Crête des Sept Hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pic des Sept Hommes)
Aller à : navigation, rechercher
Crête des Sept Hommes
La crête des Sept Hommes vue depuis le pla Guillem
La crête des Sept Hommes vue depuis le pla Guillem
Géographie
Altitude 2 724 m, Puig Roja
Massif Massif du Canigou
Pyrénées
Coordonnées 42° 29′ 17″ N 2° 27′ 11″ E / 42.48806, 2.4530642° 29′ 17″ Nord 2° 27′ 11″ Est / 42.48806, 2.45306  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Crête des Sept Hommes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Crête des Sept Hommes

La crête des Sept Hommes est une crête située dans le massif du Canigou, dans l'extrême Est des Pyrénées.

Toponymie et légende[modifier | modifier le code]

Selon la légende, la crête des Sept Hommes devrait son nom à sept géants qui s'y seraient réfugiés pour y ourdir un complot afin de devenir maîtres du monde. Pour parvenir à leurs fins, ils devaient se servir de treize vents afin de détrôner Dieu. À proximité du pic des Sept Hommes se trouve un pic Dels Tres Vents (« pic des Trois Vents », qui serait une déformation de l'expression catalane signifiant « pic des Treize Vents »). Dieu, les ayant démasqués, les aurait pétrifiés[1].

Une autre version indique que les sept géants en question étaient Roland, le neveu de Charlemagne, qui, aidé des six autres géants, aurait libéré la Catalogne des Maures. Après leurs victoires, les sept hommes se seraient réunis au sommet de cette montagne pour se partager la Catalogne. Trouvant ce pays magnifique, ils ne purent se mettre d'accord, se disputèrent violemment et Dieu, pour les punir de leur égoïsme, les pétrifia[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Abélanet 2008, p. 62