Pierre des Prés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre des Prés
Image illustrative de l'article Pierre des Prés
Gisant de Pierre des Prés
Biographie
Naissance 1280/1282
à Montpezat-de-Quercy
Décès 16 mai 1361
à Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
20 décembre 1320 par le
pape Jean XXII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Pudenziana
Cardinal-évêque de Palestrina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 7 mai 1318
Fonctions épiscopales Évêque de Riez
Archevêque d'Aix-en-Provence

Blason

Pierre des Prés (ou Desprès) est un cardinal français né en 1280/1282 à Montpezat-de-Quercy et décédé le 16 mai 1361 à Avignon. Il a eu une des plus longues carrières cardinalices (1320-1361) de la cour pontificale d'Avignon[1]. Il ne doit pas être confondu avec son neveu Pierre des Prés qui sera évêque de Castres et décèdera en 1364. Le frère de ce dernier, Jean des Prés, et par conséquent également neveu du cardinal, sera évêque de Coïmbre puis de Castres et décèdera en 1348.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Pierre des Prés étudie à l'université de Toulouse et y est professeur de droit. Il est prévôt à Clermont et auditeur au palais apostolique. Des Prés est élu évêque de Riez en 1318 et promu à l'archidiocèse d'Aix-en-Provence la même année.

Des Prés est créé cardinal par le pape Jean XXII lors du consistoire du 20 décembre 1320. Il est nommé vice-chancelier de la Sainte-Église en 1329 et est chargé de la réforme des statuts de l'université de Toulouse. Le cardinal des Prés est légat apostolique auprès des rois Philippe V de France et Édouard III d'Angleterre pour négocier la trêve de Malestroit (1343). Il fait bâtir la collégiale Saint-Pierre à Avignon.

Le cardinal des Prés participe aux conclaves de 1334 (Benoît XII), de 1342 (Clément VI) et de 1352 (Innocent VI).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376) : Étude d'une société, Paris, Éditions de Boccard,‎ 1966, 807 p., p. 212