Stade olympique national

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade olympique national
{{#if:
KokuritshuKasumigaoka-5.JPG
Généralités
Surnom(s) Kokuritsu
Adresse 10-2, Kasumigaokamachi, Shinjuku
Tokyo, Japon
Coordonnées 35° 40′ 41″ N 139° 42′ 43″ E / 35.678056, 139.71194435° 40′ 41″ Nord 139° 42′ 43″ Est / 35.678056, 139.711944  
Construction et ouverture
Ouverture 1958
Architecte Mitsuo Katayama
Utilisation
Propriétaire National Agency for the Advancement of Sports and Health (NAASH)
Équipement
Surface Pelouse naturelle
Capacité 50 339
Dimensions 107 m × 71 m

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Stade olympique national

Géolocalisation sur la carte : Tokyo

(Voir situation sur carte : Tokyo)
Stade olympique national

Le stade olympique national de Tokyo (国立霞ヶ丘陸上競技場, kokuritsu Kasumigaoka rikujō kyogijō?) est un stade situé à Kasumigaoka, Shinjuku, Tokyo, qui a servi de stade principal pendant les Jeux olympiques d'été de 1964 et sera un des équipements des Jeux olympiques d'été de 2020. La capacité du stade est de 50 339 places.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le stade a été inauguré en 1958 en tant que stade national japonais, et son premier événement principal était les Jeux asiatiques de 1958. Depuis, le stade a accueilli beaucoup d'autres événements significatifs, notamment les 3e championnats du monde d'athlétisme de l'IAAF en 1991 et la Coupe intercontinentale jusqu'en 2001. En tant que stade national du Japon, c'est le rendez-vous pour la finale de la Coupe du Japon de football le 1er janvier et pour celle du Championnat du Japon de football en novembre.

Reconstruction du stade[modifier | modifier le code]

Appel à projet[modifier | modifier le code]

Le Conseil Sportif du Japon (JSC), propriétaire de l’illustre Stade Olympique, a organisé ce concours d’architecture pour moderniser et rénover le stade Kasumigaoka de Tokyo. Zaha Hadid a été choisie parmi 11 finalistes. Un total de 46 projets a été soumis après le lancement du concours en juillet 2012.

Projet de Zaha Hadid[modifier | modifier le code]

Le cabinet Zaha Hadid Architects a été sélectionné lors du concours d’architecture pour reconstruire le Stade National Kasumigaoka pour son design innovant et ses lignes dynamiques. Les juges l’ont aussi choisi pour son architecture impressionnante et symbolique qui s’intègre parfaitement dans le contexte urbain.

Le stade national du Japon créé par Zaha Hadid situé à Kasumigaoka dans l'arrondissement de Shinjuku, dans les jardins du sanctuaire Meiji aura une capacité de 80 000 spectateurs avec une hauteur de 70 mètres. Il doit remplacer l'actuel stade national Kasumigaoka de Tokyo qui avait accueilli les jeux olympiques d'été de 1964. Les travaux de reconstruction démarreront en octobre 2015 et seront achevés en mars 2019.

En effet, Tokyo accueille la Coupe du monde de rugby 2019 et, pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020, il accueille les cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que les compétitions d’athlétisme, de football et de rugby.

Cette infrastructure dispose d'une toiture rétractable et de tribunes basses amovibles. Tokyo bénéficiera ainsi du premier Stade Olympique doté d’un tel mécanisme. Son architecture établira de nouveaux standards pour les stades du monde entier.

Réactions[modifier | modifier le code]

Tsunekazu Takeda, membre du CIO ainsi que président du Comité Olympique Japonais (COJ) et de Tokyo 2020, a déclaré : « Ce nouveau Stade du Japon sera le meilleur parmi les meilleurs. Il aura l’une des plus grandes capacités au monde et sera le plus confortable des stades. Le toit rétractable améliorera considérablement l’expérience des athlètes et des spectateurs. Ce stade ultramoderne est une preuve supplémentaire que Tokyo est prête à organiser une célébration dynamique qui renforcera et renouvellera les Valeurs Olympiques pour une nouvelle génération. »

Tadao Ando, architecte et membre du Conseil de Tokyo 2020, présidait le jury. « Le design dynamique et futuriste du projet incarne les messages que le Japon souhaite envoyer au du monde à l’avenir. Je crois fortement que le Japon reste l’un des grands pays de l’architecture. Il y a quelques décennies, le monde avait salué le Japon pour avoir construit le remarquable Stade National Kasumigaoka si rapidement et j’espère que le monde saluera à nouveau le Japon pour avoir construit ce stade, » a-t-il déclaré.

« La culture japonaise valorise l’efficacité et l’organisation. Nous sommes confiants dans le fait que ces principes seront vérifiés lors de la reconstruction du Stade National. Lors des mois à venir, il sera intéressant de voir les travaux commencer et le nouveau stade prendre forme, » a ajouté Takeda.

Quelques jours à peine après l’annonce du projet retenu, les lauréats du prix Pritzker Toyo Ito et Fumihiko Maki ( architecte renommé qui a notamment dessiné la Four World Trade Center, un gratte-ciel édifié sur le site victime des attentats du 11 septembre 2001 à New York) suivis par d’autres architectes japonais avaient lancés des pétitions rassemblant des milliers de signatures protestant contre l’ambition démesurée derrière l’implantation du futur stade.

Amendements du projet[modifier | modifier le code]

Les autorités sportives japonaises ont annoncé au mois de juillet 2014 qu'elles allaient diminuer l'envergure du principal stade prévu pour les jeux Olympiques 2020, dont le projet initial était jugé démesuré par ses critiques.

La capacité du stade comme sa hauteur ne seront pas affectées, mais la taille des loges VIP devrait être réduite, tout comme l'ampleur d'un musée attenant et le nombre de places de parking, a annoncé le Conseil du Sport du Japon (JSC), gérant de l'actuel stade olympique et du futur nouveau stade. La zone où il sera construit comporte de nombreux parcs et un sanctuaire shintoïste. Des associations de résidents de Tokyo ont dénoncé l'ampleur du projet, soulignant que ce stade de 70 mètres de haut allait écraser toutes les autres constructions du quartier, dont la hauteur est limitée à 15 mètres.

Le Conseil du Sport du Japon a annoncé qu'il allait réduire d'un quart la superficie prévue pour l'installation, la limitant à un espace au sol de 220 000 mètres carrés. D'après les médias nippons, le coût final du projet pourrait n'atteindre que 180 milliards de yens (1,3 milliard d'euros) contre 300 milliards de yens estimés au départ (2,2 milliards d'euros).

Un responsable du JSC a souligné devant un panel d'experts que le projet se basait toujours sur les plans de l'architecte irako-britannique Zaha Hadid. "Nous prévoyons simplement d'en diminuer l'ampleur", a-t-il expliqué. "Nous avons dressé ce nouveau plan en tenant compte des opinions" a souligné le président du JSC, Ichiro Kono.

Évènements[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

L'accès au stade peut se faire par les stations Sendagaya ou Shinanomachi de la ligne JR Est Chuo-Sobu, Kokuritsu Kyogijo de la ligne Toei Ōedo et Gaien-mae de la ligne Ginza.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :