Nécropole de Varna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 12′ 47″ N 27° 51′ 52″ E / 43.21306, 27.86444 ()

La nécropole de Varna est un groupement de nombreuses tombes dans la ville de Varna à l'est de la Bulgarie, au bord de la Mer Noire. Ce cimetière contient les objets d'or les plus anciens jamais découverts à ce jour : entre 4600 et 4200 ans avant J.C.

Histoire[modifier | modifier le code]

Musée de Varna
Or de Varna

Cette nécropole est riche en artéfacts archéologiques car elle se trouve sur un site occupé sur une longue période :

  • Aux Âges du bronze et du fer : les Thraces ;
  • au VIe siècle av JC : fondation d'Odessos par les Grecs ;
  • au Ie siècle : les Romains ;
  • au IVe siècle : le début du christianisme ;
  • au VIIe siècle : Les premiers Bulgares.

Il y a été retrouvé de nombreux vestiges de l’époque préhistorique (Néolithique, Chalcolithique) sur une surface de 3 500 m².

Découverte en 1972 à côté du lac de Varna, des fouilles ont été menées par M. Lazarov et I. Ivanov de 1972 à 1979, où près de 280 tombes ont été fouillées, conduisant à la découverte de nombreuses pièces : bijoux (bracelet, colliers de perles, diadèmes, des parures raffinées, les deux parties d’une ceinture), monnaie, armes et outils (sceptres en or, des haches et pointes de javelot), des céramiques finement décorées, notamment un réchaud.

Des objets de culte : des plaques à l’effigie d’animaux ont été retrouvées (pour le culte de l’élevage) ainsi que des applications convexes demi-rondes ou rondes (pour le culte du soleil).

Plus de 3 000 objets furent trouvés, représentant plus de 6 kg d'or.

En octobre 2007, une nécropole d'époque romaine a été découverte avec trois sarcophages du IIe siècle[1].

Il a été retrouvé des lames de Silex de 45 cm. Leur excellent état montre qu'il ne s'agissait pas d'outils mais plutôt de la marque d’un statut social élevé[2].

Pratique funéraire[modifier | modifier le code]

Tombe n°43 provenant de la nécropole et exposée au musée archéologogique de Varna

Avec ce site les pratiques funéraires de l’époque ont pu être étudiées, on note notamment la présence :

  • de fausses tombes uniquement emplies d’objets et parfois de masques ou de cénotaphes,
  • de tombes à inhumation allongée sur le dos (généralement pour les hommes),
  • de tombes plus classiques pour l’époque avec des corps en position repliée[3].

Ces tombes sont des fosses rectangulaires à même la terre sans aménagements particuliers. Seuls leurs angles sont arrondis, elles mesurent près de deux mètres, contre un seul mètre en temps normal, et sont tournées suivant deux directions principales.

Civilisation[modifier | modifier le code]

Or de Varna

La présence de si grandes richesses dans certaines tombes indique que quelques individus devaient détenir des pouvoirs politiques ou commerciaux importants car l’un d’eux avait un sceptre. Cette tombe en particulier, celle dite du chef, montre son importance car furent retrouvés dans sa seule tombe 1,5 kg d’or et bien d’autres objets. Ceci tend à montrer que la culture de Varna était hiérarchisée, avec des revenus inégalitaires.

Cette société paraît très en avance pour l'époque par rapport au reste de l'Europe : elle maîtrisait le travail des métaux (l’or et le cuivre) là où d'autres cultures d'Europe étaient encore dans une phase de Néolithique voir de néolithisation. De plus, le fait de trouver l’or en grande quantité et en qualité est la preuve que cette activité était organisée, ainsi que des échanges de longues distances pour l'approvisionnement en minerai. Une partie de cette production était tournée vers des activités commerciales de type troc, comme le montre la présence de parures en coquillage sur le site.

Le Musée d'archéologie de Varna[modifier | modifier le code]

Fondé en 1901, il a ouvert ses portes au public en 1906. La collection actuelle comprend plus de 60 000 artefacts témoignant de toutes les occupations du territoire depuis le Paléolithique (dès 100 000 ans avant le présent) jusqu'en l'an 1700.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dépêche Sofia News Agency
  2. Archéologie,20 ans de recherche française dans le monde ed maison neuve Larousse adpf
  3. La culture Gumelniţa