Shaq Fu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shaq Fu
Éditeur Electronic Arts
Ocean Software (Amiga)
Développeur Delphine Software
Concepteur Paul Cuisset

Date de sortie 1994
Genre Jeu de combat
Mode de jeu Un ou deux joueur(s)
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Console(s) portable(s)
Média Cartouche, disquettes 3"5
Contrôle Manette de jeu ou clavier / souris

Shaq Fu est un jeu vidéo de combat en 2D développé par Delphine Software, sorti sur Mega Drive, Game Gear, Game Boy, Super Nintendo, Amiga et Amiga 1200 en 1994. Le héros du jeu est le joueur de basket-ball Shaquille O'Neal. Malgré cela, on ne joue pas au basket-ball dans le jeu.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Alors qu'il va aller jouer au basketball à Tokyo, Shaquille O'Neal visite un vieux dojo et se retrouve dans une autre dimension, devant aller sauver un jeune garçon d'une momie maléfique, Sett-Ra. O'Neal devra jouer de ses talents au combat pour affronter ses ennemis.

Différence entre les versions[modifier | modifier le code]

Généralité[modifier | modifier le code]

Il existe une importante différence entre les versions Super Nintendo et Mega Drive : La version Mega Drive propose un panel de 12 combattants, là où la version Super Nintendo en propose seulement 7. La version Amiga propose également 12 combattants, comme la version Mega Drive dont elle est un port direct.

Personnages (SNES)[modifier | modifier le code]

• Shaq • Kaori • Beast • Mephis • Sett Ra • Voodoo • Rajah

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

  • Project Manager : Paul Cuisset
  • Design Lead : Paul Cuisset
  • Lead Programmer : Thierry Gaerthner
  • Programmeur : Arnaud Carré
  • Lead Graphic Artist : Thierry Levastre
  • Graphic Artists : Valerie Amghar, Stéphane Aussel, Michèle Bacqué, Thierry Bansront, Grégory Beal, Eric Caron, Michael Douaut, Laurent Dreno, Serge Fiedos, Hervé Gaerthner, Elie Jamaa, Frédéric Michel, Christophe Moyne, Olivier Nicolas, Fabrice Têté, Cécile Thomas, Jean-Marc Timert, Paul Tumelaire, Roman Vaidis
  • Musique : Raphaël Gesqua
  • Producteur assistant : Jeffrey Nicholas Brown

Autour du jeu[modifier | modifier le code]

  • Le jeu a été développé par l'équipe précédemment en charge de l'un des jeux les plus acclamé au niveau critique : Flashback. Malgré cela, Shaq Fu a au contraire la réputation d'être l'un des plus mauvais jeux vidéo de tous les temps. On cite en particulier trois raisons : un système de combat qui marche mal, une intrigue avec des dialogues pas crédibles et la présence de O'Neal dont on pense qu'il n'a été inséré dans le jeu que pour le rendre plus « vendeur »[1].
  • La détection de collision dans le jeu est particulièrement notoire pour être très frustrante pour le joueur. Seuls les coups portant directement au centre de chaque personnage sont comptés.
  • Aux États-Unis, la version Genesis (Mega Drive) du jeu était empaquetée avec un CD du single Stand and Deliver qui était une piste bonus de l'album Shaq-Fu: Da Return de O'Neal's qui était aussi sorti dans cette période.
  • Dans le numéro de juin 2007 de Game Informer, Shaq Fu fut classé dixième parmi les « 10 pires idées de jeux à licence (de tous les temps) ». Le même mois, la série « Top 10 » de ScrewAttack le plaça premier parmi les 10 pires jeux de combat jamais sortis[2].
  • Il fut classé quatrième dans le « Top 10 des meilleurs et pires jeux vidéo » sur Gametrailers.com.
  • Shaqfu.com est un site qui s'est dévoué à détruire toute copie de Shaq Fu, en achetant le jeu à quiconque le possède.
  • La version Amiga possède une mention Licensed by Sega Entreprises témoignant de son portage rapide de la version Mega Drive. La version pour Amiga AGA ne semble disposer d'aucune amélioration graphique notable comparativement à la version pour Amiga 500. Seule l'usage de la mémoire vive étendu des Amiga 1200 semble être mise à profit.

SHAQ FU 2[modifier | modifier le code]

Une suite sortira en 2015, produite par Big Deez Productions. Ce sera un des premiers jeux sur console à une utiliser une monnaie électronique alternative, le Quark.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]