Robert-Joseph Pothier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pothier.

Robert-Joseph Pothier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Gravure représentant Pothier

Naissance 9 janvier 1699
Orléans, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 2 mars 1772 (à 73 ans)
Orléans, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Licence en Droit
Profession
Activité principale
Professeur royal de droit français à Orléans
Autres activités
Conseiller au présidial d'Orléans ; échevin d'Orléans ; écriture

Robert-Joseph Pothier, né le 9 janvier 1699 et mort le 2 mars 1772 à Orléans, est un jurisconsulte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière

Robert-Joseph Pothier est issu d'une famille bourgeoise d'Orléans, dont l'implantation et la renommée remontent au XVe siècle[1] ; dans son ascendance se trouvent beaucoup de magistrats locaux et un maire d'Orléans[1].

Son père meurt àlors qu'il n'a que huit ans. Il est désormais éduqué par son oncle, chanoine de la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans. Élève du collège des jésuites, puis à l'Université d'Orléans, il obtient sa Licence en droit en 1718. Il envisage cependant d'abord d'entrer dans le clergé en tant que chanoine régulier, mais finit par se laisser tenter par la magistrature.

Deux ans plus tard, à l'âge de 21 ans, il est nommé conseiller au présidial d'Orléans, fonction déjà occupée par son père et son grand-père ; il le restera jusqu'à sa mort.

Il est par ailleurs élu échevin d'Orléans de 1747 jusqu'à sa mort.

Vie privée

De mœurs austères, Pothier était réputé pour la sobriété de sa mise, si bien que tout changement et renouvellement d'habit était immédiatement attribué par ses élèves à sa gouvernante, Thérèse Javoi, qui régissait sa maison dans les moindres détails. Il se racontait que Pothier refusa à son notaire, qui lui amenait six ans de loyer d'un de ses biens en espèces fiduciaires, de les encaisser ; il fallut que celui-ci se fâche pour que Pothier accepte d'encaisser son dû... Comparable par la bonté et la simplicité de ses mœurs à Jean de La Fontaine, il n'eut pas la chance de ce dernier de rencontrer une dame de la Sablière ; il resta « vieux garçon » toute sa vie, peut-être à cause d'un physique commun et de mœurs jansénistes qu'on disait austères.

Le juriste[modifier | modifier le code]

Auteur prolifique dès sa jeunesse, il est le premier à aborder tous les sujets du droit, y compris le droit de pays étrangers (allemand, néerlandais, italien). Il mène à bien son ambition qui était de rassembler et de présenter, dans un ordre naturel et méthodique, les maximes et les principes du droit romain, si épars et confus dans les compilations de Justinien publiées jusqu'alors. Encouragé par le chancelier d'Aguesseau avec qui il entretient une intense correspondance, il s'attaqua jeune au dépoussiérage de cet énorme corpus. Les trois volumes de ses Pandectae Justinianeae in novum ordinem digestae paraissent à Paris de 1748 à 1752.

En 1749, après la parution du premier volume, Pothier obtient de Louis XV, grâce à d'Aguesseau, une chaire de professeur royal de droit français à l'université d'Orléans. Il y remplace Prévôt de la Jannès, décédé, dont il reprend l'habitude de convier chez lui ses élèves à des conférences, sorte de travaux dirigés avant l'heure, tout à fait gratuits et avec même la demi-pension offerte à sa table pour tous ses étudiants.

Par la suite, il s'intéresse plus particulièrement au droit français, comparant les droits écrits des pays de langue d'oc aux droits coutumiers des pays de langue d'oil, jetant ainsi les bases d'une législation nationale, dans une volonté d'unification de la coutume française. Ainsi paraissent les deux tomes de son traité consacré à la coutume d'Orléans.

Pothier est très influencé par le jusnaturalisme dans les domaines du droit se rattachant aux biens et aux obligations[2]. Ainsi, dans son Traité des obligations, il développe une théorie du droit civil fondée sur le droit moral. Se basant sur la morale chrétienne, il s'y déclare notamment hostile à la « question », mode d'interrogatoire courant alors, consistant en l'usage de diverses tortures d'intensité graduelle : « La torture interroge et la douleur répond », écrit-il[3].

Représentation de Pothier sur un bas-relief de la « U.S. House of Representatives chamber »

L'éclectisme et le pluralisme des sources de Pothier font de son travail une œuvre majeure. En effet, au delà d'une simple compilation et réorganisation du droit, c'est une véritable réflexion globale sur le droit et les sources du droit français que nous offre Robert-Joseph Pothier.

Son œuvre fondatrice a inspiré notamment les rédacteurs du « Code civil des Français » dit « Code Napoléon », ainsi que les juristes américains du XVIIIe siècle.

Hommages[modifier | modifier le code]

Robert-Joseph Pothier a sa statue au Capitole de Washington.

La ville d'Orléans l'a également honoré d'une statue par Vital-Dubray.

En 1920, le lycée d'Orléans (qui a pris la succession de l'ancien collège des Jésuites) a adopté son nom ; celui-ci a aussi été donné plus récemment au grand amphithéâtre de la faculté de droit de cette ville.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Coutume d'Orléans (Orléans, 1740, puis 1760).
  • Pandectae Justinianeae in novum ordinem digestae (Pandectes de Justinien), Paris, 1748-52, 3 volumes
  • Traité des obligations, Orléans, 1761, puis 1764
  • Traité du contrat de vente, selon les règles tant du for de la conscience que du for extérieur, Paris et Orléans, 1762
  • Traité des Retraits, pour servir d'Appendice au Traité du Contrat de Vente, 1762
  • Traité du contrat de louage et Traité des cheptels selon les règles, tant du for de la conscience que du for extérieur, Paris : Debure l’aîné, 1764, 1766 et 1778, in-12, XVI-488 p. ; Paris : chez les Frères Debure, et Orléans : chez la Ve Rouzeau-Montaut, 1765, in-12, IV-116 p. Texte en ligne, et 1769, 2 vol. in-12, et 1774, in-12, IV-116 p. (pour le seul Traité des Cheptels) ; Paris : Letellier, 1806, in-8°, XVI-427 p. ; édition mise en rapport avec les lois nouvelles et augmentée d’additions tirées du Code civil, Paris : Tardieu-Denesle, 1820, XII-448 p. ; nouvelle éd. en 1845-1848[4]
  • Traité du Contrat de Mariage, Paris : chez de Bure, et Orléans : chez la Veuve Rouzeau-Montaut, 1771
  • Traités sur différentes matières du droit civil, Orléans, 1781


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert-Joseph Pothier (préf. Jean-Louis Halpérin), Traité des obligations, Paris, Dalloz, coll. « Bibliothèque Dalloz »,‎ 2011, 488 p. (ISBN 978-2-247-10894-7, lire en ligne)
  • M. Beugnet, Œuvres de Pothier, Cosse et Marchal, Paris,‎ 1861
  • C. Brainne, J. Debarbouiller et Ch.-F. Lapierre, Les hommes illustres de l'Orléanais, Librairie d'Alphonse Gatineau, Orléans,‎ 1852
  • A.-J. Arnaud, Les origines doctrinales du Code civil français, Paris, LGDJ, 1969
  • J. Monéger (dir.), Robert-Joseph Pothier, d’hier à aujourd’hui, Paris, Economica, 2001.
  • J.-L. Thireau, « Pothier et la doctrine française des XVIe et XVIIe siècles », in J. Monéger (dir.), Robert-Joseph Pothier, d’hier à aujourd’hui, Paris, Economica, 2001, pp. 35-54.
  • J.-L. Sourioux, « Pothier ou le sphinx d’Orléans », dans Droits, n°39, 2004, pp. 69-75.
  • D. Gilles et É. Gojosso, « Sur Pothier et le Code civil », dans O. Vernier (coord.), Étude d’histoire du droit privé en souvenir de Maryse Carlin, Université de Nice Sophia Antipolis, éditions La Mémoire du droit, 2008, pp. 403-417.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire historique des juristes français (XIIe-XXe siècle) (Broché)
  2. Dictionnaire historique des juristes français (XIIe-XXe siècle) (Broché)
  3. Traité des obligations
  4. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (18.2. 1764)