Ruy López

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir López.

Ruy López de Segura (1530 à Zafra près de Badajoz, Espagne - 1580, Espagne) était un des premiers grands joueurs d'échecs et un prêtre espagnol du XVIe siècle, confesseur du roi Philippe II d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a écrit le Libro de la Invencion del Arte Liberal del Axedrez (Livre de l'invention de l'art libéral des échecs) qui compte parmi les premiers manuels ayant fondé la théorie des échecs en Europe, et une ouverture porte son nom (la partie espagnole).

L'idée d'écrire cet ouvrage lui est venue à l'occasion d'une visite à Rome où il disputa en 1560 contre le maître italien Leonardo da Cutri un tournoi qu'il gagna nettement. Il tomba alors sur un livre d'échecs datant de 1512 dû au Portugais Damiano ; comme l'ouvrage ne lui plaisait pas du tout, il décida d'en écrire un lui-même, et le livre parut en 1561 à Alcalá de Henares. López racontait l'origine des échecs, indiquait les règles de jeu qui correspondaient déjà à celles que nous connaissons, et donnait pour la première fois une analyse exacte des ouvertures que l'on connaissait alors. C'est pour cette raison qu'on appelle aussi López « le père de la théorie des échecs ».

Avant tout, il examina l'ouverture que l'on nomma à cause de lui « espagnole » ou Ruy López. Il étudia également de façon très détaillée le gambit du roi.

Mais López ne disposait pas seulement d'une excellente connaissance théorique, dans la pratique sa force de jeu était énorme. Gagnant du premier tournoi d'échecs à Madrid, il est en quelque sorte le premier champion du monde de ce jeu. Cela ne l'empêcha pas, en 1575, de perdre à Madrid, à la cour du roi Philippe II, le match de revanche contre Leonardo da Cutri par 2 : 3 après avoir gagné les deux premières parties. López perdit aussi contre l'autre maître italien Paolo Boi, si bien que le triomphe italien fut complet dans ce premier tournoi international de l'histoire des échecs. À partir de ce moment, la prédominance aux échecs passa de l'Espagne à l'Italie.