Métafiction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec métatextualité.

En littérature, la métafiction est une forme d'écriture autoréférentielle qui dévoile ses propres mécanismes par des références explicites.

Il ne faut pas confondre la métafiction avec la métatextualité, le métatexte n'étant pas fictionnel par définition[1].

C'est le terme littéraire décrivant la littérature de fiction qui, de manière consciente et systématique, s’interroge sur son statut en tant qu'objet, en soulevant des questions sur la relation entre fiction et réalité, et souvent ironie et introspection. Elle peut être comparée à la représentation théâtrale, qui ne fait pas oublier au public qu’il regarde une pièce; la métafiction ne permet pas au lecteur d’oublier qu'il est en train de lire une œuvre de fiction.

La Métafiction est principalement associée à la littérature moderne et postmoderne, mais on la trouve dès le IXe siècle, Les Mille et Une Nuits et au XIVe siècle, dans les Contes de Canterbury de Chaucer[2]. Le Don Quichotte de Cervantès[3] est un roman métafictionnel. Dans les années 1950, plusieurs romanciers français ont publié des ouvrages qui ont été regroupés dans le mouvement littéraire baptisé "Nouveau roman". Ces romans "nouveaux" étaient caractérisés par leur détournement des genres et styles, et comportaient souvent des éléments de métafiction.

La métafiction a pris de l'ampleur dans les années 1960, avec des œuvres et auteurs tels que Lost in the Funhouse de John Barth[4] , The Babysitter et The Magic Poker de Robert Coover[5], Abattoir 5 ou la Croisade des enfants de Kurt Vonnegut[6], et Willie Master's Lonesome Wife de William H. Gass[7]. Celui-ci a inventé le terme «métafiction» en 1970 dans un essai intitulé La philosophie et la forme de fiction[8].

Contrairement à l’antiroman [9], ou anti-fiction, la métafiction est spécifiquement la fiction sur la fiction, c'est-à-dire la fiction qui se reflète consciemment sur elle-même.

Différentes formes de métafiction[modifier | modifier le code]

Parmi les formes habituelles de la métafiction, on trouve:

  • Le roman sur un écrivain concevant une histoire, c'est le procédé de Mise en abyme (par exemple, Misery[10], Secret Window, Secret Garden[11], At Swim-Two-Birds[12], Expiation[13], Les faux monnayeurs[14], Le monde selon Garp [15], Portrait de l'artiste en jeune homme[16] et au cinéma Barton Fink (Les Frères Coen, 1991) ou Adaptation (Spike Jonze et Charlie Kaufman, 2002)).
  • Le roman sur un lecteur lisant un roman (par exemple, L'Histoire sans fin[17], Si par une nuit d'hiver un voyageur[18], L'historienne et Drakula[19])
  • Un roman ou un autre œuvre de fiction au sein du roman (par exemple L'Homme hilare[20], Vente à la criée du lot 49[21], Le monde de Sophie[22], The Princess Bride[23], L'Île du jour d'avant[24]).
  • Une histoire qui sape les conventions spécifiques de l'histoire, comme le titre, les conventions sur les personnages, la structure du texte ou de l'intrigue. (par exemple Lost in the Funhouse et On With the Story de John Barth[4],[25], Drawers & Booths par Ara 13[26], La Dernière Licorne de Peter S. Beagle[27].
  • Un roman où le narrateur s’expose délibérément comme l'auteur de l'histoire et devient un personnage homodiégétique (par exemple, La brève et merveilleuse vie d'Oscar Wao[28], Mister B. Gone[29], L'Insoutenable légèreté de l'être[30], Le Bon Gros Géant)[31].
  • Un roman dans lequel le livre lui-même cherche l'interaction avec le lecteur (par exemple, Willie Master's Lonesome Wife de William H. Gass[7] ou La Maison des feuilles[32] de Mark Z. Danielewski ou Reflections in a Prism par David Lempert[33]).
  • Le roman non-linéaire, qui peut être lu autrement que du début à la fin (par exemple, The Unfortunates de BS Johnson[34], Marelle de Julio Cortázar[35], La voix du feu par Alan Moore[36], Finnegans Wake de James Joyce[37]).
  • Des notes de bas de page, qui continuent l'histoire en apportant des commentaires sur tout (par exemple, Pale Fire de Nabokov[38], La Maison des feuilles[32], Infinite Jest par David Foster Wallace[39], Jonathan Strange & Mr Norrell par Susanna Clarke[40], From Hell de Alan Moore[41], Cable & Deadpool de Fabian Nicieza[42], An Abundance of Katherines par John Green[43] et les romans de la série Les Annales du Disque-monde de Terry Pratchett).

L'existence de la pièce Le Roi en Jaune, comme œuvre de fiction ne vaut que sa référence dans le recueil de nouvelles Le Roi en Jaune[68].

On retrouve des méthodes métafictives dans d'autres médias notamment comm Al Capp's Fearless Fosdick dans Li'l Abner, Tales of the Black Freighter dans Watchmen, ou la Itchy et Grattemoa Show dans Les Simpson, ainsi que dans le jeu Myst dans lequel le joueur représente une personne qui a trouvé un livre nommé Myst et qui a été transporté dans celui-ci.

Le thème de la métafiction peut être le point central de l'œuvre, comme dans La Vie et Opinions de Tristram Shandy, Gentleman (1759)[69] ou dans le chapitre 14 du Grand escroc[70] d'Herman Melville où le narrateur parle des techniques littéraires utilisées dans les autres chapitres. Mais en tant que technique littéraire, la métafiction est devenue fréquente dans la littérature postmoderne. Si par une nuit d'hiver un voyageur[18] d'Italo Calvino, « un roman sur une personne qui lit un roman » est un exercice de métafiction. L’auteur contemporain Paul Auster a fait de la métafiction le thème central de son écriture. Il est probablement le romancier actif le plus célèbre qui est spécialisé dans ce genre. Souvent la métafiction n’apparaît qu’un instant dans une histoire, comme quand "Roger" fait une brève apparition dans le Cycle des Princes d'Ambre de Roger Zelazny[71].

La métafiction peut être utilisée de multiples façons dans une même œuvre. Par exemple, le romancier Tim O'Brien, un vétéran de la guerre du Vietnam, écrit dans son recueil de nouvelles À propos de courage[72] sur le personnage de "Tim O'Brien" et son expérience de la guerre au Vietnam. Tim O'Brien, comme le narrateur, fait des commentaires sur la véracité de quelques récits de guerre, en glosant sur la "vérité" derrière le récit, même si le tout doit être considéré comme une fiction. Dans le récit du chapitre How to Tell a True War Story, O'Brien fait des commentaires sur la difficulté de saisir la vérité lorsque l'on raconte un récit de guerre.

Un des traitements les plus sophistiqués du concept de "roman à l'intérieur d'un roman" se retrouve dans le premier roman de Muriel Spark Les Consolateurs[73]. Spark fait entendre à Caroline, son personnage central, des voix, ce qui constitue la narration de ce que Spark vient d’écrire sur la page. Dans l'histoire, Caroline rédige un travail critique sur la forme du roman, quand elle commence à entendre une machine à écrire (accompagnée par des voix) à travers le mur de sa maison. Les voix lui dictent un roman, contenant des événements de sa propre vie, ses pensées et dans lequel elle croit être un personnage. Le lecteur est ainsi constamment focalisé sur la structure narrative, qui est à son tour l'histoire, c'est-à-dire une histoire sur la narration qui elle-même bouleverse les conventions de la narration. Cependant, à aucun moment, Spark, en tant qu’auteure n’entre dans le récit, restant omnisciente tout au long et se conformant aux conventions de la narration à la troisième personne.

Selon Paul de Man[33], toute fiction est métafictionnelle, puisque toutes les œuvres de la littérature sont concernées par la langue et la littérature elle-même. Certains éléments de métafiction sont similaires aux techniques utilisés dans les techniques du métafilm.

Film et Télévision[modifier | modifier le code]

  • Charlie Kaufman est un scénariste qui utilise souvent cette technique narrative. Dans le film Adaptation, son personnage de Charlie Kaufman (Nicolas Cage) tente de manière alambiquée d'écrire un scénario adapté du livre de non-fiction Le Voleur d'orchidées[74], uniquement pour comprendre finalement que cette adaptation est impossible. Beaucoup de techniques d’intrigue utilisées dans le film sont exprimées par Kaufman quand il développe un scénario, et le scénario, ce qui finalement aboutit à Adaptation lui-même.
  • Tristram Shandy: A Cock et Bull Story (2006) est une comédie britannique réalisé par Michael Winterbottom. C'est un film-dans-un-film basé sur un livre-dans-un-livre, La Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme[69]. Ses acteurs Steve Coogan et Rob Brydon jouent leur propre rôle d’acteurs égoïstes au cours de la prise de vue d’une adaptation à l'écran du roman de Laurence Sterne, Tristram Shandy (XVIIIe siècle), qui est le compte rendu fictif de la tentative d'écriture d'une autobiographie par le narrateur. Gillian Anderson et Keeley Hawes jouent également leur propre rôle, en plus de leur rôles dans Tristram Shandy.
  • Un film dans lequel un personnage lit une histoire fictive (par exemple, The Princess Bride, Life is Ruff, Bedtime Stories du Disney Channel).
  • Un film ou une émission télévisée dans laquelle un personnage commence à fredonner, siffloter, ou écouter (sur une radio, etc) la chanson-thème de l'émission ou du film (par exemple, la scène finale de Homer's Triple Bypass, des Simpson, ou lorsque Samantha Carter fredonne le thème de Stargate SG-1 au cours de l'épisode "Chimera", ou le deuxième Collector (démon) de Demon Knight ou lorsque M. Incredible sifflote le thème musical de The Incredibles, ou lorsque tous les personnages du film Magnolia commencent à chanter la musique de fond "Wise Up" de Aimee Mann, Sam Lowry dans Brazil à l'écoute de la chanson-thème du film du même nom).
  • Allusion directe à une autre œuvre à l'intérieur de laquelle on fait allusion à la première. (par exemple, "Weird Al" Yankovic apparaissant dans Les Simpson, alors qu'il chante lui-même des chansons faisant allusion aux Simpson)
  • Les personnages qui font des choses parce que ces actions sont ce que l’on attend de tels personnages dans l’histoire (par exemple, Scream, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, The Last Unicorn, The Long Goodbye).
  • Les personnages qui montrent délibérément qu'ils sont conscients de jouer dans une œuvre de fiction (par exemple, L'Incroyable Destin de Harold Crick, The Great Good Thing, Puckoon, La Folle Histoire de l'espace, le personnage de Marvel Comics Deadpool, Illuminatus!, Uso Justo, 1 / 0, Bob et George).
  • Les personnages d'un film ou d’une série télévisée qui parlent et/ou font allusion aux acteurs ou actrices qui jouent leur rôle (par exemple, Beatrice "Betty" Pengson dans I Love Betty La Fea ; Bea Alonzo, qui a joué le rôle de la protagoniste, a également joué la modèle Ecomoda, elle-même "par hasard" dans le spectacle, Betty veut rencontrer Bea Alonzo en personne, un acte autoréférentiel.)
  • Une véritable pièce préexistante de fiction X, utilisée dans une nouvelle pièce de fiction Y, pour donner un air d'authenticité à la fiction Y, par exemple, on débat énormément de A Nightmare on Elm Street dans Wes Craven's New Nightmare, alors que les acteurs de la première pièce y jouent leur propre rôle, tout comme Les 1001 Nuits sont utilisés dans Si par une nuit d'hiver un voyageur
  • Une histoire où l'auteur n'est pas un personnage, mais interagit avec les personnages. (par exemple, She-Hulk, Animal Man, Betty Boop, Daffy Duck dans Duck Amuck, Breakfast of Champions, les émissions de télévision Excel Saga).
  • Une histoire dans laquelle tout le récit lui-même (ou une histoire basée sur celle-ci) est une œuvre de fiction (par exemple, "Wormhole X-Treme!" de Stargate SG-1ou les romans Supernatural de Supernatural.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Lepaludier, Métatextualité et métafiction, Centre de recherches inter-langues d'Angers,‎ 2002, 211 p., p. 10
  2. Geoffrey Chaucer, Les Contes de Canterbury, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio »,‎ 2000, 819 p. (ISBN 978-2070406340)
  3. Miguel de Cervantes Saavedra, Don Quichotte ; Nouvelles exemplaires [« El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha »], Paris, LGF/Livre de Poche, coll. « La Pochothèque »,‎ 2009, 1250 p. (ISBN 9782253131342)
  4. a et b John Barth, Lost in the Funhouse, Bantam Books,‎ 1979 (ISBN 978-0553208528)
  5. Nouvelles du recueil de Robert Coover, Pricksongs & Descants: Fictions, New York, Grove Press,‎ 1969, 256 p. (ISBN 978-0802136671)
  6. a et b Kurt Vonnegut, Abattoir 5 [« Slaughterhouse-Five or The Children's Crusade »], Paris, Le Seuil, coll. « Points »,‎ 2004, 192 p. (ISBN 978-2020408103)
  7. a et b William H. Gass, Willie Master's Lonesome Wife, Champaign, IL,USA, Dalkey Archive Press,U.S.,‎ 1968 (réimpr. 1999), 64 p. (ISBN 9781564782120)
  8. William H. Gass, Fiction and the Figures of Life, Boston, MA, USA, David R. Godine,‎ 1970 (réimpr. 1978), 304 p. (ISBN 978-0879232542), Philosophy and the Form of Fiction
  9. Les antiromans conservent l'apparence et les contours du roman; ce sont des ouvrages d'imagination qui nous présentent des personnages fictifs et nous racontent leur histoire. Mais c'est pour mieux décevoir : il s'agit de contester le roman par lui-même, de le détruire sous nos yeux dans le temps qu'on semble l'édifier, d'écrire le roman d'un roman qui ne se fait pas, qui ne peut pas se faire (SARTRE, in N. SARRAUTE, Portrait d'un inconnu, préf., ds ROB. Suppl. 1970)
  10. Stephen King, Misery, Paris, Albin Michel,‎ 1989, 391 p. (ISBN 978-2226036735)
  11. Stephen King, Minuit 4 [« Four Past Midnight, 1990 »], Paris, Albin Michel,‎ 1992, 442 p. (ISBN 978-2226056467)
  12. Flann O'Brien (trad. Patrick Hersant), Swim-Two-Birds [« At Swim-Two-Birds, 1939 »], Paris, Les Belles Lettres,‎ 2002, 300 p. (ISBN 978-2251442198)
  13. Expiation [« Atonement, 2001 »] (trad. Guillemette Belleste), Paris, Éditions Gallimard, coll. « Du monde entier »,‎ 2003, 487 p. (ISBN 978-2070764778)
  14. André Gide, Les Faux-Monnayeurs, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folioplus classiques »,‎ 1925 (réimpr. 2008), 503 p. (ISBN 978-2070349609)
  15. John Irving, Le monde selon Garp [« The World According to Garp, 1978 »], Paris, Le Seuil, coll. « Cadre vert »,‎ 1980, 582 p. (ISBN 978-2020054607)
  16. James Joyce, Portrait de l'artiste en jeune homme [« A Portrait of the Artist as a Young Man, 1916 »], Paris, Gallimard, coll. « Folio »,‎ 1992, 473 p. (ISBN 978-2070385690)
  17. Michael Ende, L'Histoire sans fin [« Die unendliche Geschichte, 1979 »], Paris, LGF/Livre de Poche,‎ 2008, 497 p. (ISBN 978-2253035985)
  18. a et b Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur [« Se una notte d'inverno un viaggiatore, 1979 »], Paris, Le Seuil, coll. « Points »,‎ 1985, 286 p. (ISBN 978-2020251570)
  19. Elizabeth Kostova. (trad. Evelyne Jouve), L'historienne et Drakula [« The Historian, 2005 »], vol. 1 & 2, Paris, XO Editions,‎ 2006, 482+510 p. (ISBN 978-2845632288) & (ISBN 978-2845632837)
  20. J. D. Salinger (trad. Jean-Baptiste Rossi), Nouvelles [« The Laughing Man, 1949 »], Paris, Pocket,‎ 2002, 281 p. (ISBN 978-2266126335), p. L'homme hilare
  21. Thomas Pynchon, Vente à la criée du lot 49 [« The Crying of Lot 49, 1966 »], Paris, Le Seuil,‎ 1987, 212 p. (ISBN 978-2020094368)
  22. Jostein Gaarder (trad. Hélène Hervieu et Martine Laffon), Le monde de Sophie [« Sofies verden, 1991 »], Paris, Éditions du Seuil,‎ 1995, 557 p. (ISBN 978-2020219495)
  23. William Goldman (trad. Ange), Princess Bride [« The Princess Bride, 1973 »], Paris, Éditions Bragelonne,‎ 2007, 328 p. (ISBN 978-2020219495)
  24. Umberto Eco (trad. Jean-Noël Schifano), L'Île du jour d'avant [« L'isola del giorno prima, 1994 »], Paris, Éditions Grasset et Fasquelle,‎ 1996, 461 p. (ISBN 978-2246499015)
  25. John Barth, On With the Story: Stories, Londres, Little Brown & Co,‎ 1996, 257 p. (ISBN 978-0316082631)
  26. Ara 13, Drawers & Booths, Covingtonmoore,‎ 2007, 228 p. (ISBN 978-0979863608)
  27. Peter S. Beagle (trad. Brigitte Mariot), La dernière licorne [« The Last Unicorn, 1968 »], Denoël, coll. « Lunes d'encre »,‎ 1999, 316 p. (ISBN 978-2207249598)
  28. Junot Diaz (trad. Laurence Viallet), La brève et merveilleuse vie d'Oscar Wao [« The Brief Wondrous Life of Oscar Wao, 2007 »], Paris, Plon, coll. « Feux croisés »,‎ 2009, 193 p. (ISBN 978-2259185554)
  29. Mister B. Gone, New York, HarperCollins Publishers,‎ 2007, 256 p. (ISBN 978-0060182984)
  30. Milan Kundera (trad. François Kérel), L'insoutenable légèreté de l'être [« Nesnesitelná lehkost bytí »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche »,‎ 1984 (réimpr. 1987,2007), 393 p. (ISBN 978-2070784370)
  31. Roald Dahl, ill. Quentin Blake (trad. Camille Fabien), Le Bon Gros Géant - Le BGG [« The BFG, 1982 »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio Junior »,‎ 2007, 254 p. (ISBN 978-2070612642)
  32. a et b Mark Z. Danielewski (trad. Claro), La Maison des feuilles [« House of Leaves, 2000 »], Paris, Éditions Denoël, coll. « Denoël & d'ailleurs »,‎ 2002, 709 p. (ISBN 978-2207252000)
  33. a et b Référence non trouvée
  34. Bryan Stanley Johnson, The Unfortunates, New York City, Picador,‎ 1969 (réimpr. 1999, 2007), 288 p. (ISBN 978-0330353298)
  35. Julio Cortázar (trad. Laure Guille et Françoise Rosset), Marelle [« Rayuela, 1963 »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « L'Imaginaire »,‎ 1966 (réimpr. 1979), 602 p. (ISBN 978-2070291342)
  36. Alan Moore (trad. Patrick Marcel), La voix du feu [« Voice of the Fire, 1996 »], Paris, Éditions Calmann-Lévy, coll. « Interstices »,‎ 2008, 329 p. (ISBN 978-2702137536)
  37. James Joyce (trad. Philippe Lavergne), Finnegans Wake [« Finnegans Wake, 1939 »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « Du monde entier »,‎ 1982, 649 p. (ISBN 978-2070209101)
  38. Vladimir Nabokov (trad. Maurice Edgar Coindreau et Raymond Girard), Feu pâle [« Pale Fire, 1962 »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « Beaux Papiers »,‎ 1965, 277 p. (ISBN 978-2070171729)
  39. David Foster Wallace, Infinite Jest, Londres, Little Brown & Co,‎ 1996 (réimpr. 1997,2006), 1079 p. (ISBN 978-0316920049)
  40. Susanna Clarke (trad. Isabelle D. Philippe), Jonathan Strange et Mr Norrell [« Jonathan Strange & Mr Norrell, 2004 »], Londres, Robert Laffont,‎ 2005, 848 p. (ISBN 978-2221108871)
  41. Alan Moore, From Hell [« From Hell, 1991-1996 »], Paris, Éditions Delcourt,‎ 2000, 576 p. (ISBN 978-2840555148)
  42. Fabian Nicieza, ill. Joe Madureira, Cable & Deadpool, Marvel Enterprises,‎ 2004-2008
  43. John green, An Abundance of Katherines, Dutton Books,‎ 2006, 272 p. (ISBN 978-0525476887)
  44. Philip K. Dick, La trilogie divine [« Valis, 1981 »], t. 1 : Siva, Éditions Gallimard, coll. « Folio Science-fiction »,‎ 2006, 353 p. (ISBN 978-2070309528)
  45. Philip K. Dick (trad. Emmanuel Jouanne), Radio libre Albemuth, Prélude à La Trilogie divine [« Radio Free Albemuth, 1985 »], Éditions Denoël, coll. « Présence du Futur »,‎ 1987, 250 p. (ISBN 978-2207304440)
  46. Stephen King, ill. de Michael Whelan et Colin Furth (trad. Marie de Prémonville), La tour sombre [« The Dark Tower VII: The Dark Tower, 2004 »], t. 7 : La tour sombre, Éditions J'ai lu,‎ 2007, 952 p. (ISBN 978-2290332504)
  47. Yann Martel (trad. Nicole et Emile Martel), L'Histoire de Pi [« Life of Pi, 2001 »], Paris, Editions Denoël, coll. « Denoël et d'ailleurs »,‎ 2004, 333 p. (ISBN 978-2207255315)
  48. Jonathan Safran Foer (trad. Jean-Pierre Carasso et Jacqueline Huet), Tout est illuminé [« Everything Is Illuminated, 2002 »], Paris, Editions de l'Olivier,‎ 2003, 352 p. (ISBN 978-2879293110)
  49. Salvador Plascencia, Le Peuple De Papier [« The People of Paper, 2005 »], Paris, Wal Sarl Mic Mac, coll. « Prétexte »,‎ 2009, 256 p. (ISBN 978-2917460092)
  50. Kurt Vonnegut (trad. Guy Durand), Le Breakfast du Champion [« Breakfast of Champions, or Goodbye Blue Monday, 1973 »], Paris, Éditions J'ai lu,‎ 1976 (réimpr. 1999), 344 p. (ISBN 978-2290006603)
  51. Martin Amis (trad. Simone Hilling), Money, money [« Money: A Suicide Note, 1984 »], Paris, Éditions Mazarine,‎ 1987, 420 p. (ISBN 978-2863742631)
  52. Clifford D(onald) Simak, De temps à autres (Dans le torrent des siècles) [« Time and again, 1951 »], Paris, Éditions J'ai lu,‎ 2000 (ISBN 978-2290309629)
  53. Stephen King, ill. de Darrel Anderson (trad. Marie de Prémonville), La tour sombre [« The Dark Tower VI: Song of Susannah, 2004 »], t. 6 : Le chant de Susannah, Éditions J'ai lu,‎ 2007, 524 p. (ISBN 978-2290332474)
  54. Alasdair Gray, Lanark [« Lanark: A Life in Four Books, 1981 »], Paris, Éditions Métailié, coll. « Bibliothèque écossaise »,‎ 2000, 647 p. (ISBN 978-2864243533)
  55. Douglas Coupland, jPod, Toronto, Ontario, Canada, Random House Canada,‎ 2006, 528 p. (ISBN 978-0679314257)
  56. Edward Abbey (trad. Pierre Guillaumin), Le gang de la clef à molette [« Le gang de la clef à molette , 1975 »], Paris, Editions Gallmeister,‎ 2006, 496 p. (ISBN 978-2351780022)
  57. Tom Robbins (trad. Philippe Mikriammos), Même les Cow-Girls ont du vague à l'âme [« Even Cowgirls Get the Blues, 1976 »], Paris, 10X18, coll. « Domaine étranger »,‎ 1980 (réimpr. 2004), 575 p. (ISBN 978-2264039316)
  58. Lawrence Durrell (trad. Roger Giroux), Le Quatuor d'Alexandrie [« The Alexandria Quartet, 1962 »], Paris, LGF - Livre de Poche,‎ 1963 (réimpr. 2003), 1053 p. (ISBN 978-2253132752)
  59. Gregory Maguire, Wicked : The Life and Times of the Wicked Witch of the West, Paris, HarperCollins Publishers,‎ 1995, 448 p. (ISBN 978-0060391447)
  60. Alice Randall, The Wind Done Gone, Paris, Houghton Mifflin Company,‎ 2001, 210 p. (ISBN 978-0618133093)
  61. Jean Rhys (trad. Yvonne Davet), La prisonnière des Sargasses [« Wide Sargasso Sea, 1966 »], Paris, Éditions Gallimard, coll. « L'Imaginaire »,‎ 1971 (réimpr. 2004), 238 p. (ISBN 978-2070770854)
  62. Clive Staples (CS)Lewis, Un visage pour l'eternité : Un mythe réinterprété [« Till We Have Faces: A Myth Retold, 1956 »], Lausanne, Suisse, Éditions L'Age d'Homme, coll. « Au cœur du monde »,‎ 1995, 209 p. (ISBN 978-2825106174)
  63. Tom Stoppard, Rosencrantz and Guildenstern Are Dead, New York City, Grove Press,‎ 1966 (réimpr. 1971), 126 p. (ISBN 978-0394172606)
  64. John Gardner, Grendel [« Grendel, 1971 »], Paris, Éditions Denoël,‎ 1974, 204 p. (ISBN 978-2207220542)
  65. J. M. Coetzee, Foe, Londres, Penguin,‎ 1986, 193 p. (ISBN 978-1555044596)
  66. Orson Scott Card, La Stratégie de l'ombre [« Ender's Shadow, 1999 »], Nantes, France, L'Atalante, coll. « La Dentelle du cygne »,‎ 2001, 478 p. (ISBN 978-2841721856)
  67. Mark Z. Danielewski (trad. Claro), O Révolutions [« Only Revolutions, 2006 »], Nantes, France, Éditions Denoël, coll. « Denoël & d'ailleurs »,‎ 2007, 360 p. (ISBN 978-2207259030)
  68. Robert W. Chambers (trad. Jacques Finné), Le Roi de jaune vêtu [« The King in Yellow, 1895 »], Verviers, Belgique, Éditions Marabout,‎ 1976, 192 p.
  69. a et b Laurence Sterne (trad. Guy Jouvet), La Vie et les opinions de Tristram Shandy, gentilhomme [« The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman »], Auch, France, Tristram Éditions,‎ 2004, 937 p. (ISBN 978-2907681391)
  70. Herman Melville (trad. Henri Thomas), Le Grand Escroc [« The Confidence Man, 1857 »], Paris, Éditions Sillage, coll. « Points »,‎ 1950 (réimpr. 1984, 2006), 416 p. (ISBN 978-2916266121)
  71. Roger Zelazny (trad. Philippe Hupp), Cycle des Princes d'Ambre [« The Hand of Oberon, 1976 »], La Main d'Obéron, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio Science-fiction »,‎ 1979 (réimpr. 2001), 267 p. (ISBN 978-2070417759)
  72. Tim O'Brien (trad. Jean-Yves Prate), À propos de courage [« The things they carried, 1990 »], Paris, Éditions Plon, coll. « Feux croisés »,‎ 1992, 317 p. (ISBN 978-2259022897)
  73. Muriel Spark (trad. Léo Dilé), Les Consolateurs [« The Comforters, 1957 »], Paris, Éditions Fayard,‎ 1991, 279 p. (ISBN 978-2213025322)
  74. Susan Orlean (trad. Sarah Church et Sophie Brunet), Le Voleur d'orchidées [« The Orchid Thief, 1998 »], Paris, Éditions Balland,‎ 2003, 357 p. (ISBN 978-2715814516)