Simon Streatfeild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Simon Streatfeild (né le 5 octobre 1929 à Windsor ) est un altiste, chef d'orchestre et pédagogue anglo-canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simon Nicholas Streatfeild est né à Windsor (Berkshire - Angleterre) en 1929. Il a étudié l'alto avec Frederick Riddle au Royal College of Music de 1946 à 1950[1]. Il a joué avec l'Orchestre philharmonique de Londres et au Royal Opera House de Covent Garden[2], est devenu Premier alto à l'Orchestre du Sadler's Wells Theatre (1953–55) et à l'Orchestre symphonique de Londres (1956–65)[3], et a été un des membres fondateurs de l'Academy of St Martin in the Fields (1958–65).

Il est allé ensuite au Canada, où il a occupé différents postes à l'Orchestre symphonique de Vancouver de 1965 à 1977: Premier alto, chef assistant, Directeur musical, et chef associé[1].

Streatfeild a été chef du Bach Choir de Vancouver de 1969 à 1981. De 1977 à 1981, il a été professeur invité à l'Université de Western Ontario. Il a dirigé l'Orchestre symphonique de Regina (1981-84), tout en occupant la dernière année son nouveau poste de chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Québec (OSQ), succédant à James DePreist. Il a quitté l'OSQ en 1991 en raison de divergences artistiques. Durant sa direction, l'orchestre a fait ses débuts à Toronto et a effectué ses premiers enregistrements commerciaux[4].

Il a également été chef d'orchestre de l'Orchestre de chambre du Manitoba (en) (AGC) de 1982 à 2000[1],[3]. En 1983, il a dirigé l'AGC dans la première mondiale de l'œuvre de Michael Matthews Between the Wings of the Earth[5].

Il a été régulièrement invité au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe, et en d'autres endroits[3]. Il a été chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de l'Académie norvégienne de musique (en) à Oslo pendant dix ans, où il a également été professeur de direction d'orchestre[3].

Ses enregistrements comprennent de la musique de Mahler, Berlioz, Chostakovitch, Britten, Honegger, Messiaen, entre autres[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c The Canadian Encyclopedia: Simon Streatfeild
  2. Maurice W. Riley, The History of the Viola, Volume II, Ann Arbor, Michigan, Braun-Brumfield,‎ 1991, « Brief Biographies of Violists », p. 434
  3. a, b, c, d et e Manitoba Chamber Orchestra
  4. The Canadian Encyclopedia: Quebec Symphony Orchestra
  5. Michael Matthews.net