Repos hebdomadaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le repos hebdomadaire est un temps de repos d'une journée chaque semaine, imposé par une autorité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est généralement admis que les civilisations premières vivaient en travaillant deux ou trois jours par semaine mais a contrario, le droit à une journée de repos était interdit dans l'Egypte antique[1].

Les Égyptiens, les Chinois et les Grecs groupaient les jours en décades.


Le décompte romain en ides et calendes, qui comprenait une semaine de huit jours ou nundines, fut remplacé par la semaine telle que nous la connaissons aux alentours du IIIe siècle.

La division du temps en période de sept jours semble avoir été utilisée par les Chaldéens[2]. En Mésopotamie, le chiffre 7 était considéré comme néfaste et il était recommandé de ne rien entreprendre les 7, 14, 21 et 28 du mois. On peut remarquer que 7 jours correspondent approximativement à un « quartier » de lune.

La religion du Soleil Invaincu s'adressait davantage aux militaires qu'aux civils, qui ne faisaient guère que suivre le mouvement, et elle fut, de fait, très répandue dans les milieux militaires. Si elle n'est pas particulièrement mise en avant par la propagande impériale de Dioclétien (284-305) et de la Tétrarchie (293-306), on voit qu'au début du IVe siècle elle était toujours vivace dans l'armée puisque l'empereur Constantin Ier (306-337), fervent adorateur de ce dieu, fera frapper sur les monnaies la légende « Soli Invicto Comiti », « Au Soleil invaincu qui m'accompagne ». C'est lui qui, par une loi du , fera du « Jour du Soleil », correspondant au dimanche (cf. Sonntag, de Sonne, soleil, et Tag, jour, en allemand), le jour du repos hebdomadaire (Code Justinien 3.12.2).

Religions[modifier | modifier le code]

De nombreuses religions imposent un tel temps. Ainsi, le christianisme considère-t-il le dimanche comme un jour à consacrer à la religion, correspondant à la commémoration de la résurrection de Jésus[3], le dimanche de Pâques.

Toutefois, les adventistes du septième jour considèrent le samedi comme le jour repos, ils respectent le sabbat, contrairement à d'autres chrétiens. Cela avait un intérêt social car cela permettait de s'assurer qu'il n'y avait pas d'abus des maîtres ou employeurs [réf. nécessaire].

Le judaïsme impose l'absence totale d'activité le jour du shabbat, qui correspond au septième jour de la création du monde dans la Genèse et qui ne peut être consacré qu'à la prière.

Les musulmans ont le vendredi comme jour de repos, consacré également à la prière. Dans certains Etats, il existe un Repos hebdomadaire le vendredi.

Législation[modifier | modifier le code]

Cette obligation a été laïcisée et incorporée dans la législation de nombreux pays.

France[modifier | modifier le code]

Le repos hebdomadaire est rendu obligatoire par une loi après le mouvement social issu de la catastrophe de Courrières (plus de mille morts, plus de 60 000 grévistes). Il est actuellement réglementé par les articles L.3132-1 et suivants[4] (anciennement L.221-2 à L.221-5) du Code du travail. Tout salarié doit bénéficier d'un repos hebdomadaire d'au moins 24 heures consécutives. Ce repos hebdomadaire s'ajoute au repos quotidien de 11 heures (Article L.3131-1 du Code du Travail). Chaque semaine, tout salarié doit donc bénéficier de 35 heures de repos consécutives. La semaine débute le dimanche à 0.00 h et s'achève le samedi à 24.00 h. Il est donc interdit d'employer un salarié plus de six jours par semaine.

Le non-respect des dispositions sur le repos hebdomadaire est passible d'une amende de 1500 € par infraction constatée. (art. R. 262-1 du Code du travail)

Depuis le 7 juin 1936, le samedi est inclus dans le repos hebdomadaire.

Le maire est habilité à remettre en cause le repos, durant la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, le 5 septembre 1939, trois jours après la mobilisation générale, celui de Rennes suspend celui des boulangers [5].

Afrique et Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Repos hebdomadaire le vendredi.

Dans le monde, quatre pays ont instauré leur week-end les jeudi et vendredi : Arabie saoudite, Oman, Libye et Algérie (pour ce dernier, les choses dépendent du secteur: privé ou public). L'Algérie a instauré le week-end du vendredi et samedi depuis le 14 août 2009. L'Arabie saoudite a modifié les jours de repos hebdomadaire pour vendredi et samedi depuis le 24 juin 2013. Certains autres pays de la région Moyen-Orient : Afrique du Nord sont passés à la formule vendredi et samedi (c'est le cas de l'Égypte par exemple). Les autres sont dans la formule "classique" du samedi et dimanche (cas du Maroc, de la Tunisie par exemple: un temps est cependant laissé pour accomplir la prière du vendredi).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

    • La justice et les tribunaux dans l'ancienne Egypte.
    • O. Beauregard lien Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris lien Année 1890 lien Volume 1 lien Numéro 1 lien pp. 716-735
    • Page 730
    www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0301-8644_1890_num_1_1_3451?_Prescripts_Search_tabs1=standard&
  1. À noter qu'on doit également aux Chaldéens notre numération du temps : usage de la base 60 (5x12) pour les minutes et les secondes et du double duodécimale (2x12) pour la journée. Cf. Georges Ifrah, Histoire universelle des chiffres, éd. Bouquin, 1995 (ISBN 2-221-07838-1)
  2. [1]
  3. Code du Travail, Ed. Dalloz 2012
  4. Rennes 1939-1944, Le Rennais, supplément au numéro 245 « Spécial Libération », juin 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]