Pierre-Jean Grosley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Jean Grosley

Pierre-Jean Grosley, né le 21 novembre 1718 à Troyes où il est mort le 4 novembre 1785, est un historien et homme de lettres français.

Fils d’un avocat et destiné à la même carrière, Grosley fit ses études au collège de l’Oratoire de Troyes. Il se rendit ensuite à Paris pour suivre les cours de droit. Reçu avocat, il se fit inscrire an barreau de Troyes. Mais le droit l’occupa fort peu, et ses goûts favoris le portèrent vers la littérature et l’étude de l’histoire de son pays. Aimant à voyager, il visita successivement l’Italie, l’Angleterre, la Hollande et la Suisse.

Il fut le secrétaire du financier Claude Roch Billard-Dumouceau, protecteur d'Anne Bécu, mère de Madame du Barry

En 1745 et 1746, il fit la campagne d’Italie dans l’état-major du maréchal de Maillebois, en qualité de caissier des vivres et, à son retour, il en écrivit l’histoire intitulé Observations sur l’Italie et les Italiens. Ses nombreuses productions lui valurent d’être nommé membre associé de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1761, mais, « entraîné, dit Dacier, par l’originalité de son esprit, il confondait sans cesse les genres, mêlait le gai au sérieux, le grave au badin, le noble au burlesque, insistait sur des minuties… de sorte qu’aucune de ses compositions, moitié érudites, moitié plaisantes n’a pu trouver place dans nos mémoires. »

Il avait formé à Troyes, avec quelques-uns de ses amis, une Académie pour rire, dont les Mémoires, composés à frais communs, n’étaient que des pièces badines et burlesques, où l’érudition apparente le disputait au comique du sujet. À l'origine de la biographie fantaisiste de Pierre de Larivey, il est sans doute le créateur de l’expression « Michel Morin ».

Il arriva second au concours de l’Académie de Dijon de 1750 que remporta Jean-Jacques Rousseau avec son Discours sur les sciences et les arts. Il a également collaboré aux volumes IV et XIV de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert.

Vouant un culte à sa ville natale, non seulement il en écrivit l’histoire, mais il voulut la doter des bustes en marbre de ses principaux enfants. C’est ainsi que le musée de Troyes possède, grâce à sa générosité, les cinq bustes de Pierre Pithou, de Jean Passerat, du père Le Cointe, de Pierre Mignard et de François Girardon. Un revers de fortune empêcha le donateur de poursuivre ses libéralités.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Londres, Neuchâtel, Société Typographique, 1770-1771, 3 vol; in-12° (réédité à Lausanne, 1774, 4 vol. in-12°;
  • Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions, Belles-Lettres, Beaux-Arts, etc., nouvellement établie à Troyes. Liège (Troyes), 1744, in-8°; Paris, 1756. 2 vol. in-12 ; (Troyes), 1768, in-12 ; Londres (Troyes), an X ;
    ouvrage fait en collaboration avec ses amis Lefèvre et David.
  • Mémoire pour servir de supplément aux antiquités ecclésiastiques de Troyes, par M. N. Camusat.Troyes, 1750, in-12, réimprimé plusieurs fois ;
  • Recherches pour servir à l’histoire du Droit français, Paris, 1752, in-12 ;
  • Vie de Pierre Pithou, etc. Paris, 1756, 2 vol. in-12 ;
  • Ephémérides troyennes (1757-1768), Troyes, 12 vol. in-32 ;
  • Nouveaux Mémoires ou observations sur l’Italie et sur les Italiens, par deux gentilshommes suédois, Londres, 1764, 3 vol. in-12; 1770, 5 vol. in-12 ; Londres, Lausanne, 1770, 3 vol. in-12; 1774, 4 vol. in-12 ;
  • Mémoires sur les campagnes d’Italie de 1745 et 1746, Amsterdam, 1777, in-8° ;
  • Vie de M. Grosley, écrite par lui-même, etc., Londres et Paris, 1787, in-8°;
  • Mémoires historiques et critiques pour l’histoire de Troyes, Troyes, 1811-1812, 2 vol. in-8° ;
  • Œuvres inédites {Mémoires sur les Troyens célèbres et Voyage en Hollande), Paris, 1813, 3 vol. in-8° (Le voyage en Hollande forme le 3e volume).
  • L'art de battre sa maîtresse réédition Le Cherche-Midi- 2014

Grosley a publié une foule d’autres travaux biographiques, littéraires et historiques, dont une partie est insérée dans les journaux du temps.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Émile Socard, Biographie des personnages de Troyes et du département de l’Aube, Paris, Léopold Lacroix, 1882, p. 180-1.