Rita Jolivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rita Jolivet, 1918

Rita Jolivet (née Marguerite Lucile Jolivet en 1890 à Paris, décédée le 2 mars 1971 à Nice) était une actrice anglaise d'origine française, active au théâtre et au cinéma au début du XXe siècle. Elle était connue en privé en tant que comtesse Marguerite de Cippico.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Elle était l'une des trois enfants de Charles Eugène Jolivet (1840-1920) de Carmansville, dans l'État de New York, propriétaire de vastes vignobles en France et de son épouse française, Pauline Hélène Vaillant (1857-1957), musicienne. Après son mariage en 1879, Pauline ne reparut plus sur les scène de concert. Jolivet avait une sœur, Henriette Inez, et un frère, Alfred Eugène. L'arrière-grand-mère de Jolivet fut le seul membre de sa famille à échapper à la guillotine pendant la Révolution française. Sa grand-mère Vaillant qui était aussi chanteuse, faisait partie de la cour de Napoléon III.

Position sociale[modifier | modifier le code]

Jolivet était une habituée de la bonne société de Londres. Elle était proche amie de la famille de lord Lowther, l'ambassadeur britannique en Turquie. Sa sœur, Leigh, était une violoniste réputée qui jouait sous le nom de Inès Jolivet. Elle reçut des décorations du roi Édouard VII et du tsar Nicolas II.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Elle a commencé sa carrière au théâtre en tant que page et fit ses débuts à Londres dans Beaucoup de bruit pour rien. Jolivet a tenu le rôle de Juliette pour William Poel (en) de Londres, qui avait produit Roméo et Juliette. Poel dirigeait une compagnie d'acteurs qui jouaient dans les villes universités d'Angleterre en donnant des représentations de Shakespeare. Jolivet fut une élève de mademoiselle Thénaud, ancienne actrice de premier plan de la Comédie-Française et chiromancienne personnelle de la reine Victoria. En 1910, Jolivet fut l'actrice principale de George Alexander dans sa pièce « L'excentrique Seigneur Comberdene ».

Rita Jolivet a tenu le rôle de Marsinah dans la première représentation américaine de Kismet en 1911. Produit par Harrison Gris Fiske (en), le rôle principal de Hajj le mendiant était tenu par Otis Skinner.

Elle faisait partie de la distribution de A Thousand Years Ago présenté au théâtre Shubert en Janvier 1914. La pièce avait pour origine le livre des Mille et une Histoires écrit par un moine persan du XIIIe siècle. Jolivet a aussi incarné Turandot, princesse de Chine.

Survivante du RMS Lusitania[modifier | modifier le code]

Elle était passagère sur le Lusitania le 7 mai 1915 quand celui-ci fut torpillé par un U-boat allemand dans l'océan Atlantique. Jolivet fut secourue après être restée avec Charles Frohman sur le pont du navire lorsque le paquebot coulait. Le producteur de théâtre murmura ses derniers mots à Jolivet : « Pourquoi craindre la mort? C'est la plus belle aventure de la vie ».

Jolivet fut sauvée après avoir grimpé sur une chaise et obtenu une bouée de sauvetage qui était dans sa cabine. Elle plongea dans l'océan avant d'être récupérée. Jolivet témoigna en Cour fédérale de district lors d'une audience concernant une requête de la Cunard Line qui possédait le Lusitania. La société cherchait une limitation de responsabilité pour les morts et les dégâts occasionnés par la tragédie.

Charles Frohman était le producteur de Rita Jolivet. Jolivet jouait aussi au cinéma à cette époque mais après la mort de Frohman lors du torpillage du Lusitania sa carrière prit fin. Sa célébrité n'était pas encore été assurée comme cela était le cas pour Ethel Barrymore, Maude Adams ou Elsie Ferguson parmi d'autres, toutes protégées de Frohman.

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Rita Jolivet préférait travailler pour le cinéma (muet) que pour le théâtre car le silence donnait plus de latitude à son expression dramatique.

Sa carrière cinématographique avait commencé en Italie avec la compagnie Ambrosia. Elle a tourné dans Fata Morgana (1914), Zvani (1915), L'onore di Morire (1915), La Mano di Fatma (1915), et Cuore éd Arte (1915). Après la guerre elle revint en Italie pour tourner Teodora (1919). Elle y incarne l'impératrice Théodora dans un roman célèbre du dramaturge Victorien Sardou. Le film dépeint à la fois sa beauté et son charme avec précision. Le film fut projeté dans les cinémas américains en 1922.

En Amérique Jolivet fut engagée par Famous Players-Lasky. Son premier film Hollywoodien est The Unafraid (1914). En 1917, Jolivet et Vincent Serrano tournèrent One law for both. Le drame, réalisé par Ivan Abramson, illustre les méthodes secrètes et l'agitation des révolutionnaires.

Jolivet et son mari firent don du produit de Lest We Forget (1918) à « l'allégement de la souffrance causée par la Première Guerre mondiale ». Elle fut une énergique propagatrice des Liberty Bonds. Il a été rapporté qu'elle en vendit plus à travers les États-Unis que Douglas Fairbanks, Charlie Chaplin et Mary Pickford ensemble. En une seule semaine de mai 1918 Jolivet rassembla plus de 5 000 000 $ en Liberty Bonds à Baltimore, Maryland.

Lest we forget fut projeté à Washington, Jolivet s'adressant au public avant trois de ses projections. Elle parla de son éprouvante expérience personnelle depuis que la guerre avait commencé en août 1914 quand elle était en France. Dans le film, elle joue Rita Heriot, soprano à Paris. Heriot est sauvée du naufrage du Lusitania RMS après avoir honoré un engagement au Metropolitan Theatre de New York.

Jolivet continua à tourner en France et en Italie jusqu'en 1926.

Rita Jolivet est décédée en 1971 à Nice. Elle avait dansé dans la maison d'un ami, était tombée et mourut de ses blessures à l'hôpital. Même sur son lit de mort elle faisait secret de son âge, déclarant avoir 77 quand elle était déjà dans sa 81e année. Selon sa volonté elle ne fut pas enterrée et ses cendres furent dispersées.

Broadway[modifier | modifier le code]

  • Kismet (1911)
  • Where Ignorance Is Bliss (1913)
  • A Thousand Years Ago (1914)
  • What It Means To A Woman (1914)
  • Mrs. Boltay’s Daughters (1915)

Filmographie[modifier | modifier le code]

An International Marriage (1916)
Lest We Forget (1918)
  • Fata Morgana (1914)
  • The Unafraid (autre titre The Unexpected) (1915)
  • Zvani (1915)
  • The Masque Of Life (1915)
  • Monna Vanna (1915)
  • La Mano di Fatma (1915)
  • Cuore ed arte (1915)
  • Love’s Sacrifice (1916)
  • L'onore di morire (1916)
  • Her Redemption (1916)
  • An International Marriage (1916) „Florence Brent“
  • One Law For Both (1917) „Elga Pulaski“
  • Quello che videro I miei occhi (1917)
  • National Red Cross Pageant (1917) „France“
  • Lest We Forget (1918) „Rita Heriot“
  • Theodora (autre titre Theodora The Slave Princess) (1919) „Theodora“
  • The Bride’s Confession (1921)
  • Roger la Honte (1922)
  • The Fall Of An Empress (autre titre Messalina) (1922)
  • La marriage de minuit (1923)
  • Phi-Phi (1926)
  • Le Marchand de bonheur (1926)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]