Cunard Line

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cunard.

La Cunard Line est une compagnie maritime britannique créée par le canadien Samuel Cunard en 1838.

Historique[modifier | modifier le code]

Le navire RMS Mauretania

Créée en 1838 par Samuel Cunard, la Cunard a opéré la première ligne transatlantique à vapeur pour passagers en 1840. Dans un premier temps, en 1840 également, elle opère le service de courrier transatlantique entre l'Angleterre et Halifax[1] puis les États-Unis. C'est la plus vieille compagnie de croisière et de transatlantique existante encore.

Aussi est-elle autorisée, de même que sa future concurrente, la White Star Line, spécialiste des liaisons vers l'Australie, à placer le préfixe RMS (Royal Mail Ship) devant le nom de tous ses navires.

La première traversée de l'Atlantique entièrement à la vapeur est effectuée par le Sirius (navire), qui relie Cork à New York en 18 jours et 14 heures, le 22 avril 1838, battu dès le lendemain par son concurrent au titre de premier vapeur transatlantique, le Great Western. Dès le 4 juillet 1839, Samuel Cunard signait avec le gouvernement anglais l'engagement de faire la poste semi-mensuelle entre Liverpool, Halifax et Boston service devenu plus tard hebdomadaire, avec double escale d'arrivée en Amérique, à Boston et New York[2].

En 1840, le premier navire à vapeur de la Cunard, le Britannia, à naviguer entre Liverpool et Halifax, marque le début d'un service régulier pour les passagers et les cargaisons. La Cunard doit faire face à de nombreux concurrents au Royaume-Uni, en France, aux États-Unis et en Allemagne, mais elle reste un des leaders du marché des transatlantiques.

Affiche de la Cunard Line, 1875

Alliée à l'ingénieur écossais Robert Napier pour fonder la British and North American Royal Mail Steam Packet Company, l'entreprise familiale a des chantiers à Bathurst, au Nouveau-Brunswick (Canada), qui produisent des dizaines de navires en bois grâce aux grandes forêts avoisinantes que la couronne britannique ne veut pas laisser à des forestiers insolvables[3], qu'elle rachètent aussi sur l'Île-du-Prince-Édouard[4].

Une ligne, rivale des Cunard, s'établit promptement à Liverpool, la ligne Inman, de la "Liverpool, New York and Philadelphia Steamship Company", fondée en 1840[2], tandis que dix ans plus tard, le "service Collins" avec son steamer l'"Atlantic", partit de New York le 27 avril 1850 pour Liverpool[5].

En 1854, lors de la Guerre d'Orient, les navires de la Cunard furent utilisés par l'Angleterre pour transporter les troupes[6].

Les paquebots Cunard inspirent les huit navires construits de 1862 à 1868 à Saint-Nazaire[7], port créé par les frères Péreire pour concurrencer les Chantiers Armand Guibert Chaigneau de Bordeaux, qui règnèrent sans partage en Europe de 1850 à 1856[8]

Les plus grands paquebots de la Cunard avant la guerre de 1914 furent le Mauretania et le Lusitania. À partir de 1929, la Cunard traverse une grave crise financière, qui a principalement pour cause la Grande dépression des années 1930. La Cunard doit arrêter la construction du futur Queen Mary dès 1931, pour des raisons financières. Sous la pression du gouvernement britannique qui assure leur survie, Un accord de fusion est signé entre la Cunard et la White Line le 30 décembre 1933. Celle-ci intervient le 10 mai 1934. La compagnie White Star-Cunard Line est créée : elle est détenue à hauteur de 62 % par les anciens propriétaires de la Cunard, le reste revenant aux anciens propriétaires de la White Star. Le premier navire lancé par la nouvelle société est le Queen Mary (compromis entre les suffixes en -ic et en -ia des deux compagnies). Plusieurs navires de grande taille, atteints par la limite de l'âge, sont envoyés à la ferraille : l’Olympic et le Mauretania. L'année a en effet été difficile : là où le nombre de passagers transatlantiques dépassait le million avant 1930, 1934 n'en voit que 460 000. L’Olympic, qui transportait en moyenne 950 passagers par traversée dans les années 1920 n'en a plus que 233 lors d'une traversée de mai 1934, ce qui explique les changements voulus par la compagnie. Dans les années 1930, le Queen Mary enleva le Ruban bleu. En 1949, la Cunard acquiert le capital de la White Star-Cunard Line et la rebaptise Cunard Line. À partir de cette date, seuls le Georgic et le Britannic (troisième du nom) continuent à porter le drapeau de la White Star Line, le reste de la flotte battant pavillon de la Cunard Line. Ils sont retirés du service respectivement en 1956 et en 1960. Dans les années d'après-guerre, avec le renfort du Queen Elizabeth, la Cunard fut le seul armement à proposer un service hebdomadaire entre l'Europe et l'Amérique du Nord. Toutefois, la chute dramatique de la fréquentation de ces paquebots obligea la compagnie à désarmer successivement le Queen Mary en 1967 et le Queen Elizabeth en 1968. L'inauguration du Queen Elizabeth 2 en 1969 se présentait sous de sombres augures: apparition du Jumbo Jet Boeing 747, fréquentation des paquebots en chute libre, déception de la clientèle traditionnelle qui n'appréciait pas ses aménagements ultra-modernes. Ce n'est qu'avec le désarmement du France, son rival, en 1974, que le navire connut une augmentation de sa clientèle. Toutefois, en 1979, il faillit disparaitre à son tour, lors du second choc pétrolier, sauvé in extremis par Margaret Thatcher qui imposa des économies de fonctionnement drastiques. Le clientèle augmenta au fil des années et les profits réapparurent. La ligne "historique" et la plus densément exploitée est la ligne Southampton-Cherbourg-New York. Après l'arrivée de l'Eurostar, en 1994, il a été décidé que l'acheminement des voyageurs de et vers la France s'effectuerait par ce nouveau service TGV direct Paris-Londres, avec, de ce fait, suppression de l'escale de Cherbourg (sauf une à deux fois par an). Le Queen Mary 2, épaulé a certaines dates par le Queen Victoria et le nouveau Queen Elizabeth, assure une desserte régulière Europe-Amérique du Nord, toute l'année (sauf en janvier-février)

Depuis plus d'un siècle et demi, la Cunard domine, par sa renommée, les compagnies maritimes mondiales, aussi bien pour les traversées transatlantiques que pour les croisières. Ses navires ont joué un rôle important dans le développement de l'économie mondiale et ont participé à toutes les guerres britanniques, de la Guerre de Crimée à la Guerre des Malouines en passant par les deux Guerres mondiales.

La fréquentation des lignes maritimes a commencé à baisser vers la fin des années 1950, alors que la concurrence de l'avion à réaction se faisait de plus en plus présente. En quelques années, la plupart des grands paquebots transatlantiques furent désarmés ou reconvertis, et le dernier navire de ce type à être lancé fut le Queen Elizabeth 2 en 1969. De 1975 à 2004, le Queen Elizabeth 2 (70 300 tonnes) fut quasiment l'unique paquebot à assurer régulièrement la traversée de l'Atlantique Nord, recréant ainsi un intérêt pour ce type de transport. Il a été remplacé aujourd'hui dans son itinéraire transatlantique par le Queen Mary 2 (150 000 tonnes), qui perpétue la tradition de la Cunard. Le Queen Victoria (90 000 tonnes) a été mis en service en 2007. Le Queen Elizabeth 2 a été retiré de la flotte en 2008. Le Queen Elizabeth (92 000 tonnes) depuis octobre 2010.

Absorptions[modifier | modifier le code]

Peinture du Queen Elizabeth 2
  • En 1934, la Cunard Line a absorbé la White Star Line (1845 -1934).
  • En 1983, la Norwegian America Line.
  • Royal Viking Line

Chronologie des navires de la Cunard[modifier | modifier le code]

Nom du navire Année de construction Années de service Type Jauge Classe Fin
« Unicorn » 1836 1840-1846 Roues à aubes 650 tx - Vendu en 1846
« Margaret » 1839 1840-1859 Roues à aubes 700 tx - Vendu en 1859
« Britannia » 1840 1840-1849 Roues à aubes 1150 tx Classe Britannia Vendu en 1849
« Acadia » 1840 1840-1849 Roues à aubes 1150 tx Classe Britannia Vendu en 1849
« Caledonia » 1840 1840-1850 Roues à aubes 1150 tx Classe Britannia Vendu en 1850
« Columbia » 1841 1841-1843 Roues à aubes 1150 tx Classe Britannia Echoué sur l'île aux Phoques en 1843
« Hibernia » 1843 1843-1850 Roues à aubes 1400 tx Classe Britannia Vendu en 1850
« Cambria » 1844 1845-1860 Roues à aubes 1400 tx Classe Britannia Vendu en 1860
« America » 1848 1848-1863 Roues à aubes 1850 tx Classe America Vendu en 1863
« Niagara » 1848 1848-1866 Roues à aubes 1850 tx Classe America Vendu en 1866
« Europa » 1848 1848-1867 Roues à aubes 1850 tx Classe America Vendu en 1867
« Canada » 1848 1848-1866 Roues à aubes 1850 tx Classe America Vendu en 1866
« British Queen » 1849 1852-1898 Roues à aubes 773 tx - Démoli en 1898
« Asia » 1850 1850-1868 Roues à aubes 2250 tx Classe America Vendu en 1868
« Africa » 1850 1850-1868 Roues à aubes 2250 tx Classe America Vendu en 1868
« Arabia » 1852 1852-1864 Roues à aubes 2400 tx - Vendu en 1864
« Andes » 1852 1852-1859 Hélice 1400 tx - Vendu en 1859
« Balbec » 1852 1852-1884 Hélice 774 tx - Démoli en 1884
« Alps » 1853 1853-1859 Hélice 1400 tx - Vendu en 1859
« Melita » 1853 - - 1254 tx - -
« Emeu » 1853 1854-1859 Hélice 1538 tx - Vendu en 1859 à la P&O
« Taurus » 1853 1853-1859 Hélice 1538 tx - Vendu en 1859 à l'Espagne
« Lebanon » 1854 - Hélice 1373 tx - -
« Jura » 1854 1854-1860 Hélice 2200 tx - Vendu à l'Allan Line en 1860
« Etna » 1855 1855-1860 Hélice 2200 tx - Vendu à l'Inman Line en 1860
« Damascus » 1856 1856-1865 Hélice 1214 tx - Vendu à l'Allan Line en 1860
« Persia » 1856 1856-1869 Roues à aubes en fer 3300 tx - Vendu en 1869
« Nemisis » 1857 - Hélice 2717 tx - -
« Australasian » 1857 1859-1876 Hélice 2700 tx - Vendu en 1876
« Palestine » 1858 1858-1872 Hélice 1800 tx-2867 tx après refonte (1871) - Vendu en 1872
« Hecla » 1860 1860-1881 Hélice 1785 tx-2421 tx après refonte (1871) Classe Hecla Vendu en 1881 à Laird Bros.
« Olympus » 1860 1860-1881 Hélice 1794 tx-2425 tx après refonte (1872) Classe Hecla Démoli en 1881
« Atlas » 1860 1860-1896 Hélice 1794 tx Classe Hecla Démoli en 1896
« Kedar » 1860 1860-1897 Hélice 1785 tx Classe Hecla Démoli en 1897
« Marathon » 1860 1860-1898 Hélice 1785 tx Classe Hecla Démoli en 1898
« Morocco » 1861 1861 Hélice 1855 tx - -
« Sidon » 1861 1861-1885 Hélice 1872 tx -

Entreprises partenaires[modifier | modifier le code]

La compagnie Cunard Line sous-traite certains services à d'autres sociétés, telles que Steiner Leisure pour les services de spa.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]