Sonangol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sonangol E.P.

Dates clés 1976
Personnages clés Manuel Vicente (président du conseil d'administration)
Forme juridique Entreprise publique
Siège social Luanda, Drapeau de l'Angola Angola
Activité Groupe pétrolier
Produits pétrole, gaz naturel
Filiales Sonair,
Site web http://www.sonangol.co.ao/

Sonangol est une entreprise publique chargée de l'exploitation et de la production de pétrole et de gaz naturel en Angola. Le groupe est la principale entreprise d'Angola, il représente près d'un tiers du P.I.B du pays et intègre de façon verticale un grand nombre de filiales.

Le groupe est le concessionnaire des réserves offshore et onshore de pétrole en Angola, qui s'élèvent à 5 milliards de barils avec un potentiel assez important, les découvertes récentes sont 5 fois plus élevées que la production. L'exploitation des gisements (notamment ceux de Dalia, Pazflor et Kizomba) est le plus souvent réalisée de façon conjointe avec les grandes majors internationales, notamment le groupe Total sur ses plates-formes pétrolières (Pazflor, Clov, ...).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au lendemain de l'indépendance de l'Angola, en 1976, la compagnie ANGOL (ANGOL Sociedade de Lubrificantes e Combustivels sarl), filiale de la compagnie d'État portugaise SACOR) créée en 1953, a été nationalisée et coupée en deux, pour former la Sonangol U.E.E. et la Direcção Nacional de Petroleos. La Directive 52/76 institua Sonangol comme entreprise publique avec pour mission de valoriser les ressources en pétrole et gaz naturel du pays, bénéficiant de la nationalisation des installations existantes de la Texaco, Fina, Shell et Mobil et soutenue à ses débuts par la Sonatrach et Eni.

Selon l’ONG américaine Human Rights Watch (HRW), une somme colossale s’est évaporée des caisses de l’État angolais. Un trou de 32 milliards de dollars, soit 25 % du PNB de l’Angola, a été identifié entre 2007 et 2010 par le FMI. La somme, qui a disparu des caisses de l’État proviendrait de la Sonangol, qui gère la manne de l’or noir en Angola1,2.

  1. ↑ Sabine Cessou, Post-Afriques: Angola: 32 milliards de dollars évaporés des caisses de l’État, Slate Afrique, récupéré 25 décembre 2011
  2. ↑ () Angola: Explain Missing Government Funds, Human Rights Watch, 21 décembre 2011, récupéré 25 décembre 2011

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège de Sonangol à Luanda

Sonangol détient plus d'une trentaine de filiales avec des implantations notamment dans les pays suivants :

La croissance des besoins de la compagnie en services notamment dans les télécommunications, la logistique, la distribution, l'informatique, l'ingénierie et la sismique... est à l'origine de la création de nombreuses filiales. Sonangol a aussi cherché à assurer des débouchés à sa production notamment avec la compagnie aérienne Sonair et à valoriser ses réserves en monnaie avec les banques Banco Africano de Investimentos et Banco do Comercio e Industria.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]