Rudolf Augstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudolf Augstein.

Rudolf Karl Augstein (né le - mort le ) fut un des journalistes allemands les plus influents, fondateur et copropriétaire du magazine Der Spiegel.

Né à Hanovre, en Allemagne, il était opérateur de radio et observateur d'artillerie dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a fondé Der Spiegel en 1946/1947, qui est devenu (et demeure) le magazine le plus important hebdomadaire d'investigation de ce pays. Pendant l’affaire dite du Spiegel en 1962, il a été arrêté et emprisonné pendant plus de trois mois, avant que Franz Josef Strauß ne soit forcé de démissionner de son poste de ministre fédéral de la Défense sous la pression publique.

Au milieu des années 1960, il a puissamment relayé la thèse de Fritz Fischer sur les responsabilités de l'impérialisme allemand dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Augstein est devenu un membre du Bundestag en 1972, mais a démissionné en 1973 pour se concentrer sur son métier de journaliste, estimant avoir plus d'influence à l'extérieur, grâce à son magazine. En décembre 1981, il appuie le président Helmut Schmidt qui soutient la proclamation de l'état d'urgence par le général Jaruzelski en Pologne, affirmant que c'est le seul moyen d'éviter l'intervention militaire soviétique[1].

Historien amateur, Augstein a publié plusieurs livres couronnés de succès, parmi lesquels Preußens Friedrich und die Deutschen (1981), Otto von Bismarck (1990) et, sur son adversaire de toujours, Überlebensgroß Herr Strauß, Ein Spiegelbild (1980).

Après que Stefan Aust fut devenu rédacteur en chef du Spiegel, en 1994, Augstein se retira de la vie publique, bien qu'il ait continué à publier des commentaires régulièrement dans le magazine presque jusqu'à sa mort. Pour son action en faveur de la paix, les libertés civiques et la liberté de la presse il a été honoré du titre de « Journaliste du siècle » en 2000 par 101 journalistes allemands.

Augstein s'est marié cinq fois, la dernière fois en 2000. Il est mort le 7 novembre 2002 d'une pneumonie et a été enterré dans l'île de Sylt.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Otto Köhler, Monika Köhler, Rudolf Augstein, ein Leben für Deutschland, Drömer, 2002.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rudolf Augstein, "Die Polnische Tragödie", Der Spiegel, Vol. 35, No. 52, 21 décembre 1981, 88