Robert Coover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert Coover

Robert Lowell Coover, né le , est un écrivain américain, professeur de littérature à l'Université Brown. Il est généralement considéré comme un écrivain de fabulation et de métafiction.

Biographie[modifier | modifier le code]

Robert Coover est né à Charles City, Iowa. Il suit des cours à la "Southern Illinois University Carbondale" , et obtient en 1955 un baccalauréat en arts en études slaves de l'Université d'Indiana, puis sert dans la Marine des États-Unis. Ensuite, il obtient en 1965 une maîtrise d'études générales en sciences humaines de l'Université de Chicago. Il travaille alors comme enseignant ou écrivain en résidence dans plusieurs universités.

Il commence par écrire des nouvelles, qui ne seront publiées qu'en 1969 (Pricksongs & Descants). Coover s'y attache à déconstruire les stéréotypes des récits connus comme les contes de fées ou les extraits de la Bible. Cette volonté de renouveler les formes classiques se retrouvent dans les romans tardifs, comme Briar Rose, réécriture de la Belle au bois dormant.

Dans son premier roman, The Origin of the Brunists, le seul survivant d'une catastrophe minière lance un culte religieux. Ce roman est une critique des mouvements millénaristes mais surtout montre le besoin qu'a l'homme de construire des systèmes fictifs d'interprétation du hasard en les faisant passer pour la réalité.

Son deuxième livre, The Universal Baseball Association, Inc, J. Henry Waugh, Prop, traite du rôle du créateur. Waugh, un comptable timide, solitaire, y crée un jeu de baseball où chaque jeu est déterminé par un lancer de dés, et imagine des joueurs pour les lier aux résultats. À la fin du roman, le hasard des dés a disparu et le monde inventé est devenu réel.

Son œuvre la plus connue, The Public Burning (Le bûcher de Times Square), traite du cas de Julius et Ethel Rosenberg à la manière du réalisme magique. La moitié du livre est consacrée au personnage mythique Oncle Sam qui raconte des histoires, et qui lutte contre un imaginaire Spectre, allégorie du communisme international. Les autres chapitres dépeignent les efforts de Richard Nixon à trouver ce qui est réel au milieu de cette profusion de récits.

Un roman ultérieur, Whatever Happened to Gloomy Gus of the Chicago Bears montre un autre Nixon, un amateur de football et de sexe, qui y fait preuve du même acharnement que dans la réalité pour asseoir son succès politique.

Le recueil A Night at the Movies (Demandez le programme) contient la nouvelle "You Must Remember This», à propos de Casablanca et qui décrit de manière explicite ce que Rick et Ilsa font quand la caméra n'est pas sur eux.

Il est l'un des fondateurs de l'Electronic Literature Organization, une association dont le but est promouvoir et de faciliter l'écriture, l'édition et la lecture de littérature électronique.

En 1987, il obtient le Prix Rea de la nouvelle[1]. Il est en effet l'un des principaux nouvellistes de la période post-moderne, comme en témoignent les "Seven Exemplary Fictions" contenues dans son livre Pricksongs and Descants de 1969.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noir (2010)
  • A Child Again (2005)
  • Stepmother (2004)
  • The Adventures of Lucky Pierre (Director's Cut) (2002)
  • The Grand Hotels (of Joseph Cornell) (2002)
  • Ghost Town (1998)
  • John's Wife (1996)
  • Briar Rose (1996)
  • The End of Books (1992) (essai)
  • Dr. Chen's Amazing Adventure (1991)
  • Pinocchio in Venice (1991)
  • Whatever Happened to Gloomy Gus of the Chicago Bears (1987)
  • A Night at the Movies or, You Must Remember This (1987)
  • en:Gerald's Party (1986)
  • In Bed One Night & Other Brief Encounters (1983) (nouvelles)
  • Spanking the Maid (1982)
  • A Political Fable (1980)
  • en:The Public Burning (1977)
  • A Theological Position (1972) (Pièces)
  • en:The Babysitter (1969) (nouvelles)
  • Pricksongs & Descants (1969) (nouvelles)
  • en:The Universal Baseball Association, Inc., J. Henry Waugh, Prop. (1968)
  • The Origin of the Brunists (1966) - William Faulkner Award, 1966

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Ville fantôme [« Ghost Town »], Paris, trad. de Bernard Hoepffner, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 2010 (ISBN 978-2020368698)
  • Noir, Paris, trad. de Bernard Hoepffner, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 2008, 203 p. (ISBN 978-2020966535)
  • Les aventures de Lucky Pierre [« The Adventures of Lucky Pierre »], Paris, trad. de Bernard Hoepffner, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 2005, 508 p. (ISBN 978-2020590105)
  • La Femme de John [« John's Wife »], Paris, trad. de Bernard Hoepffner, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 2001, 542 p. (ISBN 978-2020295055)
  • Pinocchio à Venise [« Pinocchio in Venice »], Paris, trad. de Bernard Hoepffner, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1998, 391 p. (ISBN 978-2020134149)
  • Demandez le programme [« A Night at the Movies »], Paris, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1991, 269 p. (ISBN 978-2020127165)
  • Au lit un soir & autres brèves rencontres [« In Bed One Night & Other Brief Encounters »], Bordeaux/ Paris, France, trad. de Claude Bensimon, Éditions Le Castor Astral,‎ 1992, 84 p. (ISBN 978-2859201241)
  • Gerald reçoit [« Gerald's Party »], Paris, trad. de Brice Matthieussent, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1988, 357 p. (ISBN 978-2020103602)
  • Une éducation en Illinois [« Whatever Happened to Gloomy Gus of the Chicago Bears »], Paris, trad. de Robert Pépin, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1986, 182 p. (ISBN 978-2020092227)
  • La Bonne et son maître [« Spanking the Maid »], Paris, trad. de Denis Roche, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1984, 87 p.
  • Le Bûcher de Times Square [« The Public Burning »], Paris, trad. de Daniel Mauroc, Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie »,‎ 1980, 595 p. (ISBN 978-2020055376)
En collaboration

Sur l'auteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Rea Award for the Short Story - Winners », sur http://www.reaaward.org (consulté en 22/04/2010)