Phyllis Latour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latour.

Phyllis « Pippa » Latour MBE, née le 8 avril 1921 à Durban, est un membre du Special Operations Executive (SOE) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Origine[modifier | modifier le code]

Philippe, son père est français, et mariée à Louise, une Britannique habitant en Afrique du Sud, où Phyllis est née 1921.

Deuxième guerre mondiale et SOE[modifier | modifier le code]

Elle rejoint l’Angleterre depuis l’Afrique du Sud, et rejoint le Women’s Auxiliary Air Force (WAAF) en novembre 1941. Recrutée par le Special Operations Executive (SOE), qu’elle rejoint officiellement le 1er novembre 1943 et est officier de section.

Elle est parachutée au mont du Saule[1] le 1er mai 1944 pour opérer dans le circuit du SOE, sous le code de Paulette, Geneviève, Lampooner comme opérateur radio de Claude de Baissac et de sa sœur Lise de Baissac[2]. De Baissac cherche à imposer à Paul Janvier l’autorité anglaise[3], et Janvier refuse toute autorité du SOE. Mis en contact par Janvier avec Jean Séailles, De Baissac rejoint avec Latour son groupe FTP à Saint-Mars-du-Désert.

Elle a travaillé avec succès, sans être détectée par les Allemands, en envoyant plus de 135 messages à Londres. Elle reste en France jusqu’à la Libération en août 1944.

Après la deuxième guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Elle se marie avec un ingénieur du nom de Patrick Boyle, et va vivre en Afrique de l'Est[4]. Elle divorce en 1975, et a trois enfants : Barry, Pauline et Odette.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réceptionnée par le réseau Navarre de Paul Janvier
  2. Squadron Leader Beryl E. Escott, Mission Improbable: A salute to the RAF women of SOE in wartime France, London, Patrick Stevens Limited, 1991.
  3. Dans son livre, Paul Janvier indique un interview au Daily Telegraph du 6 juin 1969, où Claude de Baissac se souvient très bien être débarqué, un jour, chez un docteur Janvier, de Bais, mais ne semble plus connaître que Jean Séailles et le groupe FTP de Saint-Mars-du-Désert.
  4. Liane Jones, A Quiet Courage: Women Agents in the French Resistance, London, Transworld Publishers Ltd, 1990. ISBN 0-593-01663-7

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Squadron Leader Beryl E. Escott, Mission Improbable: A salute to the RAF women of SOE in wartime France, London, Patrick Stevens Limited, 1991. ISBN 1-85260-289-9
  • (en) Liane Jones, A Quiet Courage: Women Agents in the French Resistance, London, Transworld Publishers Ltd, 1990. ISBN 0-593-01663-7
  • Jean Séailles, La Résistance Armée. Histoire du Maquis de Saint-Mars-du-Désert. Vue d'ensemble de l'action des FFI sur la limite nord Sarthe-Mayenne. Suivie de la liste chronologique des coups de main et de la liste des membres de la Résistance, Rennes, Le Patriote de l'Ouest (Les Cahiers de la Résistance de l'Ouest), sans date, 30 p.+photos.
  • Jean Séailles, Rebelles et résistants. Histoire du maquis de Saint-Mars du Désert, Bonneuil-sur-Marne, Impr. Reprographica, 2006, 149 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]