 2008, comme la première partie de la réforme Gelmini (Ministre italien de l'Éducation, de l'Université et de la recherche) a entré en vigueur, les notes sont exprimées, aussi bien au collège comme au lycée, par des numéros entre zéro et dix. Pour l'école primaire on gardera le vieux système d'évaluation (de "non sufficiente" à "ottimo") accompagné par les nouvelles notes.

Enseignement secondaire du second cycle[modifier | modifier le code]

Le terme liceo (lycée) ne s'applique qu'aux filières générales (classique, scientifique, linguistique, artistique). Dans le système public, chaque établissement est généralement spécialisé dans une seule filière.

Éducation générale[modifier | modifier le code]

Liceo classico (Lycée classique)[modifier | modifier le code]

Très axée sur les lettres classiques (latin, grec ancien), cette filière est considérée encore aujourd'hui comme la meilleure préparation intellectuelle pour acheminer des études supérieures. L'appellation des années d'étude reflète la tradition de cette formation qui reprend l'expression ginnasio pour définir ses deux premières années, hérités de la période antécédente l'établissement du collège unique. Ainsi les classes « 1a, 2a et 3a liceo », correspondent aux « 3a, 4a et 5a liceo » des autres filières. Cette formation est délivrée généralement par les lycées « historiques » de chaque ville, dont le « Parini » et le « Berchet » à Milan, le « Mamiani », le « Tasso » et le « Visconti » à Rome ainsi que le « D'Oria » à Gênes. En 1993-1994, le ministère de l'Instruction publique a mené un projet pilote en instituant des classes européennes dans les internats.

Liceo scientifico (Lycée scientifique)[modifier | modifier le code]

Moins attachés aux traditions par rapport aux lycées classiques, les lycées scientifiques représentent désormais la filière générale la plus répandue. Tout en gardant l'enseignement obligatoire du latin jusqu'au baccalauréat, les lycées scientifiques sont axés sur les mathématiques et les sciences naturelles et proposent plusieurs spécialités (informatique, mathématiques, langues vivantes, etc.). La qualité de ce type de formation est souvent mise en valeur par des évaluations nationales et européennes. Certains lycées ont désormais acquis un prestige comparable aux grands lycées classiques.

Liceo linguistico (Lycée linguistique)[modifier | modifier le code]

Cette filière est spécialisée dans les langues vivantes. 3 langues vivantes sont enseignées dans ces lycées, le plus souvent l'anglais (obligatoire pour tous les lycées), le français, l'allemand et l'espagnol. Le lycée linguistique est moins axé sur les sciences que le lycée scientifique (mais on y apprend quand même les mathematiques, la physique, la chimie, la géologie, l'astronomie...) et, contrairement au lycée classique, le grec ancien n'y est pas enseigné.

Liceo artistico/musicale (Lycée artistique/musical)[modifier | modifier le code]

Une filière très hétéroclite qui rassemble tous les lycées attachées à des conservatoires de musique ou des écoles de beaux-arts qui valorisent les matières propres à l'établissement.

Bien qu'aucun lycée ne prévoit une sélection à l'entrée, les lycées prestigieux imposent des critères de notation très strictes qui mènent beaucoup d'étudiants à changer d'établissement pendant les premiers mois et à des taux d'échec qui peuvent monter jusqu'à 50 % dans les deux premières années.

Formation technologique et professionnelle[modifier | modifier le code]

Instituts techniques et professionnels[modifier | modifier le code]

Les instituts techniques et professionnels n'ont pour le moment pas le droit d'utiliser l'appellation de lycée. Cependant, ces formations s'achèvent avec le passage de la maturità (baccalauréat) permettant d'accéder à tout établissement d'enseignement supérieur, éventuellement après le passage d'un test d'admission. Les formations techniques les plus répandues préparent aux métiers de comptable (ragioniere), d'expert industriel (perito industriale) et géomètre-dessinateur (geometra).

Alberghiero[modifier | modifier le code]

Ce sont des lycées d'enseignement spécialisé dans la cuisine et l'hôtellerie.

L'examen final d'État (maturità)[modifier | modifier le code]

Les études secondaires générales, technologiques et professionnelles s'achèvent par l'obtention d'un diplôme d'État, anciennement appelé maturità. Depuis 1997 l'examen se fonde sur trois épreuves écrites et une épreuve orale et prend en considération le contrôle continu. Les sujets des épreuves écrites sont choisis par le ministre de l'Instruction publique et envoyés aux lycées par l'intermédiaire des forces de police sous pli fermé.

Les épreuves[modifier | modifier le code]

  • Première épreuve écrite (italien) : Dissertation d'ordre général ou historique, analyse d'un texte littéraire, essai ou production d'un article de journal.
  • Deuxième épreuve écrite (spécialité) : La deuxième épreuve porte sur une discipline propre à la filière. Dans les lycées classiques il s'agit d'une version de grec ou de latin, dans les lycées scientifiques d'un examen de mathématiques, dans les lycées linguistiques d'une rédaction en langue étrangère.
  • Troisième épreuve écrite (questionnaire) : La troisième épreuve porte sur différentes disciplines abordées sous forme de QCM, réponses courtes, synthèse.
  • Entretien oral : L'entretien oral peut porter sur toutes les disciplines abordées ainsi que sur la soutenance d'un mini-mémoire pluridisciplinaire rédigé par le candidat.

La notation[modifier | modifier le code]

La notation finale est calculé en se fondant sur les coefficients suivants :

  • 25 points Crédit scolaire (8+8+9 pendant les trois dernières années)
  • 45 points Épreuves écrites (15 points par épreuve)
  • 30 points Entretien oral
  • 05 points Bonus (octroyé par le jury pour des prestations exceptionnelles à condition d'avoir au moins 15 points de crédit scolaire et 70 aux épreuves).

Le diplôme est délivré aux étudiants ayant plus de 60 points sur 100. Aucune mention ne figure sur le diplôme, rédigé en quatre langues officielles de l'Union européenne; les mentions sont remplacées par la note, en chiffres, sur cent. Chaque diplôme a la même valeur légale, indépendamment de l'établissement scolaire où il a été obtenu.

Universités[modifier | modifier le code]

En Italie, l'autonomie des universités est inscrite dans la constitution depuis 1948. La gouvernance de l'université y est assurée par le conseil d'administration et par un Sénat académique[2].

Depuis l'année universitaire 2001-2002, toutes les nouvelles formations appliquent le système « LMD », connu en Italie comme « 3+2 ». Des études de troisième cycle peuvent déboucher sur un dottorato di ricerca (doctorat). La réforme a comporté un bouleversement intégral de l'enseignement supérieur qui n'offrait qu'un seul niveau de diplôme, la laurea correspondant à une maîtrise qui donnait accès au titre de dottore. L'objectif de la réforme étant celui de réduire l'abandon universitaire par l'établissement d'un diplôme professionnalisant après trois ans d'études, le titre de dottore est désormais livré aux titulaires d'une licence.

Il existe des établissements publics d'excellence comme l'École normale supérieure de Pise, l'École supérieure Sainte-Anne de Pise ou encore l'École internationale supérieure d'études avancées à Trieste.

Divers[modifier | modifier le code]

Il existe comme dans toute l'Europe diverses filières de formation professionnelle.

Enseignement privé[modifier | modifier le code]

L'école publique est de loin la plus répandue en Italie. Il existe cependant des institutions privées, pas nécessairement religieuses. À l'exception de quelques établissements catholiques ou étrangers, les lycées privés jouissent généralement d'une mauvaise réputation, puisqu'ils acceptent souvent les étudiants ayant échoué dans le secteur public.

Les critiques[modifier | modifier le code]

Certaines critiques apparaissent, mettant en avant des crédits et des investissements insuffisants, ou regrettant la difficulté à être titularisé et les dérives qu'elle peut amener. Ces critiques voient ce système comme obsolète et nécessitant d'être réformé en profondeur pour répondre aux exigences de la société l'information et de la mondialisation. Or, tous les projets de réforme au niveau primaire et secondaire n'ont pas abouti à cause d'une forte opposition des professeurs et des parents d'élèves.

Les principaux objectifs sont ceux de réformer la structure pédagogique des collèges et des lycées. En effet, la scuola media unica est le résultat d'une politique de démocratisation de l'éducation qui remonte aux années 1960 qui visait à offrir un niveau de formation exhaustif à la fois pour entrer dans le monde du travail et pour accéder aux lycées. Après les réformes qui ont prolongé de l'obligation scolaire jusqu'à 16 ans, ce cycle d'études a perdu sa raison d'être. Les gouvernements de L'Olivier (1996-2001) ont proposé de fusionner les écoles primaires et les collèges afin d'avoir une formation continue de huit ans. Cependant, cette démarche implique des problèmes considérables en termes de formation et de statut des enseignants qui sont issus de filières différentes. Le deuxième point critique concerne le passage du collège au lycée : si au moment de son institution le collège unique devait éviter un clivage social après les classes élémentaires, désormais on considère que le collège devrait orienter vers les différentes filières des lycées sur la base du mérite. En effet, la séparation stricte entre filières de lycées et leur distribution asymétrique sur le territoire empêche une véritable mixité sociale dans les lycées. Or, les propositions d'assouplir les différences entre section, de créer des passerelles ou de prolonger la période de formation commune ont rencontré l'hostilité des parents et des enseignants qui craignent que ceci puisse se traduire par une détérioration de la qualité de l'enseignement.

Enfin, l'un des pièges les plus ressenti dans le système scolaire publique italien est la complexité de l'embauche qui doit répondre d'un côté au principe de mérite et d'équité dans les concours, d'autre côté à la nécessité de garantir un avenir à tous les professeurs précaires embauchés comme remplaçants ou en raison des dissymétries du système qui rassemble les enseignants les plus qualifiés dans les grands lycées urbains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'université et les formations supérieures artistiques dépendent de l'État, les Instituts techniques supérieurs des régions.
  2. L’organisation des Universités, Université franco-italienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]