Sweet Sixteen (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sweet Sixteen.

Sweet Sixteen est un film britannique réalisé par Ken Loach sorti en 2002.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans la petite ville de Greenock en Écosse, Liam rêve de la famille qu'il n'a jamais eue. Entre son beau-père, dealer, qui ne pense qu'à ses petits trafics, et sa mère toxicomane, en prison, il est cerné. Sa mère doit sortir de prison pour ses 16 ans et il se promet de la rendre heureuse, en lui offrant cette caravane située dans un décor sublime, mais comment trouver l'argent ?

Il est habitué à vendre des cigarettes, mais ça ne rapporte pas assez… il finit par se résigner à vendre de la drogue. Il commence par voler la drogue de son beau-père puis finit par se mettre en liaison avec un gros fournisseur qui lui promet monts et merveilles. Le trafic fonctionne bien, il a un logement dans les beaux quartiers.

Lorsque sa mère sort de prison, il va tout faire pour que sa mère vienne habiter avec lui.

Mais sa mère renoue avec son beau-père, et tous les rêves du jeune Liam sont brisés. Il est anéanti et, en quête de vengeance, il finit par poignarder ce dernier.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisateur : Ken Loach
  • Producteur : Rebecca O'Brien
  • Scénario : Paul Laverty
  • Dir Photo : Barry Ackroyd
  • Musique : George Fenton
  • Son : Ray Beckett
  • Durée : 106 min

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Censure[modifier | modifier le code]

L'usage du mot "fuck" (terme argotique désignant l'acte sexuel) 313 fois et du mot "cunt" (terme argotique désignant le sexe féminin) environ 20 fois ont conduit le British Board of Film Classification à interdire le film aux moins de 18 ans. L'Espagne a pris la même décision mais en France et en Allemagne, le film a été interdit aux moins de 12 ans. Ken Loach et Paul Laverty ont protesté contre cette décision par un article dans le Guardian.

Paul Laverty a parlé de censure et de "préjudice de classe" car la plupart des informations qui sont à la base du scénario émanent de jeunes Écossais de moins de 18 ans qui pourtant n'ont pas pu voir le film.

Voir aussi[modifier | modifier le code]