Sirli ricoti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Sirli ricoti (Chersophilus duponti), également appelé le Sirli de Dupont, est une espèce d'oiseaux de la famille des Alaudidae, la seule du genre Chersophilus.

Description[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des autres alouettes, le Sirli ricoti est sur le terrain une espèce peu distinguable. Il mesure de 16,5 à 18 cm de long[1], mince, avec un long cou et de longues pattes, avec un bec légèrement incurvé vers le bas. Il possède une couronne dessinée par une bande mince et pâle, et sa poitrine est striée de traits sombres.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le Sirli ricoti se nourrit de graines et d'insectes.

Comportement[modifier | modifier le code]

C'est une espèce très timide, qui se met à l'abri si elle est dérangée. Son chant est un sifflement nasal, produit surtout à l'aube et au crépuscule ou la nuit.

Nidification[modifier | modifier le code]

Le nid est fait à même le sol et trois ou quatre œufs y sont pondus, blancs brunâtre, rougeâtre ou verdâtre, et tachetés de gris brun ou de jaune brun et mesurant 23 à 24 cm × 17 à 18 cm[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Il se reproduit dans une grande partie de l'Afrique du Nord, de l'Algérie à l'Égypte, ainsi que dans le nord-est et le sud-est de l'Espagne (13 à 15 000 couples avec un grand déclin entre 1970 et 1990 puis une diminution moindre entre 1990 et 2000)[2] et plus accidentellement en France. Il s'agit d'un résident non-migrateur.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cet oiseau occupe les zones sablonneuses semi-désertiques ou les steppes peu herbeuses.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cet oiseau a été nommé d'après le naturaliste français Leonard Dupont Puech (1795-1828), qui fut le premier à recueillir un spécimen.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Deux sous-espèces sont reconnues par Alan P. Peterson :

  • C. d. duponti (Vieillot, 1820), la sous-espèce type de l'Europe et du Nord-Ouest de l'Afrique a les parties supérieures principalement brun-gris et est pâle au-dessous ;
  • C. d. d. margaritae (Koenig, 1888), qui occupe le reste de la répartition africaine, a les parties supérieures rousses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Genre Chersophilus[modifier | modifier le code]

Espèce Chersophilus duponti[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paul Paris, Faune de France, vol. 2 : Oiseaux, Paris, Paul Lechevalier,‎ 1921, 16 cm × 24,5 cm, 473 p. (lire en ligne), p. 112
  2. Burfield I. & van Bommel F. (2004) Birds in Europe. Population estimates, trends and conservation status. BirdLife International, Cambridge, 374 p.