Mitrailleuse Reibel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reibel.
MAC 31/MAC 34
Image illustrative de l'article Mitrailleuse Reibel
Mitrailleuse Reibel modèle 31
Présentation
Pays France
Munitions 7,5 mm
Fabricant Manufacture d'armes de Châtellerault (MAC)

Les mitrailleuses MAC 31 et MAC 34, couramment appelées mitrailleuses Reibel en hommage au colonel Reibel, alors directeur de la manufacture d'armes de Châtellerault, sont des mitrailleuses de calibre 7,5 mm qui dérivent mécaniquement du fusil mitrailleur MAC 24/29.

Elles existent en version "forteresse", équipant les ouvrages et casemates de la ligne Maginot, "véhicule blindé" et "avion".

Mécanique[modifier | modifier le code]

Ces armes n'ont pas de crosse d'épaulement mais sont dotées d'un cache flamme conique. Leur mécanisme interne est identique à celui du FM 24/29 qui lui-même diffère entièrement de la mitrailleuse Hotchkiss Mle 1914. Certes le FM 24/29 et le MAC 31 fonctionnement par emprunt des gaz sous le canon, mais leur mécanisme interne qui est beaucoup moins volumineux a été inspiré par les fusils mitrailleurs Berthier et Browning Automatic Rifle (BAR). Le levier d'armement et la fenêtre d'éjection sont latéraux et sur la droite. Le chargeur tambour latéral à grande capacité (100 cartouches) est monté à gauche.

MAC 31[modifier | modifier le code]

Munies d'une poignée pistolet, les différentes versions de la MAC 31 servirent de mitrailleuses de char d'assaut (MAC 31C, MAC 31E), de forteresse (MAC 31F/MAC 31TF) et d'infanterie (MAC 31A1). Ces armes diffèrent essentiellement par leurs organes de visée, la longueur de leur canon et leur chargeur. Il existait aussi le modèle 31A2 qui équipait les véhicules légers Dodge Power Wagon Fargo WM300 au Tchad jusque vers les années 1965/66. Les MAC 31C furent les mitrailleuses des chars et blindés suivants :

MAC 34[modifier | modifier le code]

La mitrailleuse d'aviation MAC modèle 1934 (MAC 34) est une variante de la MAC 31 qui avait été conçue pour armer les casemates. Dessinée pour l'aviation par la manufacture nationale d'armes de Châtellerault (MAC), la MAC 34 avait dû être allégée, mais elle était toujours alimentée par des chargeurs cylindriques de 100 cartouches. Par la suite il semble que des chargeurs de 500 cartouches aient été envisagés. Il est évident qu’il était difficile pour les pilotes d’avions de chasse de pouvoir changer les chargeurs situés dans les ailes, l’alimentation par chargeur fut donc remplacée par une alimentation par bandes dans la version MAC 34/39.

La conception était dérivée de celle du fusil-mitrailleur français modèle 1934 (qui ne sera pas fabriqué en série). La cadence élevée de cette mitrailleuse 1 200 coups par minute a nécessité un système d'alimentation comparable à celui de la mitrailleuse Mac modèle 1931, type char.

Cette arme était très efficace, mais le système d'alimentation à chargeur rond (type camembert) de 100 ,300 (309), et plus tard de 500 cartouches gênera son utilisation du fait de sa trop faible durée de tir effectif, la version à alimentation continue par bandes (MAC 34/39) arrivant trop tard.

La mitrailleuse MAC 34 (comme la MAC 31 et toutes les armes légères de l’époque : Fusil mitrailleurs 24/29, fusil MAS 36, mitrailleuses Darne de la marine etc.) tire des cartouches de 7,5 mm modèle 1929 C à balle légère. La cartouche a une longueur 76 mm et un poids environ 24 g. Ces cartouches existaient en quatre types différents:

  1. à balle ordinaire, se composant d'une chemise en maillechort (ou acier plaqué maillechort) et d'un noyau en plomb, son poids est de 9 grammes.
  2. à balle traçante/perforante, se composant d'une enveloppe en laiton renfermant l'avant un noyau en acier dur, à l'arrière une composition traçante, et une composition d'allumage maintenue par une rondelle annulaire en laiton sertie sur la tranche postérieure de la balle;
  3. à balle perforante.
  4. a balle à blanc.

La valeur balistique correspondante (données approchées) V est de 850 m/s environ.

Le canon de l'arme est en acier forgé, sa température de revenu est d'environ 480 °C. Sa longueur est de 0,60 m. L'âme porte quatre rainures hélicoïdales au pas de 270 mm.

Ces armes existent en deux versions :

  • type ailes avec commande pneumatique du déclenchement.
  • type tourelles avec un équipement de commande et avec un collimateur de visée.

La mitrailleuse de tourelle est dérivée de l'arme d'aile. La seule modification importante est apportée à l'alimentation où le mouvement du chargeur est commandé par un ressort spirale indépendant de l'arme. D'autre part, les organes pneumatiques étant supprimés, les manœuvres d'armement, de détente et de sûreté sont assurées manuellement par des commandes mécaniques. Ses caractéristiques sont les suivantes :

Poids de l'arme 
7 kg
Poids du chargeur vide 
3,750 kg
Poids du chargeur plein 
6,150 kg
Poids de l'arme prête pour le tir 
15,150 kg
Cadence de fonctionnement 
1 200 coups par minute

Le montage de tourelle est fait (en général) sur des tourelles SAMM de types divers suivant les époques et les appareils. L'arme ne porte pas d'appareil de pointage, la visée s'effectue au moyen d'un collimateur clair monté sur l'affût SAMM.

Du fait de la faible contenance des chargeurs rotatifs, ce type de mitrailleuse amena immédiatement à l'étude d'une nouvelle version : type « Mac 34 modifié 39 » à bandes, dite « à alimentation continue ». C'est cette version qui équipa les avions sortis en 1939, dont les Bloch 174 et 175. C'était une arme coûteuse mais qui fonctionnait parfaitement, ce qui n'avait pas toujours été le cas des armes françaises.

Les MAC 34/39 furent utilisées pendant la guerre d’Algérie pour armer les avions légers (Sipa, Vanneau, T-6 G1 etc.)

Ces armes avaient été préférées aux mitrailleuses DARNE Modèle 1933 qui pourtant étaient plus économiques, fonctionnaient avec des bandes depuis les années 20 et qui fonctionnaient tout aussi bien.[réf. nécessaire]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Elles armèrent ainsi de nombreux avions militaires et chars d'assaut français des années 1930 aux années 1950. L'infanterie et la marine française les utilisèrent durant la Seconde Guerre mondiale, guerre d'Indochine et guerre d'Algérie. La Wehrmacht réserva les mitrailleuses Reibel à l'armement du mur de l'Atlantique. Dans les années 1960 et 1970, les MAC 34 armaient encore quelques anciennes colonies françaises d'Afrique.