Prescription (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prescription et .

Dans l'exercice de la médecine, la prescription désigne l'acte par lequel un professionnel de santé habilité ordonne[Note 1] des recommandations thérapeutiques auprès d'un patient[1]. Traditionnellement, la prescription concerne l'application du plan thérapeutique proposé par un médecin, élaboré selon son diagnostic et les pratiques contemporaines de la médecine moderne.

La prescription décline l'ensemble des actes de soins, thérapeutiques (médicamenteuses ou non), dispositifs médicaux, recommandations, et protocoles de soins qui sont adressés à un patient ou à un groupe de personnes. Dans le langage courant, la notion de prescription prend comme acception le fait de la prescription d'un médicament.

Dans la culture anglo-saxonne, le symbole «  » peut désigner la prescription.

Usages[modifier | modifier le code]

La notion de prescription concerne plusieurs usages, tant dans le contexte de la pratique de la médecine, que dans un contexte de l'exercice légal de la médecine. Les définitions des usages peuvent être différentes en fonction des lois sur la santé, du code civil ou des lois des assurances spécifiques d'un pays.

D'une façon générale, la prescription concerne à la fois :

  • le fait de valider et d'indiquer le besoin d'un moyen thérapeutique ou curatif (un médicament, un dispositif médical, des soins de santé annexes) ;
  • le fait d'autoriser la dispensation d'un médicament pour un besoin thérapeutique, si la substance médicamenteuse est placée par les autorités sanitaires sur une liste de produits contrôlés, à accès et achat réglementés ;
  • le fait, selon les modalités du système de santé d'un pays, d'attester d'un besoin d'un moyen thérapeutique auprès d'une assurance maladie (pour déclencher un remboursement de frais médicaux par exemple) ;
  • le fait de formaliser la délivrance de tous conseils ou actions thérapeutiques auprès d'un patient, dans le contexte de la relation d'un professionnel de santé - patient (relation médecin-patient).

Contexte médico-légal et modalités[modifier | modifier le code]

Dans le contexte du droit d'exercice de la médecine, le droit de prescription peut être réglementé pour les professionnels de la santé en fonction des lois relatives à la santé ou à l'exercice de la médecine dans un pays.

À titre d'exemple, en France, le droit de prescription pour un médecin, un dentiste, un vétérinaire, une sage-femme ou un infirmier est régi par le Code de la santé publique. Le code de déontologie médicale vise à éviter la surprescription :

« Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu'il estime les plus appropriées en la circonstance. Il doit, sans négliger son devoir d'assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l'efficacité des soins. Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles. »[2]

Concernant les vétérinaires, les sages-femmes ou les infirmiers, le Code de la santé publique détermine une liste de dispositifs ou médicaments prescriptibles spécifiquement par ces professionnels. En outre, le droit de prescription de certains types de médicaments peut-être réservé à certaines spécialités médicales ou à un contexte spécifique (essai clinique, usage hospitalier exclusif, etc.). Dans ce contexte la prescription s'effectue selon certaines prérogatives[3]. Aux États-Unis, le droit de prescription concerne par exemple le physician (médecin) et certaines professions paramédicales, y compris les docteurs en psychologie PhD enregistrés au titre d'un exercice médical.

La prescription est traditionnellement rédigée sur une ordonnance. Selon les lois relatives à la santé ou à l'exercice de la médecine en vigueur dans un pays, la forme de rédaction de la prescription peut être réglementée. De façon non exhaustive, la prescription identifie généralement clairement le professionnel de santé prescripteur, y compris sa signature, la personne destinataire de la prescription, y compris certains renseignements de base (poids, âge, allergies, etc.), les produits prescrits (pour des médicaments : leurs formes galéniques, leurs dosages, leurs spécialités ou noms scientifiques (DCI), la date et heure de la prescription, la durée des thérapeutiques et d'éventuelles mentions spécifiques au plan thérapeutique (par exemple : si nécessaire, en réserve, selon la douleur, etc.). Certaines mentions peuvent être abrégées selon une liste de termes normative. Par exemple, en France, l'ordonnance médicale, afin d'être valide, respecte certains critères spécifiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Ordonne ou ordonner est pris dans l'acception de prescrire quelque chose dans une ordonnance — non dans le sens de donner un ordre
Références
  1. Collectif, Dictionnaire Le petit Larousse illusté 2006, Larousse, Paris,‎ 2006, 1856 p. (ISBN 2035302064, résumé)
  2. Article R4127-8 du code de la santé publique
  3. LE DROIT DE PRESCRIPTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ, WK Pharma, consulté le 11 juin 2011

Articles connexes[modifier | modifier le code]